Hollywood se gave de comics

  • Le filon est rentable : Hulk (cette semaine) et Batman (le 13 août) font leur retour dans le box office français, précédés par un record d’entrées plutôt flatteur aux États-Unis. On peut se poser la question : que serait Hollywood sans les comic books ?
Hollywood se gave de comics
L’incroyable Hulk par Louis Leterrier
Warner Bros

Avec un budget de 185 millions de US$, The Dark Knight de Christopher Nolan sorti en salle le 18 juillet aux États-Unis cumule à ce jour 263 millions de dollars de recette alors que le film n’est pas encore sorti chez nous. Dépassant même le record du Pirates des Caraïbes, le film fait plus d’entrées en huit jours que Batman Begins. Il devrait égaler, sinon dépasser, le précédent record détenu par le Batman de Tim Burton de 1989. Idem pour Incredible Hulk du Français Louis Leterrier. Avec un budget de 150 millions de Dollars, il « couvre » déjà ses frais avec 227 millions de dollars de recette en seulement quelques jours. Il devrait écraser le record du précédent opus de 2003, le Hulk d’Ang Lee, décevant il est vrai. Les deux films s’affrontent à quinze jours d’intervalle dans les salles obscures hexagonales.

Hulk, dans la version de 1962, par Jack Kirby et Stan Lee. Oui, à un certain moment de sa vie, il est gris.
Ed. Panini Comics et Marvel.

Hulk, finalement crédible

Créé au début des années soixante, au cœur des années magiques de la Marvel, Incredible Hulk naît de l’imagination du king des comics, Jack Kirby et de Stan Lee, qu’on ne présente plus. Comme souvent dans la saga des super-héros, il repose sur un proverbe : « La colère est mauvaise conseillère ». Qu’importe si ce sont des radiations qui rendent Hulk vert de rage, il est un des premiers super-héros à émettre l’hypothèse que la double personnalité n’est pas forcément factice, mais qu’elle est en nous, qu’elle évolue au gré de nos humeurs. Hulk est au sens propre un lunatique. Mais ce pitch simplissime devient un handicap quand il s’agit de construire une histoire. Comme chez Superman, les scénaristes devront développer des trésors d’imagination pour porter le personnage jusqu’à nous. Le film d’Ang Lee avait tenté de le poétiser en l’esthétisant. Pas très convaincant. Le film de Louis Leterrier revient aux basiques : l’efficacité brutale de la force tellurique. Le réalisateur du Transporteur sait y faire en terme d’action et accomplit à la perfection un film conforme aux standards du divertissement américain. Une version qui ne convaincra pas les sceptiques mais qui ne manque pas de panache.

Le Hulk de Kirby et Lee fait l’objet précisément l’objet d’une intégrale chez Panini ces jours-ci. L’occasion pour comparer le film avec la version originale de 1962.

Hulk, dans la version de Leterrier
(C) SND

Un héros plus complexe

Le Dark Knight de Frank Miller, un incontestable chef-d’oeuvre. Il vient de ressortir en librairie dans une version "Ultimate".
Editions Panini / DC Comics

Avec Batman, on se trouve face à un personnage autrement plus complexe. D’abord parce que Bob Kane et Bill Finger conçoivent en mai 1939, quelques semaines après la création de Superman, un héros sans super-pouvoir (mais quand même milliardaire) qui découvre sa vocation : défendre sa communauté, la ville de Gotham City, et la nettoyer de la pègre qui est à l’origine de la mort violente de ses parents. Ce tour philosophique (mais aussi politique), nourri par les réminiscences des pulps (principalement The Shadow, le feuilleton radiophonique novélisé par Walter B. Gibson) et, plus tardivement, par le roman gothique, donne au personnage une noirceur qui ira grandissante au fur et à mesure du développement l’industrie des comic books en direction des adultes.

Il n’est d’ailleurs pas surprenant que les historiens considèrent l’année où Frank Miller se saisit du personnage de Batman pour écrire son Dark Knight Returns, en 1986, comme la pierre angulaire de l’avènement du Graphic Novel. Cette année-là en effet, Art Spiegelman réunit en volume les épisodes de Maus prépubliés dans Raw et Alan Moore publie son Watchmen [1]. Dark Knight Returns et Watchmen interrogent d’ailleurs le même thème : le vieillissement du super-héros et, par là même, leur perpétuation. Le chef-d’œuvre de Miller (récemment réédité par Panini) dont ce film s’inspire (très) librement, révolutionne, et le personnage, et l’industrie du comic book. Nous ne sommes donc plus, avec Batman, face à un simple divertissement.

