Horus – T1 : « L’enfant à tête de faucon » – Par Johane Matte – Les 400 coups

13 février 2010 0 commentaire
  • Nofret n’est pas une jeune fille comme les autres. Bien qu’elle n’en ait pas encore l’âge, elle se coiffe et se vêtit déjà comme une adulte. Aussi, son père, le scribe Ahmôsé, prépare déjà son mariage avec le fils du maire. Mais Nofret aimerait mieux se faire prêtresse. Survient alors une rencontre divine qui fera basculer son destin.

Un jour qu’elle se rend à la rivière, Nofret découvre une drôle de créature : un tout petit garçon à tête de faucon doté d’une force extraordinaire. Malheureusement, cette créature attire les ennuis. En effet, depuis son apparition, certaines forces maléfiques semblent régner autour du village, attirant ainsi les soupçons sur Nofret et sa famille. La créature serait-elle, comme certains le prétendent, un démon ? Ou bien s’agit-il du dieu Horus lui-même ? Afin d’élucider ce mystère, le maire du village part à la recherche d’un spécialiste.

Pendant ce temps, à Thèbes, le jeune pharaon Thoutmôsis III et sa tante Hatchepsout se disputent le trône d’Égypte. Ayant écho de l’affaire qui secoue le village de Nofret et craignant un complot politique, le pharaon décide de s’en mêler…incognito. Les rebondissements ne tarderont pas.

Horus – T1 : « L'enfant à tête de faucon » – Par Johane Matte – Les 400 coups
Couverture de l’album
© Johane Matte et Les 400 coups

S’adressant surtout à un public pré-adolescent, ce premier tome d’Horus plonge le lecteur dans l’univers fascinant de l’Égypte ancienne. Tout en développant une palette de personnages attachants (surtout la jeune Nofret), Johane Matte nous livre un récit d’aventure teinté d’humour. Le résultat : un premier album efficace et bien ficelé qui prépare déjà le tome suivant.

Ce nouveau titre de la collection Rotor est une traduction de l’anglais, la version originale ayant fait l’objet d’une autoédition en 2005.

(par Marianne St-Jacques)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?