Henri Vernes, l’auteur de Bob Morane, fête ses 100 ans aujourd’hui

16 octobre 2018 5 commentaires
  • Dans la bande dessinée, les centenaires sont rares. Alors quand le créateur de Bob Morane célèbre le sien, tout en ayant gardé sa verve, nous en pouvons que saluer l’écrivain de talent, le scénariste fabuleux qui, depuis 1953, peuple notre imaginaire avec ses personnages, révélant au passage de grands dessinateurs comme Pierre Joubert, Dino Attanasio, Gérald Forton, William Vance, Coria, René Follet et bien d’autres qui ont fait rayonner l’Aventurier jusque de l’autre côté de la planète.
Henri Vernes, l'auteur de Bob Morane, fête ses 100 ans aujourd'hui
La collection Bob Morane créée en 1953 chez Marabout, un classique de l’aventure illlustré par Pierre Joubert.

Charles-Henri Dewismes, qui signe sous le pseudonyme d’Henri Vernes, qu’il tenta dans un premier temps de prononcer « Vernès » , est avant tout un bon écrivain, dans la longue lignée de ces romanciers belges qui ont fait le tour du monde avec des aventures populaires et imaginatives : les frères J-H. Rosny, Georges Simenon, Stanislas-André Steeman, Jean Ray

C’est sans doute ce dernier qui influence le plus la carrière d’un jeune homme qui échappa au carcan familial pour courir l’aventure de la Turquie aux fins fonds de l’Asie, avant de faire métier de journaliste non sans avoir essayé auparavant, dit-il, celui de diamantaire. « Dit-il » car, comme son maître Jean Ray qu’il a bien fréquenté, sa biographie est une matière romanesque aussi mouvante que dans ses romans.

Mais peu importe, le fait important est que le sémillant éditeur des éditions belges Marabout qui figurent parmi les précurseurs du livre de poche, Jean-Jacques Schellens, lui commande une série d’aventure pour la jeunesse, Bob Morane.
L’auteur ne sait plus trop s’il a cueilli ce patronyme en s’inspirant d’un avion célèbre pu d’une obscure tribu africaine. Il a toujours aimé brouiller les pistes...

Henri Vernes en 2014
Photos : D. Pasamonik (L’Agence BD)
La première BD de Bob Morane, signée Dino Attanasio.

« Ce qui m’a étonné chez lui, racontait Daniel Fano son biographe, c’est que, pour quelqu’un qui est dans ce qu’il faut bien appeler de la « littérature industrielle », il y a des moments d’écriture absolument fabuleux. On sent qu’il y là un véritable écrivain. Ce n’est pas étonnant qu’il ait pu susciter d’autres vocations littéraires. Il aurait pu être un écrivain « sérieux ». Tant mieux pour nous s’il a fait Bob Morane aussi qui n’est pas du tout une œuvre dépassée, sans importance. Au contraire, en tant que spécialiste de la littérature de jeunesse depuis des années, j’ai été très étonné, en relisant ses romans, de découvrir qu’en matière d’écriture, de vocabulaire notamment, de conjugaison, c’est nettement supérieur à ce que l’on produit aujourd’hui. » Ce qui ne l’empêcha pas, comme Alexandre Dumas avant lui, de se faire aider par d’autres plumes comme dans ce «  Cycle d’Anankê » que l’on attribue partiellement à l’éditeur Philippe Vandooren.

William Vance a été le meilleur dessinateur de Bob Morane dans le domaine de la BD.
© Le Lombard

Ce qui frappe chez Charles-Henri, que seuls ses proches appellent « Charlie » et non pas Henri, c’est l’étendue de son registre, de l’enquête policière à la fable fantastique, de la chronique d’aventure à la science-fiction la plus débridée. Produisant plus de 200 romans avec une qualité indéniable et une régularité de métronome,

Henri Vernes est un orfèvre du verbe, passionné et érudit, qui a su, comme bon nombre de ses compatriotes, faire passer les péripéties anecdotiques d’un pays balloté par l’histoire (et Dieu sait si, lui qui est né en 1918, s’il en a connues...) au rang de mythe universel.

L’essentiel de ses bandes dessinées ont été publiées aux édiitons du Lombard.

Nous vous saluons bien bas, Monsieur Henri Vernes.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
5 Messages :
  • Une vie presque aussi remplie que la bibliothèque des Bob Morane. Je rappelle que Henri Vernes et les éditions Marabout sont mises en scène dans le dernier Ric Hochet de Zidrou et Van Lient

    Répondre à ce message

  • Miss Ylang Ylang
    16 octobre 13:32, par bearboz

    Bon anniversaire, M. Vernes !
    L’air de rien, son oeuvre nous aura tous marqués : arrivé à Mayotte en reportage, on m’a désigné une forêt touffue...
    "tu sens cette odeur enivrante ? Ylang Ylang !"
    Et là, l’air de rien, j’ai vu devant moi la miss vénéneuse des aventures de Bob !
    Trop fort, monsieur Henri !

    Répondre à ce message

  • Henri Vernes a eu la bonne fortune et le l’inestimable talent de créer non seulement un héros de roman populaire, dans le sens le plus noble de ce terme, mais aussi une galerie de personnages hauts en couleur, et des méchants particulièrement réussis ; comme avant lui des auteurs tels que Dumas, Ponson du Terrail, Zevaco, Conan Doyle, Fleming Frédéric Dard et quelques autres.

    Le public ne s’y est pas trompé, il a adopté cet univers foisonnant, et a donné au créateur de Bob Morane le succès qu’il méritait. Un grand coup de chapeau et ...Bon anniversaire, monsieur Vernes.

    Répondre à ce message

  • Je lis , entres autres , Bob Morane depuis l’âge de 10 ans et le plaisir est toujours renouvelé .
    Excellent anniversaire Mr Vernes et merci pour tout

    Répondre à ce message