The Dark Knight, le chevalier noir arrive précédé d’une légende noire. Déjà la production subit le décès accidentel, en septembre 2007, du cascadeur Conway Wickliffe. Mais la nouvelle la plus surprenante vient du décès inattendu, à l’âge de 28 ans en raison d’une overdose, du comédien qui joue le rôle du Joker, Heath Ledger. Une disparition qui ne met néanmoins pas le film en péril puisque toutes ses scènes avaient déjà été tournées.
C’est précisément le Joker qui est l’attraction centrale de cet épisode. Inspiré, selon Bill Finger, par le personnage au sourire élargi de L’Homme qui rit de Victor Hugo, il incarne le mal de son visage grimaçant entre dérision et douleur. Le jeu d’acteur est remarquable entre le grand guignol ricanant et le raide chevalier à l’armure noire. Une rumeur attribuerait à Ledger un Oscar posthume.

Heath Ledger dans le rôle du Joker. Il est mort pendant le tournage du film.
Photo : (c) Warner Bros / DC Comics

Signalons la re-publication de ce mois-ci de l’impressionnant Batman, The Dark Knight Returns qui reprend le chef d’œuvre de Miller avec sa suite, The Dark Knight Strikes Again. Le volume est imposant : 512 pages de très grand format, tout en couleurs, comportant une introduction inédite de l’auteur, de nombreux documents et croquis en bonus et une couverture inédite.

Une belle page du Batman de Frank Miller . Un moment de l’histoire du comic-book.
Ed. Panini Comics / DC Comics

La folie des comics

Le filon des comics au cinéma est loin d’être tari : de nombreuses séries sont en chantier, le comic-book devenant un genre en soi, comme le western naguère. Il est clair que les progrès du numérique ont permis cette éclosion. La palette graphique suppléant le travail de la caméra, l’imagination débridée de nos auteurs de bande dessinée ne connaît désormais plus d’entrave dans la transposition à l’écran.

"Watchmen" d’Alan Moore et Dave Gibbons est très attendu.
(C) DC Comics.

Parmi les projets en cours, nous avions déjà évoqué le Spirit de Will Eisner, qui sera traduit à l’écran par Frank Miller. Le détective au loup, quasi contemporain à la trilogie canonique Superman-Batman-Captain América, était déjà un premier pied de nez à la geste super-héroïque. Son traitement par Frank Miller sera sans aucun doute particulier. L’homme qui a modernisé Daredevil et ajouté une insondable profondeur au Batman lui donnera probablement une dimension inédite, peut-être nécessaire au personnage. Wait and see.

Le Watchmen d’Alan Moore & Dave Gibbons a lui aussi déjà fait l’objet d’un écho dans nos colonnes. Il sera confié à Zack Snyder, le réalisateur du calamiteux 300 tiré d’une BD de Frank Miller. Il faudra un miracle pour qu’Alan Moore en complimente le résultat. Il est également prévu courant 2009.

Sequels

Les succès successifs de ces adaptations au box office incitent les producteurs à générer des suites.

Celui du dernier X-Men, boosté par le personnage de Wolverine, a poussé les producteurs à demander à l’homme aux griffes d’adamantium de reprendre du service dans X Men Origins : Wolverine qui donnera sa version de l’inoubliable L’Arme X de Barry Windsor-Smith. C’est le réalisateur sud-africain oscarisé Gavin Hood (Tsotsi) qui tournera la manivelle.

Le Punisher revient aussi, tout guns dehors, dans Punisher, Secret Weapon dirigé par le réalisateur allemand Lexi Alexander qui avait œuvré sur Mortal Kombat et sur Hooligans. Ça donne le ton. Il est prévu pour décembre 2008 outre-atlantique.

