Identités troubles – Un thriller futuriste mené tambour battant

18 mars 2020 0 commentaire
  • Nous sommes en 2050, à Los Angeles. Milo Deckman est « criminagent ». Flic, simplement, dans un monde qui est comme le nôtre sans l’être totalement.

Un monde presque comme le nôtre, oui, avec une ville tentaculaire, avec des quartiers pourris, avec des sections différentes de la police qui se tirent dans les pattes. Avec du trafic de drogue, de la violence, des meurtres.

Et c’est à un meurtre que Milo assiste, en pleine rue. Une jeune femme blonde se fait abattre, sans qu’il puisse intervenir. Direction la morgue, pour une identification qui va se révéler plus qu’étrange : l’analyse rétinienne indique pour cette femme deux identités différentes. Et ce sont deux maris qui la reconnaissent comme étant leur épouse !

Identités troubles – Un thriller futuriste mené tambour battant

Milo est un flic de terrain, un flic qui s’accroche à ses enquêtes comme un chien à son os. Il a des intuitions, certes, mais il a surtout une ténacité telle qu’il ne peut pas accepter l’échec. Surtout quand le cadavre disparaît, et qu’on lui impose la présence d’une coéquipière qui semble en savoir bien plus que ce qu’elle en dit !

À partir de là, les auteurs de ce livre, le scénariste Benoît Rivière et le dessinateur Philippe Scoffoni, nous mitonnent un vrai polar SF… En créant un univers futuriste, certes, mais totalement plausible. Un polar qui s’amuse à emmener le lecteur dans des histoires parallèles qui, lentement, vont se révéler convergentes, des histoires qui mêlent réalité virtuelle, drogue, technologies improbables, renaissances et résilience.

Cela dit, le titre, déjà, nous offre une première piste de compréhension. Une piste qui dépasse, d’ailleurs, le simple récit policier, pour nous poser des questions plus essentielles, plus existentielles. Je n’irais pas jusqu’à dire que ce livre se veut philosophique, mais il est vrai que les frontières entre l’apparence et la réalité y créent des distorsions qui font de la notion même d’identité une trame de fond à un récit rythmé.

C’est de la science-fiction, c’est aussi une réflexion sur ce que pourrait être, demain, après-demain, aujourd’hui qui sait, l’amour, le désir, la trahison, le partage, le sentiment tout simplement.

Le scénario de Benoît Rivière est multiple. Mais il a l’intelligence, en utilisant un découpage très cinématographique, en utilisant les codes mélangés du polar et de la science-fiction, de rester de bout en bout passionnant. On a presque l’impression de se retrouver en présence d’un bon polar des années 1950 écrit par un auteur SF d’aujourd’hui. Oui, on se retrouve en présence d’un livre à l’écriture pratiquement classique, sans temps mort, avec comme finalité première de « distraire » le lecteur, dans le bon sens du terme.

Et le dessin de Philippe Scoffoni, classique lui aussi dans son découpage, est d’une réelle efficacité. Ses décors, par exemple, ne cherchent pas la surenchère, malgré le côté futuriste de l’histoire qu’il nous raconte, qu’il nous dessine. Metteur en scène de cette histoire, cameraman graphique sans faille, il emmène le lecteur exactement là où son scénariste le veut !

Une bonne BD délassante à lire tranquillement pendant cette période de confinement qui nous fait penser, au présent, à un scénario de film d’horreur !...

(par Jacques Schraûwen)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

Identités Troubles - par Philippe Scoffoni et Benoît Rivière – Les Humanoïdes Associés - 144 pages - Sortie jan vier 2020

Lire également une autre chronique d’ActuaBD concernant Philippe Scoffoni
Lire également une autre chronique d’ActuaBD concernant Philippe Scoffoni

  Un commentaire ?