I.R.$. T. 20 : Les Démons boursiers – Par Stephen Desberg et Bernard Vrancken – Le Lombard

18 juillet 2019 1 commentaire
  • Connaissez vous une bande dessinée qui opère une critique quasiment en temps réel de la politique américaine de Mr Trump et qui propose dans le même temps un réquisitoire glaçant sur les réalités économiques de ce monde ? Elle a un nom : I.R.$.

C’est vrai que l’on n’est pas rendus : avec le gros blond à la mèche peroxydée qui dirige l’Amérique, entre coups de gueule et saillies éructées sur les réseaux sociaux, on se demande à juste titre comment cet excité va-t-il nous éviter une guerre mondiale. Sauf que cette lecture est d’une autre époque, celle où on lisait l’histoire du monde à travers les bandes dessinées. Pas besoin d’éviter un conflit mondial : nous sommes en plein dedans, et il est économique.

Qu’utilise le président américain pour communiquer et même gagner des élections ? Des réseaux sociaux contrôlés par quelques fortunes américaines. Qui dirige effectivement les USA et par la même le monde ? Les Companies, celles-là même, avec quelquefois tous les habillages vertueux du monde, qui formatent nos modes de pensée par leurs algorithmes et leurs méthodes de régulation : Google, Facebook, Twitter, Wikipedia…

I.R.$. T. 20 : Les Démons boursiers – Par Stephen Desberg et Bernard Vrancken – Le Lombard
I.R.$. T. 20 : Les Démons boursiers – Par Stephen Desberg et Bernard Vrancken
© Le Lombard

Stephen Desberg décrypte l’actualité internationale en poussant l’analyse jusqu’au bout de sa course : celle du déclin inéluctable des Occidentaux et des blancs dans le monde, lesquels qui, dans les faits, le dominent économiquement jusqu’ici. Avec cette conséquence : si le « grand remplacement » doit peupler la planète de Chinois, d’Indiens, d’Africains et de Latinos, il revient à cette minorité dominante de faire savoir que c’est elle et elle seule qui dispose du vrai pouvoir, au sacrifice de la démocratie. Le problème, c’est que cette fiction a un sacré parfum d’actualité...

I.R.$. T. 20 : Les Démons boursiers – Par Stephen Desberg et Bernard Vrancken
© Le Lombard
I.R.$. T. 20 : Les Démons boursiers – Par Stephen Desberg et Bernard Vrancken
© Le Lombard

Bernard Vrancken rend parfaitement les enjeux de cet enfer froid du pouvoir où l’amour n’est qu’instrument de domination et où le justicier, aussi beau et bien foutu que peut l’être son héros Larry B. Max, se retrouve désespérément seul. Le trait clinique du dessinateur, glacé parfois, comporte quelques fulgurances et un vibrato qui mérite qu’on s’y attarde. Une pause bienvenue et qui mériterait d’être exploitée par le scénariste tant le découpage de Desberg est effilé et rapide.

Même une tragédie comme celle de l’homme blanc qui voit disparaître son monde mérite ces moments de réflexion et de silence.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

 
Participez à la discussion
1 Message :
  • Fan de la série dès ses débuts, j’ai trouvé le scénario de cet album très brouillon au début. Il y a trop de raccourcis malvenus et on peine à accrocher au récit. À cela s’ajoute un thème un peu bateau de grandes fortunes dominants le monde en secret et échappant naturellement au fisc...

    Pour un 20e tome, le résultat n’est clairement ni à la hauteur des attentes ni au niveau d’une série qui avait pourtant fait ses preuves au fil des années. Si un 21e tome paraît, je le lirai d’abord en librairie avant d’envisager de poursuivre avec IR$. Dommage !

    Répondre à ce message