Hawkeye – L.A. Woman – Par Matt Fraction, Annie Wu & Javier Pulido – Panini Comics

10 novembre 2014 0 commentaire
  • L'unique série de Marvel multi-récompensée aux prix Eisner ces dernières années revient... sans le dessinateur-star David Aja, ni le personnage de Clint Barton dans le rôle principal ! Et pourtant, le scénariste Matt Fraction parvient une nouvelle à toucher le cœur de sa cible.

Ce troisième tome consacré à la série Hawkeye est quelque peu particulier : il regroupe les épisodes consacrés ces derniers mois aux États-Unis à Kate Bishop, l’autre personnage de l’univers Marvel qui a pris le nom de Hawkeye.

La série de Matt Fraction connaît en effet une construction des plus singulières : depuis que Kate a quitté le domicile de Clint à New York, lassée de le voir accepter sans sourciller tous les déboires qui le touchent, la série alterne entre un épisode consacré aux aventures de Clint puis un autre à celles de Kate. [1]

Hawkeye – L.A. Woman – Par Matt Fraction, Annie Wu & Javier Pulido – Panini Comics
L’aventure de Kate Bishop n’est pas de tout repos.
© Marvel - Panini Comics

On suit donc dans l’ouvrage ici présent Kate, qui a décidé de mettre les voiles à Los Angeles. Comme le souligne Clint, c’est une très bonne idée qu’un Hawkeye de plus aille se réfugier en Californie... [2]

C’est décidé, Kate prend son envol !
© Marvel - Panini Comics

Kate Bishop est l’un de ces personnages particulièrement intéressants apparus dans l’histoire récente de Marvel. Créée en 2005 pour les besoins de la série Young Avengers de Allan Heinberg et Jim Cheung, le personnage a une histoire tragique qui donne une sacrée envergure à son engagement héroïque : jeune héritière d’une famille très aisée, Kate a été la victime d’une agression sexuelle à Central Park ; elle a décidé de mettre son énergie et ses moyens au service des autres afin d’exorciser ses sentiments liés à ce crime.

Sans pouvoirs, Kate a suivi un entraînement rigoureux qui lui a permis d’être on ne peut mieux accomplie dans bien des domaines et d’avoir un caractère très trempé qui ont fait d’elle un des leaders de ces jeunes Avengers. Son caractère était tellement fort par ailleurs que Captain America a décidé de lui léguer le nom et l’arc de l’original Hawkeye, alors mort à l’époque.

Difficile de faire la vie dure aux préjugés, même pour Hawkeye !
© Marvel - Panini Comics

Désormais à Los Angeles, Kate a fort à faire pour se créer une nouvelle vie. Certes, elle n’est pas seule car le chien Chanceux l’a suivie, mais quand même... Entre un père qui se remarie avec une ancienne camarade de classe de Kate sous le coup de la crise de la cinquantaine, un mentor qui répond presque aux abonnés absents à New York et une grande figure de la Maggia (un grand syndicat du crime de l’univers Marvel) qui veut sa revanche sur la jeune effrontée, on ne peut pas écrire que la pauvre Kate soit gâtée pour prendre son envol !

Kate comprend bien vite que son arrivée à Los Angeles a attiré l’attention d’un public dont il faut se méfier.
© Marvel - Panini Comics

À l’image de ce qu’il a pu construire autour de Clint Barton dans cette série, Matt Fraction s’intéresse aux déboires du quotidien qui peuvent frapper Kate. Pas besoin de la menace d’un super-vilain dans les parages quand on se retrouve sans carte de crédit et sans domicile histoire de compliquer son existence... Une nouvelle fois, la sauce prend bien avec ce type de récit et le personnage de Kate n’en paraît que davantage sympathique devant les problèmes qui se dressent devant elle.

Kate n’aura d’ailleurs pas trop le temps de chômer : après avoir décidé de monter sa propre boîte d’héros à louer/détective privé pour mettre ses compétences à l’œuvre, elle va devoir composer avec des mystères des plus psychédéliques entre les déboires d’un musicien maudit des années 1960 et ceux d’un journaliste pris dans la tourmente des années 1990. On est pas loin de l’étude sociologique de la cité des anges à visée humoristique de la part de Matt Fraction !

Toutefois, ce troisième volume apparaît en retrait par rapport au précédent, qui constituait il faut bien l’avouer une sorte de chef d’œuvre en devenir de l’histoire récente de Marvel. En effet, dans ce troisième volume, on ne retrouvera pas un épisode d’une originalité et d’une audace folles dont avaient pu faire preuve Matt Fraction et David Aja avec le célèbre et primé épisode #11 organisé autour d’une narration silencieuse et à hauteur du chien Chanceux.

Kate donne de sa personne pour mener à bien ses investigations.
© Marvel - Panini Comics

Ce regret mis à part, la série conserve des atouts forts en terme de narration, a pour tête de proue un personnage féminin de valeur et a la bonne idée de confier la majorité des planches à une dessinatrice, Annie Wu, dont le joli style plus contemporain et arrondi sied bien au jeune personnage principal.

Vous l’aurez certainement compris, ce troisième volume de la série Hawkeye constitue encore une fois une bonne référence dans le catalogue récent de Marvel. Même en changeant de personnage principal le temps d’un volume, la série parvient à conserver son regard décalé et finalement bienveillant sur ces super-héros qui n’ont pas de pouvoirs ahurissants et qui se battent inconsciemment au quotidien pour incarner les figures les plus positives possibles aux yeux du public.

(par Romuald LEFEBVRE)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet ouvrage sur Amazon ou à la FNAC

[1Les aventures de Clint sont dessinées par David Aja, celles de Kate principalement par Annie Wu. David Aja continue néanmoins de réaliser les si caractéristiques et primées couvertures de la série.

[2Dans les années 1980, Clint Barton avait rejoint les Avengers de la côte ouest, d’où son expérience sur le sujet.

  Un commentaire ?