Newsletter ActuaBD

"Harding Was Here" ou l’histoire de l’art revue par Midam et Adam

  • Il aurait pu surfer peinard sur le succès de {Kid Paddle} et de {Game Over}. Et bien, c'est raté ! À la recherche de nouveaux horizons créatifs, Midam et son complice Adam lancent une nouvelle série: {Harding Was Here} (Quadrants/Soleil).
"Harding Was Here" ou l'histoire de l'art revue par Midam et Adam
C. Bertrand et Midam
© L. Boileau

C’est tout simplement en butant sur un gag de Kid Paddle, il y a deux ans, que Midam se libère un instant des contraintes de sa série fétiche pour retrouver le plaisir d’une écriture nouvelle. Un plaisir couplé à une volonté "de se surprendre et de se mettre en danger" précise-t-il. "Kid Paddle ou Game Over, c’est comme un sprint, une course de 100m. Il faut tout donner sur une page. Harding, c’est plutôt un 800 m : l’humour et la manière de scénariser sont bien différentes."

Cette nouvelle série, c’est aussi l’occasion rêvée d’accomplir une autre envie, celle d’utiliser le dessin d’Adam. Un graphisme semi-réaliste très différent de celui qu’adopte l’auteur sur Game Over. "Sur "Game Over", Adam s’est adapté à mon graphisme. Quand j’ai vu les peintures personnelles qu’il réalisait, j’ai eu envie d’exploiter ce talent." raconte Midam.

Quelques heures d’écriture plus tard, le personnage de Thomas Harding était né. Cet éminent scientifique met à profit ses connaissances pour voyager dans le temps, rencontrer les plus grands peintres du passé… et acquérir à moindre coût les toiles les plus renommées qu’il revendra une fortune, une fois revenu dans son temps présent.

"Harding Was Here", une amusante revisitation de l’histoire de l’art
Photo : D. Pasamonik (L’Agence BD)

"À la découverte du projet de Midam et Adam, voyant qu’il associait l’art à une série tous publics, j’ai instinctivement pris peur." confie l’éditrice Corinne Bertrand dans l’interview accordée à notre partenaire France 5. "Les envies d’associer la peinture à la BD ne datent pas d’aujourd’hui et peu ont été intéressantes. Mais au fil de ma lecture, ma conviction est venue du caractère plutôt peu sympathique du professeur Harding (qui reviendra à des sentiments toutefois plus humains et positifs), et du cadre général bien revendiqué : rien de pédagogique dans ce jeu d’esprit pour s’immiscer dans l’histoire d’un peintre ou de son œuvre ! Une autre chose m’a séduite : parler d’argent, de sa fascination et de son aspect « moteur dérisoire » : passées les envies de réaliser de belles plus-values, demeure l’aventure du voyage dans le temps, autrement plus excitante ! Mais en même temps, que la barre est placée haute pour suppléer à cette frénésie financière : Harding peut s’offrir des voyages dans le passé pour rencontrer de grands hommes morts depuis fort longtemps… À côté de ça, notre réalité est d’un banal… "

Araceli (épouse et agent de l’auteur) et Midam dans la salle des Rembrandt, au Louvre
Photo : D. Pasamonik (L’Agence BD)

Afin de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier et de faire "jouer la concurrence", Midam a donc choisi de ne pas s’adresser à Dupuis, son éditeur historique. Face au peu d’entrain manifesté par Glénat, c’est dans l’escarcelle de Mourad Boudjellal que tombe le projet. D’autant plus que le label Quadrants dirigé par Corinne Bertrand est un écrin qui convient parfaitement à Midam et Adam.

Le principe d’Harding Was Here est simple. Chaque chapitre constitue une histoire courte de 11 pages, la dernière planche étant consacré au tableau qui sert d’intrigue scénaristique à Midam. Car l’auteur choisit à chaque fois une œuvre qui présente un élément étonnant et inexpliqué à ce jour par l’histoire de l’Art.

