BD d’Asie

"Ikusa no Ko" : la jeunesse de Nobunaga Oda par le dessinateur de "Ken le Survivant"

Par Jaime Bonkowski de Passos le 20 janvier 2023                      Lien  
L'un des plus grands faits d'arme de la toute jeune maison d'édition Mangetsu a été d'acquérir les droits de diffusion en France d'une grande partie des œuvres de l'illustre Tetsuo Hara, à qui l'on doit notamment les dessins de "Ken le Survivant" mais aussi toute une flopée de séries moins connues en Hexagone mais ô combien remarquables. La dernière en date est l'exceptionnelle "Ikusa no Ko", consacrée à la jeunesse du daimyo Nobunaga Oda et dont les deux premiers tomes paraissent simultanément en ce début 2023. Préparez-vous à une claque !

Né sur un champ de bataille, Nobunaga Oda, ou Kipposhi dans sa jeunesse, semble promis à un destin exceptionnel. Dans un Japon troublé où règnent les seigneurs de guerre corrompus et les pirates vendeurs d’esclaves, l’Histoire attend patiemment l’arrivée d’un surhomme qui saura s’élever au-dessus du chaos.

Mais avant d’en arriver là, Kipposhi doit d’abord grandir et apprendre. Vraie tête de mule, bagarreur, roublard, il se retrouve sans cesse mêlé à des aventures dangereuses qui mettent sa vie en danger et l’obligent à repousser ses limites. C’est ainsi que, sans le savoir, il commence à forger sa légende...

"Ikusa no Ko" : la jeunesse de Nobunaga Oda par le dessinateur de "Ken le Survivant"

"Plus que nul autre, il fut l’enfant de la guerre"

En France, l’histoire du Japon est globalement très méconnue mais même pour nous, pauvres incultes, le nom de Nobunaga Oda a une résonance particulière. Il fut l’un des artisans de l’unification du Japon, un combattant légendaire à la vie incroyable : un véritable héros de manga s’il en fut.

Quel plaisir donc de voir un auteur comme Tetsuo Hara s’emparer de son épopée et nous en proposer une relecture hyper-testostéronnée et jouissive. Dans l’écriture (assurée par Seibo Kitahara, son ancien responsable éditorial) comme dans le dessin, on retrouve toutes les qualités des séries estampillées Hara.

À commencer par une iconisation exceptionnelle des personnages et surtout de Kipposhi, qui page après page dégueule de classe et de charisme. Des personnages plus grands que nature, une empreinte viriliste bon enfant qui fleure bon les films de guerre des années 80 : sous la couche de muscles se cache malgré tout une finesse dans la caractérisation des personnages qui témoigne de la grande expérience de l’auteur. C’est surtout par sa capacité à alterner entre l’hyper-iconisation et l’humanisation de ses héros pour rappeler leurs failles, qu’il les rend accessibles et crée du lien avec le lecteur.

Plus qu’un manga historique (ce qu’il est, quoique d’assez loin vu les nombreuses libertés que s’accordent les auteurs), Ikusa no Ko est un pur seinen d’action bourré de bastons, de poses badass, de retournements de situation, et d’à peu près tout ce qu’on peut espérer d’un manga d’Hara. On suit l’ascension d’un jeune héros en devenir, alors qu’il grave dans le marbre ses premiers faits d’armes. Et au final on se fiche pas mal du niveau de véracité vis-à-vis de l’Histoire : dans tous les cas, on en prend plein la tronche et on adore !

Servi par un dessin proprement somptueux (Hara ne déçoit jamais en la matière), les deux premiers volumes sont un régal pour les yeux. Toutes les planches sont maîtrisées, dans un style fourmillant de détails qui a pour seul défaut d’être globalement assez sombre (là encore, c’est la patte Hara, on adore ou on n’adhère pas). Certaines séquences se montrent de fait moins lisibles que les planches plus aérées des mangas contemporains, et nécessiteront un temps d’adaptation voire une relecture pour être sûr de pleinement apprécier tout ce qui est proposé.

Un mot également pour rendre grâce au formidable travail éditorial réalisé par Mangetsu : les couvertures des deux tomes sont splendides, lumineuses, garnies d’effets de fabrication rares, et attirent immédiatement l’œil en librairie. Et cerise sur le gâteau, le traducteur est crédité au nom de Maurice Bagarre. Est-ce son vrai nom ? Mystère mais peu importe, c’est trop classe.

Une fois de plus, Mangetsu signe une vraie masterclass et propose avec Ikusa no Ko une rentrée mouvementée dans la nouvelle année. Il est bon de voir des éditeurs se donner autant de mal pour des productions moins conventionnelles et plus exigeantes, sans doute aussi plus risquées économiquement mais qui diversifient l’offre en librairie. On leur souhaite tout le succès du monde, ils n’en méritent pas moins.

(par Jaime Bonkowski de Passos)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

🛒 Acheter


Code EAN : 9782382810033

"Ikusa no Ko T. 01 & 02" - par Tetsuo Hara & Seibo Kitahara - Mangetsu - 224 pages - 18/01/2023.

Mangetsu à partir de 13 ans Histoire Arts martiaux, Combats 🛒 Acheter 📖 Feuilleter
 
PAR Jaime Bonkowski de Passos  
A LIRE AUSSI  
BD d’Asie  
Derniers commentaires  
Abonnement ne pouvait pas être enregistré. Essayez à nouveau.
Abonnement newsletter confirmé.

Newsletter ActuaBD