Hauteville House - T2 : destination Tulum - Duval & Gioux - Delcourt

9 juin 2005 0
  • Avec {Hauteville House}, Fred Duval et Thierry Gioux nous offrent un pur moment d'aventure, totalement distrayant. Bref, une série incontournable du label "Série B" des éditions Delcourt.

15 mai 1864, les forces spéciales de l’Empereur Napoléon III interviennent sur le sol mexicain à la poursuite de l’agent républicain Gavroche. Sans nouvelles de lui, le Q.G. de la résistance française donne sa première mission de terrain à Églantine. Cette dernière se retrouve à son tour sous la surveillance de l’intrépide Zelda, toujours au service du contre-espionnage américain.

Fred Duval (Carmen Mac Callum, Travis), très inspiré, joue à la fois sur l’Histoire (le Second Empire de Napoléon III) et sur le mélange des genres : SF, fiction politique, western, thriller fantastique. C’est redoutable...

Avec les gadgets, les déguisements, la modernité par rapport à l’époque, et les services secrets, le scénario évoque un peu l’ambiance des Mystères de l’Ouest. Le monde imaginaire que Duval nous propose utilise certaines technologies qui seront inventées bien après 1864. Il malmène habilement certains éléments historiques pour les adapter à sa convenance et rendre l’ensemble crédible mais aussi très original. Les personnages sont attachants et le scénariste maîtrise son suspense.

Le story-board de Christophe Quet et la mise en couleur, très réussie, de Carole Beau complètent parfaitement le travail de Thierry Gioux (Le vent des Dieux, Waldeck). L’auteur dessine de superbes scènes d’action comme l’attaque des "hommes volants" au début, puis celle du dirigeable Santa Anna sur le véhicule de Gavroche. L’univers de Hauteville House [1] est d’une grande richesse graphique, rempli de bonnes idées (la "base de données", planche 14, est magnifique). Les décors sont soignés et certaines cases valent le détour. Le plaisir du dessinateur est évident à chaque page.

Le premier tome était prometteur, Destination Tulum confirme que Hauteville House est en passe de devenir une des plus belles séries des éditions Delcourt.

(par Laurent Boileau)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Lire un extrait.

[1Hauteville House est aussi bien le lieu où Victor Hugo vécut en exil jusqu’à la chute de Napoléon III, qu’une allusion à l’adresse des éditions Delcourt situées à Paris, rue d’Hauteville

  Un commentaire ?