"Harmony" : un second cycle qui décoiffe !

19 octobre 2018 0 commentaire
  • Malgré une couverture plutôt sombre, Mathieu Reynès propose un second cycle moins claustrophobique, mais tout aussi pyschologique. L'incontournable pour les jeunes ados !

Dans un précédent article, nous avions présenté en détail les débuts de la série Harmony ainsi que la prolifique carrière de son scénariste, dessinateur et co-coloriste Mathieu Reynès.

Pour rappel, et en essayant de ne pas vous dévoiler trop d’informations critiques car le suspense distillé par l’auteur est l’une de clefs de la série, Harmony met en scène une jeune fille douée de pouvoirs télékinésiques. Comme elle, quelques autres enfants dotés de pouvoirs psychiques sont "encadrés" dans un centre. Mais ces facultés attisent les convoitises : le gouvernement, une compagnie privée ainsi qu’un sombre groupuscule tentent de profiter des enfants, tandis que certaines personnes désirent les sauver et leur apprendre à canaliser leurs dons… C’est du moins ce qu’ils affirment.

"Harmony" : un second cycle qui décoiffe !

Mathieu Reynès
Photo : Charles-Louis Detournay

Débuté sous le sceau du suspense et des découvertes dans le premier tome, le premier cycle d’Harmony a permis de placer les personnages et les diverses factions, tout en dévoilant quelques éléments plus vastes, comme l’origine de ces pouvoirs. C’est donc avec un plaisir non dissimulé que nous retrouvons nos héros pour un second cycle, qui débute une fois de plus sur les chapeaux de roue, avant de repartir dans un long flash-back et reprendre la situation qui clôturait le cycle précédent.

« Ce premier cycle représentait la mise-en-place de la série et des personnages, nous a expliqué Mathieu Reynès. Mais mon objectif est vraiment de développer la série sur le long terme. Ce second cycle présente donc pas mal de progressions et j’espère qu’il sera suivi par de nombreux cycles dans le futur. J’imagine (et j’écris) Harmony comme une série télévisée au long cours, tant dans le rythme que dans le développement de personnages avec une certaine profondeur, sans oublier l’action bien entendu. »

Harmony est doté de pouvoirs télékinésiques, une faculté qui la place malheureusement au centre de bien des attentions
Harmony T4, Par Mathieu Reynès - Dupuis

L’identification entre le lecteur et le ou les personnages est très forte, car dès les premières pages de sa série, Mathieu Reynès a placé son héroïne au même niveau que le lecteur : amnésique, ne sachant donc rien de son passé, mais aussi de ses pouvoirs. Cette amnésie s’estompe rapidement, mais ce lien de proximité demeure, comme il nous le détaille :

« Mon parti-pris est d’éviter que le lecteur soit omniscient et donc spectateur de l’intrigue. Je désire qu’il participe pleinement à l’aventure, comme un personnage. Pour cela, il doit apprendre les éléments en même temps que les personnages. Je place donc des indices, soumets des énigmes pour que le lecteur soit attentif, réfléchisse et se pose des questions, avant de résoudre le tout quelques pages plus loin. »

La colère booste les pouvoirs d’Harmony
Harmony T4, Par Mathieu Reynès - Dupuis

Au-delà de leurs pouvoirs, la fragilité des personnages leur confère beaucoup d’attraits. Comme tous les enfants, leurs peurs, leurs joies, leurs envies et leurs colères sont exacerbées, ce qui prend par contre des proportions plus difficilement contrôlables à cause de leurs pouvoirs. Par exemple, la plus jeune du groupe se trouve confrontée à l’âge des premiers réels cauchemars, avec des conséquences néfastes lorsque on est douée de pyrokinésie (faculté de produire du feu par l’esprit).

« Le piège de certaines séries, comme les incontournables X-Men ou Dragon Ball Z, est de présenter des pouvoirs qui vont crescendo, jusqu’à ce que les personnages deviennent des dieux, avec le souci que cette toute-puissance génère. J’essaye donc de faire évoluer le pouvoir des enfants de ma série, mais sans qu’ils n’en aient complètement le contrôle. Comme des pics de puissance. Même s’ils sont donc doués de pouvoir, cette incompétence à les dominer ne les rend donc pas infaillibles, ni indestructibles. Et comme mes personnages grandissent et vont donc évoluer plus vite que des adultes, leur physique se modifie. Ce qui m’arrange également, car mon graphisme se modifie en permanence, étant un dessinateur très influencé par ce que je découvre. Naturellement, mon dessin change, tant dans les personnages que dans le graphisme, cela reste vivant. »

Mathieu Reynès modifie en permanence sa mise-en-page pour s’adapter au type de la séquence (intime, action, rêve, pouvoir, révélation) et à ce qu’il doit dessiner. Allié à son style graphique soigné et efficace, cette diversité de découpage donne un très grand dynamisme à sa série, notamment à ce dernier album, surtout lorsque l’auteur soigne ses effets.

Eden est en proie à des cauchermars, mais provoqués par qui ?
Harmony T4, Par Mathieu Reynès - Dupuis

Vous l’aurez compris, nous sommes conquis par Harmony, une série aussi réussie graphiquement que scénaristiquement, et pour laquelle chaque nouveau tome apporte son lot d’informations, sur une situation au final plus riche que l’on ne l’aurait cru initialement. Une série à découvrir donc d’urgence pour les amateurs du genre, surtout que l’auteur se dévoue totalement pour maintenir une parution annuelle tout en conservant la qualité attendue par les lecteurs.

Propos recueillis par Charles-Louis Detournay

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

D’Harmony par Mathieu Reynès (Dupuis), commander :
- le tome 1 chez Amazon ou à la FNAC
- le tome 2 chez Amazon ou à la FNAC
- le tome 3 chez Amazon ou à la FNAC
- le tome 4 chez Amazon ou à la FNAC

Lire également notre article présentant le début de la série

Lire un extrait du tome 4->https://www.dupuis.com/catalogue/harmony/bd/reader/harmony-tome-4-omen/73536] et visiter le site dédié à la série Harmony

  Un commentaire ?