Histoires extraordinaires d’Edgar Poe, T1 : « Le Scarabée d’or » - Par Jean-Louis Thouard & Roger Seiter – Casterman

25 mai 2008 0 commentaire
  • Adaptation éponyme du célèbre recueil de nouvelles, cette série bénéficie d'un scénariste expérimenté et des superbes illustrations qui laissent le mystérieux et le fantastique prendre les rênes de l'intrigue.

Charleston, Caroline du Sud, octobre 1845. Sur l’île de Sullivan où il s’est réfugié après un revers de fortune, Edgar Legrand fait une étrange découverte : la représentation en or massif d’un scarabée, trouvée à proximité d’une épave ancienne, vieille de plus d’un siècle. Fasciné par sa trouvaille et flairant, peut-être, l’occasion inespérée de redresser sa situation financière, Legrand cherche à déchiffrer le message du scarabée, flanqué de son ami William Wilson, l’inséparable compagnon avec qui il écume cercles de jeux et lieux de plaisir. Ensemble, ils vont remonter la piste d’un personnage de légende : le sinistre Capitaine Kidd, pirate sanguinaire disparu corps et biens cent ans auparavant, dont personne n’a jamais retrouvé le trésor…

Histoires extraordinaires d'Edgar Poe, T1 : « Le Scarabée d'or » - Par Jean-Louis Thouard & Roger Seiter – CastermanCette nouvelle série est bien entendue adaptée des Histoires extraordinaires d’Edgar Allan Poe, fameux recueil de nouvelles qui inaugura un nouveau style littéraire au XIXème siècle. Roger Seiter, à qui on doit déjà Fog, et entre autres Dark dont le second tome vient également de sortir, a fort bien traduit les ambiances à la fois épiques et légèrement oppressantes du récit initial. Si l’innovation de celui-ci était à l’époque la popularisation de la cryptographie, le long développement de ce procédé, bien vulgarisé depuis, casse un peu le rythme aventureux du récit. Quoiqu’il en soit, l’ensemble est très prenant et Seiter ménage tout autant le texte initial que le lecteur en proposant une adaptation sans temps mort, mâtinée d’expressions originales, dégageant des personnages attachants.

Illustrateur pour la jeunesse, Jean-Louis Thouard trouve ici un univers propice à son trait si marqué. Ses couleurs à dominance verte et ses cadrages parfois surprenants renforcent l’ambiance fantastique du récit. Les visages de ses personnages traduisent leurs inquiétudes, voire la folie qui les habite. Dans cette mise en valeur d’un texte si connu, on se prend alors au jeu de l’intrigue pour dénouer l’imbroglio qui nous proposé.

En avant-première, une planche du tome 2, Petite discussion avec une momie

Après une telle mise en place des personnages, il eut été dommage de les abandonner au bout de ce premier tome. Heureusement, nous les retrouverons dans la suite de leurs aventures, Petite discussion avec une momie, qui va habilement mêler trois autres récits d’Egdar Allan Poe : la dite nouvelle, mais aussi La chute de la maison Usher et le très célèbre Double assassinat dans la rue Morgue.

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

- Commander le scarabée d’or sur Internet
- Commander Dark tome 2 sur Internet

Toutes les illustrations sont © Casterman.

  Un commentaire ?