Homo Politicus, ou la morale du beauf !

27 octobre 2020 10 commentaires
  • Un ministre du travail à Pôle emploi, la fausse bonne idée de Nena et Thibault Soulcié. C’est bien, cette sensation d’avoir trois grammes dans le sang, d’être accoudé au bar, tranquille en pinte à pinte avec Gégé à débiter toujours les mêmes clichés... Et voilà t’y pas qu’on refait le monde ! Qu’on velléite des révolutions ! Qu’on se prend tout d’un coup pour des rebelles – alcooliques sans foi ni foie ! – toujours incapables de penser autrement qu’en jalousant, qu’en détestant : « Eh, les politiques c’est tous des salauds ! » – Une vraie morale d’esclave en somme (dixit Friedrich Nietzsche), aujourd’hui devenue morale de beauf !

Homo politicus est une satire, un pot très pourri de tous lieux communs qu’offre le populisme. L’histoire ? Henri-Xavier de Larpege, ex-ministre du Travail, viré du gouvernement en raison d’un détournement de fonds publics, a pour mission de se trouver un nouvel emploi. Il essaie alors boulanger, mais bien sûr, il ne connaît pas le prix des croissants (que c’est original !). Il tente ensuite serveur, mais il confond « faire la plonge » et la plongée sous-marine (oui, oui, c’est de ce niveau-là), enfin il rejoint la Poste, mais il ne sait pas faire de vélo – monsieur préfère les berlines avec chauffeur...

Homo Politicus, ou la morale du beauf !

Bref, une BD tout ce qu’il y a de plus convenu - le « venu » pourrait être de trop -, une caricature de presse étirée sur une centaine de pages, le tout présenté par Nena et Thibault Soulcié, respectivement scénariste et dessinateur, lesquels affirment, dans leur présentation, d’être allergiques « aux réunions, aux lumières artificielles » et être payés à faire des blagues. Une condescendance digne de leur affreux ministre !...

(par Florian UZAN)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

Homo Politicus - Par Nena et Thibault Soulcié - Fluide Glacial

 
Participez à la discussion
10 Messages :
  • Homo Politicus, ou la morale du beauf !
    27 octobre 10:58, par Riton les gamelles

    Bonjour
    Oh ! Un des rares ouvrages avec de mauvaises critiques sur le site, c’est chose rare ici. Merci pour ce point de vue !
    Édité par Flouide Glaziol, hé ?
    Il y en a toujours pour se demander pourquoi cette revue a bien décliné...

    Répondre à ce message

  • Que de haine :-D !
    28 octobre 09:33, par yvonne

    c’est vrai qu’on a pas souvent droit à aussi virulent ! On en vient à se demander si l’auteur de l’article a un passif avec les auteurs, avec le dessin de presse et la caricature, ou s’il vient d’une famille de députés. ( le mépris pour les prolétaires et le pmu sous-jacents dans le texte tendrait à le faire croire. ) Du coup ma curiosité est éveillée, je vais de ce pas essayer de le lire m’en faire une meilleure opinion.

    Répondre à ce message

  • Pas bien compris de faire un article sur quelque chose que l’on aime pas. Autant aller sur les réseaux sociaux ou l’insulte est partie prenante du débat.
    "tout ce qu’il y a de plus convenu - le « venu » pourrait être de trop "
    Ca vole haut en effet !

    Répondre à ce message

    • Répondu par Brie le 28 octobre à  22:36 :

      Au contraire, même s’il est virulent (la personne à l’air de s’être lâcher) , ce texte à le mérite d’être peu diplomatique. Pour une fois. On sent plutôt l’énervement devant un travail mal fait et bâclé. Qui n’a jamais eu envie d’aller se plaindre pour des gags faciles, éculés, des dessins pas repris ou la couleur qui change d’une case à l’autre. Quand ce n’est pas voulu, c’est juste que les fabricants aiment moins leur ouvrage que celui qui le reçoit. Et franchement, ça vaut le coup de mettre à jour un travail bâclé.