"Dans Le bœuf écorché de Rembrandt, il y a une silhouette dans l’ombre. Les historiens ne peuvent pas l’expliquer. Voilà donc une faille dans laquelle je peux m’engouffrer." explique Midam. Le jeu du scénariste consiste alors à proposer une explication où Harding a bien sûr un rôle déterminant.
Solidement documenté, la série promeut l’air de rien l’histoire de la peinture en y ajoutant une dimension loufoque et humoristique cher au créateur de Kid Paddle.

Adam au Louvre devant "Le boeuf écorché" de Rembrandt. La mystérieuse silhouette d’une femme à l’arrière-plan a servi de base à une histoire.
Photo : D. Pasamonik (L’Agence BD)

Ce premier tome où Harding rencontre Vincent Van Gogh, Rembrandt, Lorenzo Lotto et Nicolaes van Galen, s’achève sur un cliffhanger particulièrement efficace, invitant fortement le lecteur à découvrir la suite.

Avec cette série, Midam se met réellement en danger car le style et la thématique évoquée s’adresse à un public plus âgé que le classique lectorat de Kid Paddle. Nous ne pouvons qu’encourager et féliciter l’auteur de vouloir sortir de sa routine.

(par Laurent Boileau)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
7 Messages :
  • Tout cela ressemble furieusement à l’excellente série (trois volumes, je crois) de Fred et Alexis : "Time is money" (sous-titrée : ils voyagent dans le temps pour de l’argent"). Dans une des histoires un des deux personnages principaux va dans le passé pour acheter un portrait de Monna Lisa à Léonard de Vinci avant qu’il ne soit connu...

    Répondre à ce message

    • Répondu par Bert Sinnave le 10 juillet 2008 à  23:36 :

      Je ne peux m’empêcher de croire que Midam a du lire ces livre ... Je l’ai rencontré une fois, et il m’avait donné l’impression d’avoir une culture BD assez impressionnante. De là à crier au plagiat, il y a de la marge. Je ne pense pas qu’un auteur comme lui se risque à ce genre de choses. Il s’agit plus que probablement d’un hasard, ou au pire de réminiscenses inconscientes ou subconscientes.

      Bert

      Répondre à ce message

  • J’ai laissé hier un commentaire allant dans le même sens, mais a priori il n’a pas dû plaire à Actuabd puisqu’il est passé à la trappe (comme celui-ci peut-être !!!!!).

    Répondre à ce message

    • Répondu par ActuaBD le 7 juillet 2008 à  22:53 :

      J’ai laissé hier un commentaire allant dans le même sens, mais a priori il n’a pas dû plaire à Actuabd puisqu’il est passé à la trappe (comme celui-ci peut-être !!!!!).

      Il était diffamatoire. Voilà pourquoi.

      Répondre à ce message

  • Je viens de lire cet album et je l’ai trouvé génial.

    On y apprend quelque chose sur la peinture tout en lisant une aventure divertissante.

    Vite la suite !

    Lionel Baland

    Répondre à ce message

    • Répondu par Fabrice le 15 juillet 2008 à  08:19 :

      Pourquoi vouloir dénigrer ou essayer de dire a tout prix que toute nouvelle série "ressemble à.." ? (la critique est facile, l’art est difficile...)
      Cette BD est très intéressante et Midam et Adam ont fait un travail remarquable dessus. Le but d’une BD est de raconter des histoires quand en plus elle est intructive, c’est parfait. Le dessin est aussi très bon. C’est tout ce qui compte, belle BD à découvrir

      Répondre à ce message

      • Répondu par Fred le 7 avril 2009 à  23:11 :

        Tout à fait d’accord ! Un dessin de qualité soutenu par un scénario qui tient bien la route et qui donne envie de connaître la suite. Que demander de plus pour une nouvelle série ?

        Répondre à ce message

Newsletter ActuaBD