Guy Dessicy, le co-fondateur du CBBD honoré par l’UBEMA Award

3 octobre 2009 0 commentaire
  • Le Centre Belge de la Bande Dessinée était à la fête vendredi soir pour célébrer ses vingt ans ! A cette occasion, l’un de ses deux co-fondateurs a reçu l’UBEMA Award, un titre honorifique récompensant son travail de défense et de promotion des intérêts et de l'élargissement des positions du marché de l'art, notamment par la bande dessinée.

On se bousculait hier dans les anciens magasins conçus par Victor Horta pour admirer les expositions du 20ème anniversaire du Centre, dont nous vous parlions récemment dans nos pages.

Des centaines de personnalités du monde de la BD et de la vie culturelle bruxelloise étaient venues pour la circonstance. À cette occasion, Guy Dessicy, l’un des deux fondateurs du Centre Belge de la BD, a reçu un prix de l’UBEMA. Ce prix honorifique a été créé, en 2004, par l’Union Belgo-Luxembourgeoise du Marché de l’Art. Le jury a souhaité mettre en avant le travail de Guy Dessicy pour la valorisation la Bande Dessinée, tout en mettant en valeur les lieux di Centre, un joyau de l’Art Nouveau.

Guy Dessicy, figure peu connue du grand public, est néanmoins un des acteurs importants du monde de la BD en Belgique. Né en 1924, il commença sa carrière comme coloriste et décoriste d’Hergé. Au début des années 1950, Raymond Leblanc, le fondateur du Journal de Tintin et des éditions du Lombard, lui confia la gestion de son agence publicitaire, Publiart. Il la dirigea pendant une trentaine d’année. On lui doit notamment la création du célèbre kangourou du parc d’attraction belge Walibi.

Guy Dessicy, le co-fondateur du CBBD honoré par l'UBEMA Award
Hier, lors de la remise du prix : Jean Auquier (le directeur du CBBD), Guy Dessiscy et un représentant de l’UBEMA
(c) Nicolas Anspach

En 1980, lors d’une promenade avec son épouse, Léona, Guy Dessicy découvre une maison Art Nouveau, construite par Paul Cauchie et son épouse, dans un état de délabrement indescriptible. Léona et Guy Dessicy décident de la sauver et de la restaurer pour en faire éventuellement un « Musée Tintin ». Bien que le projet fût approuvé un temps par Hergé, celui-ci n’aboutit pas en l’état. Le créateur de Tintin préféra finalement un Centre ouvert à l’ensemble de la bande dessinée. Ce qui rendit l’usage de la " Maison Cauchie" [1] impossible, faute de place.

Le couple continua néanmoins restaurer ce joyau et à réfléchir à un concept de promotion de la BD. Il eu l’idée, avec Jean Breydel, un passionné d’urbanisme, de placer le Centre Belge de la Bande Dessinée dans un chef d’œuvre de l’Art Nouveau : Les anciens Grands Magasins Waucquez qui fut dessiné par Victor Horta. Celui-ci était à l’abandon depuis des années. Les deux hommes convainquirent Louis Olivier, le Ministre des Travaux Publics de l’époque, d’acheter et de faire rénover cet écrin architectural. Guy Dessicy et Jean Breydel assurèrent pendant des années le succès et la pérennité du Centre. Celui-ci attire à la fois les amoureux de la bande dessinée, mais aussi ceux de l’architecture. Guy Dessicy est toujours impliqué dans la gestion du Centre, puisqu’il en est actuellement le Président.

Le prix de l’UBEMA récompense l’œuvre d’un homme discret qui a toujours souhaité s’effacer derrière ses réalisations, que cela soit le Centre de la Belge de la Bande Dessinée ou la Maison Cauchie. Une récompense largement méritée.

(par Nicolas Anspach)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Lire un portrait de Guy Dessicy sur le site de La Tribune de Bruxelles.
Lien vers les sites de la Maison Cauchie et du CBBD

[1La Maison Cauchie est considérée comme une des plus belles œuvres de l’Art Nouveau à Bruxelles. Située au n°5 de la rue des Francs, face au Parc du Cinquantenaire, elle a été édifiée en 1905 par l’architecte, peintre et décorateur Paul Cauchie (1875-1952), pour son usage personnel. La Maison Cauchie comporte nombre d’éléments décoratifs exceptionnels, dont les fameux sgraffites Art Nouveau. La Décoration extérieure et intérieure du bâtiment, avec ses représentations de femmes stylisées d’influence préraphaélite.

  Un commentaire ?