Henri Filippini : « Glénat est un éditeur qui a beaucoup innové »

26 septembre 2009 5 commentaires
  • Longtemps le bras droit éditorial de Jacques Glénat, Henri Filippini est un témoin privilégié puisqu’il l’accompagne depuis ses débuts, il y a quarante ans. Souvenirs.

Henri Filippini fait partie, avec Claude Moliterni ou Maurice Horn, du tout premier cercle des passionnés de bande dessinée formant des clubs dans les années 1960. Il est très tôt collaborateur de la revue Phénix et anime un certain temps le fanzine Alfred. Il participe aux premières encyclopédies sur la bande dessinée et figure parmi les premiers historiens de ce médium. Après avoir dirigé Pieds Nickelés Magazine, il rejoint le groupe Hachette comme éditeur dans les années 1970, tout en chroniquant la BD dans France-Soir.

Enfin, en 1969, il rencontre le jeune Jacques Glénat-Guttin dont il deviendra le principal collaborateur à partir de 1974, animant les revues Les cahiers de la bande dessinée, Circus, Gomme et Vécu, apportant au catalogue de la maison grenobloise des auteurs comme Cothias, Bourgeon, Juillard, Dermaut, Yslaire, Vicomte, Adamov, Kraehn, Makyo et bien d’autres...

Henri Filippini : « Glénat est un éditeur qui a beaucoup innové »À quoi ressemble Jacques Glénat le premier jour que vous le rencontrez ?

C’est très simple, je faisais un fanzine qui s’appelait Alfred, du nom du pingouin d’Alain Saint-Ogan dans Zig & Puce. J’habitais Paris à l’époque, dans un appartement assez vaste, et je refaisais le monde avec quelques auteurs. Il y avait Luguy, encore en costume de marin car il faisait son service militaire, il y avait Cothias, Jacques Lelièvre… C’est un dimanche après-midi et on frappe à la porte. J’ouvre et je me trouve face à un petit môme qui me dit : « Je suis Jacques Glénat-Guttin. Je suis de Grenoble. Je suis abonné à Alfred et mon père médecin a un congrès à Paris. J’en profite pour venir vous voir et vous apporter le premier numéro des Cahiers de la bande dessinée qui vient de sortir  ». Il a passé le reste de la journée avec nous, il a même partagé notre cassoulet en boîte. Et il est reparti le soir. Voilà comment s’est passée notre première rencontre. Il avait 17 ans. Depuis, on a toujours communiqué, on ne s’est jamais perdu de vue, ce qui fait que le jour où il a ouvert son antenne à Paris, il m’a demandé si je voulais être son œil parisien car il voulait rester à Grenoble.

Un œil peut-être, jamais un bras droit ?

Non, c’est un bien grand mot. J’ai toujours voulu me limiter au métier d’éditeur, m’occuper des auteurs. Je ne le regrette pas, car il m’ont bien rendu, ces auteurs.

C’est un parcours d’alpiniste. Il y a eu des chutes… Comment peut-on caractériser ces 40 ans de carrière ?

Il a fait beaucoup pour faire avancer la bande dessinée. Il a apporté la bande dessinée historique pour adultes. C’est Glénat qui a amené le manga. C’est Glénat qui a introduit des collections de qualité avec Caractères, qui a révolutionné la BD pour ados avec Titeuf, qui a amené la BD de concept avec plusieurs auteurs grâce au Triangle secret et au Décalogue qui a mis cette pratique à la mode, etc. C’est une maison qui a beaucoup innové.

Le fait qu’elle soit située à Grenoble a joué ?

Oui, car je crois que Jacques, en bon provincial, n’a jamais été dupe. Il n’a pas joué sur le parisanisme comme ont pu le faire, par exemple, les Humanoïdes Associés. Il était à l’abri de ces dérives coûteuses et suicidaires. Je crois que c’est important.

Henri Filippini devant le Couvent Sainte-Cécile à Grenoble
Photo : D. Pasamonik

C’est un patron comment ?

