I.R.$. Team T.1 - Par Bourgne & Desberg - Troisième Vague/Le Lombard

9 août 2013 8 commentaires
  • Après un premier spin-off d'I.R.$., Stephen Desberg récidive en nous proposant cette fois-ci I.R.$. Team, une série en quatre tomes, dans laquelle nous verrons l'incorruptible Larry B. Max enquêter dans l'univers du football.

Alors que la prochaine Coupe du monde de football approche, l’agent spécial de l’IRS [1] Larry B. Max est convoqué dans un parking souterrain par un mystérieux indic. Ses informations concernent un complot de grande envergure impliquant le monde du football, des centres d’entrainement aux arbitres, en passant par le milieu des paris sportifs. Afin d’aider Max dans son enquête, cet informateur qui souhaite garder l’anonymat lui propose une piste : repérer et suivre Aldin, un jeune mais redoutable tueur à gage bosniaque qui loue ses services au réseau. Afin de mener cette mission à bien, notre chevalier blanc va réunir une équipe d’experts redoutables : l’inquiétante Laroya, sa collègue Mia Maï, ainsi que les agents Jared Gail et Scarlett Cossler, tout droit sortis des pages d’Empire USA.

I.R.$. Team T.1 - Par Bourgne & Desberg - Troisième Vague/Le Lombard
I.R.$. Team T.1
Football Connection - Bourgne & Desberg (c) Troisième Vague/Le Lombard

I.R.$. n’en fini plus de se décliner en séries parallèles. Il faut dire que l’univers de la finance, avec tout ce qu’il peut contenir comme intrigues représente une source d’idées quasi inépuisable pour les scénaristes. Il n’est donc pas étonnant de voir, par exemple, un auteur tel que Jean Van Hamme (74 ans) poursuivre sa série Largo Winch, alors qu’il a lâché Thorgal et XIII, qui ont été repris en main depuis par Yves Sente. Avec I.R.$, Stephen Desberg fait parti de ces scénaristes qui ont su le mieux exploiter le filon. Vendu à plus d’un million d’exemplaires, cette série est devenu au fil des années une valeur sûre du catalogue des éditions du Lombard. Autre preuve de ce succès, I.R.$. a été reprise dans une collection de vingt volumes des meilleures séries BD à suspense en édition prestige, lancée cet été par le quotidien français Le Figaro. Football oblige, les tomes un et deux d’I.R.$. Team sont quant à eux pré-publiés depuis le mois de juin et durant toute la durée des grandes vacances dans le journal L’Équipe.

Au delà de ces considérations marketing, ce qui nous intéresse avant tout c’est la qualité intrinsèque de ce nouveau spin-off. Que vaut-il ?

Au point de vu graphique, ce premier album dessiné par Marc Bourgne s’en sort plutôt bien. Le style réaliste du dessinateur de Frank Lincoln s’adapte parfaitement à l’univers graphique créé par Bernard Vrancken. Le trait est élégant sans être révolutionnaire mais les scènes d’action sont bien mises en scène.

Mis à part les mythiques séries Eric Castel et Capitaine Tsubasa (Olive & Tom en VF), le football n’a pas laissé une grande empreinte dans l’Histoire de la BD. Le premier album d’I.R.$. Team ne semble pas vouloir bouleverser l’ordre des choses car le scénario écrit par Desberg demeure être un polar classique, avec ce qu’il faut de rebondissements et de scènes d’action. Le foot n’est là juste que comme toile de fond. Par ailleurs, certaines séquences sont assez prévisibles. Par exemple, le couple de tueurs que forme Aldin et sa sœur est un schéma déjà vu ailleurs, avec plus de réussite.

Il est difficile de donner un premier avis tranché, tant l’histoire de ce premier volume est balisée. "Football Connection" a l’aspect d’une mise en bouche et il serait sage de lire le second épisode de cette quadrilogie pour avoir une idée définitive de cette série parallèle... où Larry B. Max est décidément très présent ! L’attente ne sera pas trop longue car le second tome, dessiné par Daniel Koller, paraitra le 20 septembre.

À lire aussi sur Actua BD : Les investigations fiscales d’IR$ se multiplient

(par Christian MISSIA DIO)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet ouvrage sur Amazon ou à la FNAC

[1le fisc US

 
Participez à la discussion
8 Messages :
  • Dans les bd autour du football, vous oubliez "la vedette" et " le canonnier de Vodkagrad" de Malo Louarn, pays initialement dans le Spirou des années 80 puis édités en album par l’auteur.

    Répondre à ce message

    • Répondu le 10 août 2013 à  12:16 :

      pas par l’auteur, mais par les éditions P’tit Louis, pour être précis.

      Répondre à ce message

      • Répondu le 12 août 2013 à  18:50 :

        Désolé de vous contredire, mais je persiste : ces albums, ainsi que "le candidat" ont été édités en version souple par Malo Louarn dans les années 80. P’tit Louis n’a fait que les rééditer ; par contre, cette maison d’édition a edite en exclusivité le 3ème tome de cette trilogie politico-footbalistique délirante, "la taupe de botagogo".

        Répondre à ce message

    • Répondu le 10 août 2013 à  14:30 :

      N’oublions pas non plus la fameuse "Section R" :
      http://lejournaldetintin.free.fr/images/1978/n152.jpg

      Répondre à ce message

    • Répondu le 11 août 2013 à  17:49 :

      Il faut lire "parus" et non "pays", bien sur. Foutus correcteurs d’orthographe...!

      Répondre à ce message

  • "Mis à part les mythiques séries Eric Castel et Capitaine Tsubasa (Olive & Tom en VF), le football n’a pas laissé une grande empreinte dans l’Histoire de la BD. "
    Vous oubliez Vincent Larcher de Reding !

    Répondre à ce message

    • Répondu par Alex le 11 août 2013 à  21:10 :

      le football n’a pas laissé une grande empreinte dans l’Histoire de la BD

      Assertion plutôt étrange : des années 60 à 80 (un certain âge d’or) les séries anglaises sur ce sujet ont été largement présentées dans les "petits formats" sur le marché européen. Un bref tour sur Wikipédia pour me rafraîchir la mémoire témoigne de plus de 30 séries régulières sur 2 décennies. Vendues sur tout le continent. "L’Histoire de la BD" dans ce cas est sujette à un sérieux cas d’amnésie.

      Répondre à ce message

  • Ce qui m’amuse avec I.R.$ du Lombard
    10 août 2013 18:45, par Oncle Francois

    c’est que chaque série dérivée me semble plus agréable à regarder que la série originale de base.

    Répondre à ce message