La suite des X-Men se consacrera aux origines secrètes de Wolverine
(C) Marvel

La qualité et le surprenant succès de la première adaptation de Ironman pousse également les producteurs à repasser les plats, en 2010, avec un deuxième volet des aventures du marchand d’armes converti au pacifisme. La séquence finale du premier film (après le générique, si vous êtes parti trop tôt de la salle) où Tony Stark croise les responsables du S.H.I.E.L.D. laisse entrevoir ce que sera la suite. Le milliardaire repenti aura à combattre le complexe militaro-industriel de son pays. Les allusions aux évènements récents de la politique américaine ne manqueront pas.

Les créations de Jack Kirby seront à nouveau à l’honneur à partir de 2010. Le marteau de Thor devrait s’abattre sur les écrans cette année-là, tandis que la figure patriotique de la Seconde Guerre mondiale, Captain América arrivera en 2011.

Bien sûr, nous attendons tous l’adaptation à l’écran de Tintin de Spielberg et Jackson.

Incontestablement, dans les années qui viennent, la bande dessinée continuera à faire acte de présence dans les salles obscures.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Acheter Hulk, L’intégrale T1 1962-1963, Hulk de Ditko, Lee, Kirby chez Panini

Acheter Batman, The dark night returns de Frank Miller chez Panini

En médaillon : "Batman, le chevalier noir". (C) Warner Bros / DC Comics

[1Stephen Weiner, The Rise of the Graphic Novel, introduction de Will Eisner, New York, NBM, 2003, page 35.

 
Participez à la discussion
11 Messages :
  • Hollywood se gave de comics
    26 juillet 2008 20:19, par Jocelyn Jalette

    Je voulais simplement relancer le commentaire de l’auteur de cet article concernant la fin (post-générique) de Iron-man. Je ne suis pas si certain que la rencontre de Tony Stark avec Nick Fury (quelle courte mais grande prestance de l’acteur Samuel Jackson !) signifie surtout l’affrontement avec le complexe militaro- industriel.
    Je suis Québécois et les films américains sortent toujours chez nous en même temps qu’aux USA. Par contre, Astérix aux Jeux olympiques est sorti ici en juillet !
    Bref, j’ai déjà vu Hulk et on voit dans la dernière scène, le général Ross accoudé sur un bar qui rencontre... Tony Stark ! Ce dernier lui parle du projet des VENGEURS... comme Fury l’a fait dans Iron-man.
    Conclusion évidente, en sachant que Thor et Capitaine américa s’en viennent, devinez quel sera le film suivant ?... LES VENGEURS, bien sûr. Alors que DC comics lançait l’idée de reprendre la ligue des super-héros avec Superman et lanterne verte, je crois que Marvel va les dévancer sur l’emploi de leur équipe maison de super-héros. Comme Marvel est devenue productrice de ces nouveaux films depuis Iron-man, la coordination de tous ces scénarios est d’autant plus facile. Voilà !

    Répondre à ce message

    • Répondu par Michel Dartay le 26 juillet 2008 à  21:03 :

      ce que l’on voit après le générique de fin d’Iron Man (que j’ai donc vu deux fois, car je n’étais pas au courant lors de la première vision), c’est la rencontre entre Iron Man et LE (pas les) responsable du Shield, tel qu’il apparait dans Ultimates : un Nick Fury qui serait devenu black ! Bien cordialement.

      Répondre à ce message

      • Répondu par jean yves le 31 juillet 2008 à  19:17 :

        les prochains films marvel sont déjà bien lancés/programmés ( sauf pépins de dernieres minutes ) : en plus de thor 2010, sortira la meme année 2011, a 6 mois d’intervalle , le captain america , suivi de Avengers ( déjà " préparé" par l’intervention de stark a la fin de Hulk , celui-ci etant ds la BD d’origine un des 1er membres Vengeurs , avec thor , ironman , captain america et ant-man , autre projet Marvel , donc pas de hasard ds le choix des adaptations des personnages )

        effectivement , le choix d’un nick furry " black" correspond a la serie parallele " ultimate" et non a l’originale ( dommage ) : ne connaissant pas la serie ultimate , il faudrait voir si stark et furry y sont antagoniste .Je n’ai pas vu le passage apres la fin mais sinon , ds le film proprement dit , les agents du shield sont plutot en bon termes avec tony et point de problemes a l’horizon , plutot une cooperation( ce qui correspond a la bd classique )

        concernant watchmen, la bande annonce visible partout sur le net est effectivement bluffante ( et 300 etait un film " interessant " visuellement parlant ), maintenant ce n’est qu’une bande annonce ...

