Hyver 1709 - Par N. Sergeef et P. Xavier - Glénat

12 janvier 2016 5 commentaires
  • Du sang dans la neige. Un récit d’aventure de facture très classique sur fond d’hiver 1709, de famine et de conflits politico-religieux.

Cette histoire s’inscrit sur fond de rébellion des Camisards (des protestants cévenols qui se soulevèrent contre Louis XIV en réaction aux persécutions subies, notamment les dragonnades, suite à la révocation de l’Édit de Nantes en 1685) et de la guerre de Succession d’Espagne, qui vit la France et l’Espagne s’opposer au reste des puissances européennes pendant plus d’une décennie.

À l’hiver 1709, une vague de froid exceptionnelle touche la France, déjà épuisée par les conflits militaires. Elle crée une famine telle que le grain finit par avoir plus de valeur que l’or. Loys Rohan, un aventurier, a pour mission de récupérer une cargaison de blé providentielle qu’il doit fournir à l’armée française.

Hyver 1709 - Par N. Sergeef et P. Xavier - Glénat

Même si le récit est, par moments, un peu complexe à suivre dans le détail, et si les notes de bas de page explicatives sont un peu trop nombreuses et donnent un aspect didactique inutile au récit, il s’agit d’un album d’aventure très classique, mais somme toute plaisant et efficace, un véritable « Mad Max sous Louis XIV », selon la volonté des auteurs, même s’il faudra attendre le second, et dernier volume, avant de savoir où les ces derniers nous emmènent.

L’ambiance hivernale et ses couleurs à la fois pâles et aveuglantes, est très bien rendue, ce qui était extrêmement important car l’hiver est un acteur à part entière du récit, et cela constitue l’un des points forts de l’album.

Plus globalement, Jean-Jacques Chagnaud confirme son statut de « star des coloristes » et livre un travail impeccable. Ses couleurs, splendides, magnifient le dessin de Philippe Xavier en lui donnant une véritable épaisseur.

Un album qui porte bien son titre et qui vaut avant tout par sa belle capacité à figurer cet exceptionnel « hyver 1709 ».

(par Tristan MARTINE)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC

 
Participez à la discussion
5 Messages :
  • Hyver 1709 - Par N. Sergeef et P. Xavier - Glénat
    12 janvier 2016 09:11, par Tubez

    "Ses couleurs, splendides, magnifient le dessin de Nathalie Sergeef en lui donnant une véritable épaisseur."

    Je crois que le dessinateur est P.Xavier !

    Magnigique BD, vivement la suite

    Répondre à ce message

    • Répondu par Tristan MARTINE le 12 janvier 2016 à  14:49 :

      Très juste ! Désolé pour l’erreur inattention.
      La faute est réparée.

      Répondre à ce message

  • Hyver 1709 - Par N. Sergeef et P. Xavier - Glénat
    12 janvier 2016 10:56, par Auteur

    On me signale une "petite" erreur dans votre publication

    "...magnifient le dessin de Nathalie Sergeef en lui donnant une véritable épaisseur."
    Le dessinateur est Philippe Xavier...

    Répondre à ce message

    • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 12 janvier 2016 à  14:47 :

      Mais oui ! Le coupable sera condamné à lire les œuvres complètes de Philippe Xavier ET de Nathalie Sergeef qui ne travaillent pas toujours de concert.

      Répondre à ce message

      • Répondu par CHAGNAUD jean jacques le 12 janvier 2016 à  22:02 :

        une bonne mise en couleurs qu’est ce que c’est ?
        Un gros travail d’écoute pour pénétrer dans l’esprit de l’auteur, une grande complicité sans concession,une émulation mutuelle couleurs traits,un dialogue permanent, une implication total,savoir se mettre en danger en repoussant en permanence ses limites,pas d’état d’âme et
        d’ego déplacé, un seul but le plus que mieux et une remise en question permanente.
        beaucoup de travail, de fatigue,de bonheur, d’engueulades,
        d’humour.
        Une de mes plus belles collaborations dans la durée à ce jour.les exigences de Philippe Xavier et la qualité de son trait, sans tenir compte de rentabilité et autres contingences matérielles éditoriales m’ont permis de repousser certaines limites.
        une bonne mise en couleurs c’est mettre à la disposition d’un auteur ses compétences associées à un travail d’équipe.
        Bref ! un chouette moment en fin de carrière.

        COLORDIALEMENT
        JJC

        Répondre à ce message