Hugo Pratt dans tous ses états

9 décembre 2008 5 commentaires
  • En perpétuelle création autour des albums mythiques d'Hugo Pratt, Casterman lance un nouveau format des aventures de Corto Maltese et consorts, tout en finissant les éditions de poche. En plus du calendrier Corto, nous profitons également d'une superbe et étonnante version anniversaire de Mû.

On se souvient de l’imposante Ballade de la mer salée, sortie en noir et blanc l’année dernière. Casterman continue à innover en présentant une version anniversaire du dernier album de Corto Maltese, , qui fête ses 20 ans en cette fin 2008 [1]. Dans sa boîte décorée de bas-reliefs, cette version oblongue comprend les 501 strips dans la taille originale des planches de la plus longue aventure du célèbre marin.

Hugo Pratt dans tous ses étatsCertes, avec Sven et Luckstar, ce n’est pas la première fois qu’Hugo Pratt est présenté dans cette version allongée, mais la brique de l’Atlantide est de taille : le format original des planches couleurs impose un format de 31 sur 15 cm pour un poids total de presque 2,5 kg ! Cette vision cinémascope donne un nouveau regard sur l’album : la régularité du trait et la prédominance du gaufrier s’imposent moins au lecteur pour laisser l’aventure s’étaler sur 500 pages étourdissantes. Sans comporter aucun des ajouts de la version originale couleur, cette nouvelle version, agrémentée tout de même d’une courte interview du maître, fera la joie des amateurs du marin ténébreux.

Ces derniers sont définitivement gâtés, car une toute nouvelle édition des œuvres d’Hugo Pratt parus chez Casterman leur est proposée en cette fin d’année. Auparavant, l’éditeur avait complété les collections couleurs et noires et blanches en proposant les pendants, parfois inédits, dans ces moutures. Les versions couleurs avec jaquette comprenait des aquarelles d’Hugo Pratt, ainsi que des analyses du contexte évoqué.

Cette nouvelle édition ‘chronologique’, qui commence logiquement avec la Jeunesse de Corto Maltese, est numérotée pour guider le lecteur. Les albums seront en couleurs, sans jaquette et dans un format légèrement plus petit que les dernières versions. En outre, ils comprendront un reportage photographique moderne en prélude à l’histoire. Les albums suivants devraient sortir rapidement en 2009 et 2010.

Dans le même format, Casterman réédite la collection Un homme, une aventure, en ressortant certains one-shots d’Hugo Pratt. Celle-ci débute avec la version de Jesuit Joe complétée, comme en 1992, par les crayonnés de l’artiste pour le film éponyme. On profitera des 19 premières planches d’un second épisode laissé inachevé, levant le voile sur la fin ambiguë de la mouture originale, ainsi que d’une introduction expliquant les diverses manipulations du récit. Enfin, les dernières pages présentent des photos du film accompagnées d’une réflexion de Pratt.

Cette collection se prolongera prochainement par Morgan, l’Homme de Somalie titré auparavant À l’ouest de l’Eden, et sans doute l’Homme des Caraïbes dont nous parlions précédemment, et l’Homme du Sertão, alias La macumba du Gringo, dans sa version complétée.

Quand à cette version poche qui redynamise l’esprit aventurier de Corto Maltese, les derniers épisodes ont parcouru les Celtiques et le Éthiopiques. Difficile de savoir si le succès a été à la hauteur des attentes de l’éditeur, mais, comme prévu initialement, Fable de Venise et le voyage Sibérien ne seront pas publiés en épisodes, mais bien en volume complet, afin de sans doute respecter la trame globale de ces albums. Cette série grand public de 29 albums se terminera avec les volumineux Samarkand, Tango, Helvétiques et .

On peut tout de même s’étonner du nombre des rééditions différentes du capital Pratt chez Casterman : rien que pour la jeunesse de Corto, on peut compter cinq, sans différencier les couvertures différentes de certains albums ! Bien entendu, dans un paysage saturé, ce sont les nouveautés qui mettent en avant le fond, et il reste difficile de faire vivre un patrimoine comme celui-là sans l’apport de nouveaux titres.

Malgré tout, une bonne partie de l’œuvre d’Hugo Pratt demeure inconnue du grand public. Rappelons que Futuropolis sort une ’intégrale’ des aventures de Sergent Kirk, tirées des films originaux et corrigés par Hugo Pratt. Cette édition est prévue en cinq tomes, dont le premier comprend les inédits en français. Mais il reste encore tout le patrimoine des Humanos avec de petits bijoux tels que Ticonderoga, Billy James, Fanfulla, l’As de Pique et l’Île au trésor [2], ainsi que Junglemen, Capitaine Cormorant et les histoires argentines chez Glénat, ou encore du Sable, rien que du sable, Sinbad le marin, etc.

