Newsletter ActuaBD

Hervé Loiselet : « Suprême Dimension affiche une filiation avec Lanfeust Mag ».

  • Les éditions Soleil lancent ces jours-ci un nouveau magazine, {Suprême Dimension}, à l'occasion du festival d'Angoulême. Après s'être consacré à l'actualité et aux acteurs de la bande dessinée (« {{Bandes Dessinées Magazines}} »), l'éditeur toulonnais désire cette fois se recentrer sur la prépublication de ses propres productions destinées aux adolescents et aux adultes, tout en s'offrant le luxe de conserver un espace pour accueillir les auteurs étrangers à son catalogue.

Nous avons soumis Hervé Loiselet, le rédacteur en chef de ce nouveau magazine au supplice de la question ...

Pourriez-vous nous présenter Suprême Dimension ? Pourquoi ne pas avoir plutôt changé la formule de Bandes Dessinées Magazine ?

Suprême Dimension est un mensuel de cent pages à dos carré et collé. Nous publions quelque chose de très différent de Bandes Dessinées Magazine. Le contenu, les rubriques et la périodicité de ces deux magazines ne se ressemblent pas. Il ne s’agit donc pas d’une nouvelle formule de Bandes Dessinées Magazine, mais bien d’un nouveau journal !

Il est donc naturel d’annoncer la couleur en le baptisant d’un autre nom. Suprême Dimension affiche clairement une filiation avec Lanfeust Mag en s’adressant, à priori, à des lecteurs plus âgés et aux adultes qui n’ont pas perdu la passion de la BD d’aventure, de science-fiction et de détente. De ce fait, nous travaillons en concertation avec Lanfeust Mag. Le Studio Gottferdom est l’invité permanent et il est bien évident que Christophe Arleston, en tant que patron de Lanfeust Mag, est directement concerné, tout comme la direction éditoriale de Soleil.

Hervé Loiselet : « Suprême Dimension affiche une filiation avec Lanfeust Mag ».

Les prépublications seront-elles uniquement issues du catalogue de Soleil ?

Ce sera du 100% Soleil ! Deux tiers de Suprême Dimension sont consacrés à la BD, des prépublications pour l’essentiel, mais aussi des extraits et des histoires courtes dès que possible ...

Quelles sont les différences entre votre journal et des concurrents tels que Bo Doï ou même Lanfeust Mag ?

Je vous laisse juge ...

Pourriez-vous nous présenter l’équipe de Suprême Dimension ?

Une bonne partie des collaborateurs de Bandes Dessinées Magazines et de L’Année de la BD enchaîne sur ce nouveau projet. Avec deux nouvelles recrues : Amin Kosha et Nicolas Adolphi. Ce dernier avait créé Bédéka et son regard complète utilement l’équipe. A l’opposé, Amin s’intéresse plus particulièrement au cinéma, à la télévision et à la littérature.

Denis Bajram s’est particulièrement impliqué en créant le logo, une identité graphique et en réalisant l’illustration de couverture. Dav pilier, de Lanfeust Mag, s’est également embarqué dans l’aventure. Il représente à lui tout seul le lien de parenté entre les deux journaux.
Pour le reste, le magazine trouve tout naturellement sa place, au quotidien, dans les locaux de Soleil. Tous les services de la maison sont impliqués.

Pourquoi lancer un nouveau titre dans un secteur risqué ? Les magazines Pavillon Rouge et Bédéka ont notamment disparu ces dernières années...

Pourquoi pas ? Lanfeust Mag se porte bien ! Ce n’est pas parce que le segment est très difficile que l’on doit s’interdire d’y réfléchir et d’y être présent ...

Un extrait du magazine

Continuerez-vous à traiter de l’actualité des autres maisons d’édition au travers d’interviews d’auteurs ?

Il y aura quelques invités à chaque livraison. Certains seront conviés à la fête par ceux qui font l’objet d’un dossier dans le magazine ou qui réalisent la couverture. D’autres seront invités par la rédaction...

Et les chroniques ?

On évitera de chroniquer les albums des éditions Soleil, puisque l’on en parlera déjà en interviewant les auteurs. La place des chroniques sera de toute façon minime dans Suprême Dimension. Il est difficile, à mes yeux, de se distinguer de tous les autres supports par ce biais. Le public ne manque, aujourd’hui, ni d’information, ni de repère sur les nouveautés.

Quel sera le tirage de ce nouveau mag ?

50.000 exemplaires, on espère en vendre beaucoup. En France bien entendu, mais aussi dans une partie de l’Afrique francophone, les Dom-Tom, la Belgique, le Maroc, le Portugal ...

(par Nicolas Anspach)

(par Erik Kempinaire)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Photo de Hervé Loiselet (c) Didier Pasamonik.

 
Newsletter ActuaBD