Je dirais que c’est un homme de passions. Il a toujours travaillé pour ses passions : la bande dessinée, la montagne, la gastronomie. Quand on voit son catalogue, on en est convaincu. Il les a assouvies en en faisant son métier.

Et puis le voilà qui entre au couvent… Pour l’éditeur de Marie-Gabrielle de Saint-Eutrope [1], il y a comme un contraste.

Un clin d’œil aussi, peut-être. Il a voulu rénover ce cloître qui était à l’abandon qui a été tour à tour dépôt militaire, cinéma, théâtre,… Il fallait voir, c’était une ruine.

Glénat est un grand éditeur de bande dessinée ?

Il est un des rares avec Soleil et Delcourt à être un éditeur encore indépendant. Le nom du patron est celui qui est marqué sur la couverture, comme Dupuis, comme Dargaud ou Casterman avant qu’ils ne soient rachetés par des grands groupes. Quand, en ce qui me concerne, j’ai envisagé la retraite, il m’a dit : « Moi, je finirai sans doute dans mon fauteuil d’éditeur, jusqu’au bout. »

Propos recueillis par Didier Pasamonik

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Lire aussi : "Pour ses 40 ans d’édition, Jacques Glénat entre au couvent

[1Un livre érotique de Georges Pichard que Glénat a édité dans les années 1980, et qui devrait être réédité en novembre prochain.

 
Participez à la discussion
5 Messages :
  • Je profite de cette interview pour saluer Henri Filippini qui a beaucoup apporté à la BD, j’ai dans ma collection les deux volumes de l’encyclopédie mondiale de la bande dessinée qu’il avait fait avec Moliterni et Couperie, dans les années 70 il tenaist une petite librairie de BD dans le Marais à Paris à laquelle j’avais plaisir à y aller, je me rappelle qu’il publiait des bulletins d’information bédéthique intitulé Schroumpfanzine, je remercie Jacques Glènat et Henri Filipini pour ce qu’ils ont apporté à la BD

    Répondre à ce message

    • Répondu par Oncle Francois : Collectionneur expert de BD ! le 27 septembre 2009 à  17:36 :

      Il aura sans doute permis à Monsieur Glénat de devenir millionnaire, grace au transfert réussi (mais parfois temporaire)d’auteurs de l’écurie Bayard de la trempe de Convard, Juillard et Bourgeon.

      Je me rappelle de sa petite boutique du Marais (Chanaron, métro Saint Paul, je crois ; des fois, Jean Leturgie le remplacait quand il était absent), où il y avait les nouveautés Glénat, mais aussi des BD anciennes de collection.

      Il est dommage que l’encyclopédie mondiale de la bande dessinée qu’il avait faite avec Moliterni et Couperie n’ait jamais été terminée. Ceux qui l’acheterent n’eurent droit qu’aux auteurs des premières lettres de l’alphabet, hélas !

      Répondre à ce message

  • "C’est Glénat qui a amené le manga."

    Non, c’est les Humanos qui ont amene le Manga "Gen d’Hiroshima" 1979.

    Répondre à ce message

    • Répondu le 29 septembre 2009 à  09:58 :

      Arrêtez de jouer sur l’histoire. On peut parler du Cri qui tue, encore avant les humanos...
      Le premier qui a fait du manga une vraie politique éditoriale durable et non une anecdote comme les Humanos, c’est bien Glénat et ensuite Tonkam en tant qu’éditeur spécialisé.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Alex le 11 octobre 2009 à  22:56 :

        Anecdote et Histoire... Je mets les capitales pour vous êviter la peine. Si vous considérez la politique éditoriale des Humanos comme anecdotique... alors oublions aussi la 1ère graphic-novel moderne publiée en France (le Steranko/Hammet). Devant le "Gen d’Hiroshima" et "Dragon Balls" je vous laisse méditer sur l’anecdotique et l’essentiel, et sur la vraie(?) politique éditoriale... Ah oui, durable aussi -c’était bien votre terme.

        Répondre à ce message