        Répondre à ce message

  • ce qui logiquement devrait signifier que le film Avengers (pas encore officiellement annoncé, mais les indices concordent) arriverait en 2012...

    Répondre à ce message

  • Hollywood se gave de comics
    27 juillet 2008 00:20, par François Boudet

    Parait-il que la simple bande annonce du film "Watchmen" a relancé les ventes aux Etats Unis de la BD. L’album est parait-il épuisé partout aux USA et se situe dans les meilleures ventes sur Amazon. DC aurait fait réimprimer 250 000 albums. Selon le New-York Times, 75 000 exemplaires de Watchmen ont été vendus la semaine dernière !

    Répondre à ce message

  • Hollywood se gave de comics
    27 juillet 2008 04:13, par Julien

    L’adaptation de la JLA s’annonce des plus difficile : Bale (Bat-Man) a refusé d’y jouer, et il en serait de même pour Rough (Superman). Et le lieu de tournage n’est pas encore résolu, entre les USA ou l’Australie. C’est un long périple avant de voir la JLA sur les écrans. Tout comme l’adaptation de Wonder Woman, on ne sait toujours pas qui incarnera l’amazone. Même si the Green Lantern est sur un papier, voir un petit bout de bannière, ça n’est pas encore vraiment près !
    Cette année on a pu aussi apprécier l’adaptation de "30 days of night" (les vampires en Alaska !)
    Et puis attendons octobre pour HELLBOY II : The Golden Army par Rodriguez .Mignolia aussi s’adapte très bien sur le grand écran.

    Finalement, la MARVEL respecte mieux ses projets de tiroir (quoique manque un peu plus à l’appel "The Ant-Man", et "Manor , le prince des mers")par rapport à la DCComics, qui ne risque de sortir que d’ici 2010 la suite de "Superman returns".

    Répondre à ce message

  • Iron Man / Nick Fury
    28 juillet 2008 13:57, par Sébastien

    Didier,

    vous faites fausse route. Au contraire : Nick Fury, le directeur du Shield, arrive à la fin d’Iron Man pour lui proposer d’intégrer le projet Avengers. Stark accepte, et à la fin d’Incredible Hulk, parle au général Ross d’y intégrer également Hulk. Avec Thor l’an prochain, Captain America dans 2 ans et le projet Ant Man aussi en développement, le film Avengers verra le jour avec toutes les têtes d’affiches (les acteurs ont déjà signé pour rempiler sur un film Avengers). Marvel, au contraire de DC qui est plombé par les lourdeurs de Warner, est hyper reactif et construit petit à petit ses succès à venir. Une gestion impeccable de sa gamme de personnages !

    Répondre à ce message

    • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 28 juillet 2008 à  14:09 :

      Je ne suis pas comme vous un spécialiste de la série mais il semble pourtant, si l’on suit le cours du premier film, que le complexe militaro-industriel est en passe de prendre le contrôle de la société d’armement de Tony Stark. C’est un plot crédible avant sa conversion, pour des raisons patriotiques, mais peut-être un peu forcée, à la cause commune.

      Répondre à ce message

  • Batman begins ce soir à 20h50 sur France 2 !
    29 juillet 2008 14:36, par Michel Dartay

    Une promotion astucieuse puisque le nouveau Batman sort demain.

    De plus je signale dans le Libé de jour un long article sur le Comic-Con de San Diego. Deux preuves de plus que les super-héros sont entrés dans une phase de reconnaissance du grand public.

    Répondre à ce message

    • Répondu le 30 juillet 2008 à  12:04 :

      Puisqu’on est dans les chiffres, beau succès pour le film hier soir avec 24% de part de marché (4,6 millions de téléspectateurs). C’est de bon augure pour le "Dark Knight"...

      Répondre à ce message

    • Répondu par Michel Dartay le 30 juillet 2008 à  18:13 :

      et non demain. Il s’agit d’une erreur de ma part, veuillez m’en excusez !

      Répondre à ce message