Enfin, si c’est la nouveauté qui prime, on attend toujours la reprise annoncée de Corto Maltese. Hissez haut !!!

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Lire 11 pages de Sergent Kirk

Sur Amazon, commander :
- l’édition anniversaire de
- La jeunesse de Corto Maltese dans sa nouvelle présentation
- Jesuit Joe dans sa nouvelle présentation
- La première époque de Sergent Kirk
- Le calendrier 2009 de Corto Maltese

Commander également les derniers titres de Corto en format de poche :
- Tome 19 : Burlesque entre Zuydcoote et Bray-Dunes
- Tome 20 : Au Nom d’Allah le miséricordieux
- Tome 21 : Le Coup de grâce
- Tome 22 : Et d’autres Roméos et d’autres Juliettes
- Tome 23 : Les Hommes-léopards du Rufiji
- Tome 24 : Corto Maltese en Sibérie
- Tome 25 : Tango

Toutes les illustrations sont © Cong S.A./Casterman.

[1La première partie de cette aventure onirique et archéologique fut prépubliée dans les pages du mensuel italien Corto Maltese en novembre 1988.

[2Pourtant ressorti dans Bang ! sous le nom de Kidnappé !

 
Participez à la discussion
5 Messages :
  • le devenir boîte de nos grands auteurs
    9 décembre 2008 10:43, par alexandre franc

    Valise Tintin, Boîte Corto, boîte Bilal... Les grands auteurs doivent finir en boîte, passer de la dalle de l’album au cube de l’intégrale (au format réduit si possible, pour tenir sur la cheminée entre les pénates et les cendres de l’être cher).

    Répondre à ce message

  • Hugo Pratt dans tous ses états
    10 décembre 2008 11:37, par Patrick GAUMER

    "Kidnappé !" est en fait la reprise de l’adaptation, par Pratt, d’"Aventures de David Balfour" ("Kidnapped !" en anglais) d’après Robert Louis Stevenson. Il fut naguère proposé en complément de "L’Île au Trésor" — mais il s’agit d’une autre œuvre de Stevenson — aux Humanoïdes Associés, dans leur "collection noire".

    Amicalement,

    Patrick Gaumer

    Répondre à ce message

    • Répondu par Charles-Louis Detournay le 11 décembre 2008 à  04:37 :

      Effectivement ! Merci Patrick de cette correction !

      Répondre à ce message

    • Répondu le 11 décembre 2008 à  07:43 :

      Kidnappé, c’est aussi ce qui arrive à ce héros, non ? Pour travailler en librairie, ce que je vois arriver comme rééditions et nouveauté n’a plus grand-chose à voir avec les tirages d’antan. J’ai l’impression, mais peut-être n’est-ce qu’une impression, que "le coeur n’y est plus". J’avais déjà eu cette sensation avec une première vague de refonte de la collection noir et blanc, au tout début des années 2000. Couleurs en aplat criardes, police basique pour la titraille... Maintenant des changements de format tous azimuts... pour ne réaliser que des objets froids (c’est ce que je ressens, et le ressenti de pas mal de lecteurs et visiteurs de la librairie où je travaille)... Bien triste. J’espère que la reprise de Corto, que je déplore, personnellement, sera aussi bien négociée que celle des Scorpions par Wazem (j’avais été terriblement déçu par le graphisme de la reprise suivante - encore un système de reprise par des auteurs multiples...).

      Répondre à ce message

      • Répondu le 4 décembre 2009 à  16:45 :

        Voilà qui reflète bien ce que je ressens en tant que lecteur (donc acheteur). Les premières éditions on ressentait l’impression de tenir un objet de valeur entre les mains. En grande partie parce que on était persuadé que les volontés de l’auteur avaient étaient respectées : illustration de couve, couleurs, caractères manuscrits, maquette. On savait que Hugo était un type pointilleux sur tous ces sujets. Que le "produit" correspondait à une certaine exigence. Aujourd’hui quand je vois les couvertures entièrement recomposées, aux couleurs criardes, façon dessin animé de Walt Dysney.....J’ai plus envie de mettre la main au porte monnaie. Je suis juste triste pour le manque de respect envers un auteur qui a le tort d’etre mort et ne peut donc plus leur crier : "Halte au n’importe quoi !" ...Parfois (par exemple pour fable de Venise) j’en arrive même à me demander qui a dessiné la couverture !!!!!!

        Répondre à ce message