      Répondre à ce message

      • Répondu le 29 octobre à  11:01 :

        Hola avec la production actuelle 6000 titres actubd va pouvoir ouvrir un session j’aime pas, mais quel intérêt à cela.
        la plupart des ouvrages partent au pilon. L’avantage de ce genre d’article c’est que, au moins, ne l’on ne l’oublira pas.

        Répondre à ce message

  • Homo Politicus, ou la morale du beauf !
    30 octobre 10:07, par Didier Pasamonik (L’Agence BD)

    1/ Alors comme cela, si on n’aime pas un livre, on ne devrait pas en parler ? Vous êtes conscients que cela s’applique au sujet de cet ouvrage : si les auteurs n’aiment pas les hommes politiques, ils ne devraient pas en parler ? C’est absurde !
    2/ Le ton de l’article est un peu pamphlétaire, certes, mais comme cette BD ! Il n’est pas question ici de faire une thèse de 3e cycle, juste d’informer le lecteur, dans une forme qui l’amusera peut-être ou qui le fera réagir, sur l’opinion que suscite ce livre. C’est ce qu’a fait Florian Uzan.
    3/ Vous n’êtes pas habitués d’une telle virulence sur ce site ? C’est que vous nous fréquentez pas depuis longtemps. Et puis c’est tant mieux, non ?
    3/ On a affaire à quoi ? A un chef d’œuvre ? Non. Soyons réalistes, ce "political bashing" est lassant et surtout ici peu inventif. On n’évite ni les clichés un peu lourds, ni les préjugés un peu gras (la particule nobiliaire du ministre, par exemple). Cette défiance sans nuance du politique alors qu’il y a des milliers de maires, de conseillers municipaux, voire d’hommes d’État en responsabilité qui méritent du respect et de la dignité, cette image dégradée du service de l’État pose problème, à notre sens. C’est facile, trop facile, et un peu bêta. Surtout en ce moment. Pardon de l’avoir exprimé avec franchise.

    Répondre à ce message

    • Répondu par yvonne le 30 octobre à  15:58 :

      Mais ce que vous n’aimez pas, c’est le livre, ou le bord politique des auteurs ? On vous sent pas loin de les traiter d’islamo-gauchistes, là. Evidemment les élus respectables sont nombreux, mais il y a quand même eu 2/3 affaires ces dernières années qui permettent de remettre leur probité en doute, ou du moins d’en faire des blagues, non ? De plus, il me semble qu’ils parlent d’un seul corrompu, pas de l’ensemble des élus. C’est censé être tabou ?

      Répondre à ce message

      • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 30 octobre à  17:17 :

        Votre ficelle est un peu grosse (et grossière). Attaque-t-on l’auteur pour son appartenance politique ? Ah bon, il en a une ? Expliquez-nous. Et puis, vous nous prêtez de bien malhonnêtes intentions : on le traiterait d’ "islamo-gauchiste" ? Allons bon. Rassurez-nous ; le vrai nom de Soulcié, c’est pas Mahomet quand même ? D’ici que vous veniez jouer à la kalach dans notre rédaction (très virtuelle)... Doit-on s’inquiéter ?

        Répondre à ce message

        • Répondu par yvonne le 31 octobre à  15:50 :

          houlàlà du tout ! Vous ne m’avez pas comprise. Je souligne juste le fait qu’entre votre défense des élus et dégainer du "populisme" aussi vite, c’est un peu discours Cnews, et qu’on s’attend çà d’autres éléments de langages employés à tord et à travers en ce moment. D’autant que bon, peu m’importe en fait, je regrettais juste que vous critiquiez la BD comme étant un truc de comptoir avec Gégé, comme si ça avait moins de valeur qu’un thé dans le 16°. Une attaque de classe assez méprisante, oui. J’essayais juste de vous en faire prendre conscience. Mais que vous êtes susceptibles.

          Répondre à ce message

        • Répondu par yvonne le 31 octobre à  16:04 :

          Il est interdit de critiquer la critique ?

          Répondre à ce message