Il était une fin : "Fables" de Bill Willingham s’achève

3 mars 2016 0 commentaire
  • Ce début d'année 2016 a connu chez Urban Comics un tir groupé de sorties d'albums autour de l'univers de Fables. Ils apportent une touche finale à l'immense saga imaginée par Bill Willingham et Mark Buckingham.

En effet, ce n’est pas moins de quatre titres différents qu’Urban Comics vient de proposer entre janvier et février, dans une sorte d’apothéose. Et pour accompagner le très attendu dernier volume de la série principale, le lecteur francophone a eu droit à un volume d’entretiens avec le dessinateur Mark Buckingham et à un beau livre consacré aux splendides couvertures de Jean James qui ont accompagné la série. Et pour couronner le tout, l’éditeur propose en même temps le cinquième et dernier tome du spin-off Fairest.

Mais l’élément crucial de ces sorties réside en cet ultime volume de la saga principale : Adieu, vingt-troisième (ou vingt-cinquième tome selon le découpage que l’on décide d’appliquer dans l’ordre de la série) de Fables. Le volume propose le chapitre 150 de la saga, chapitre très long mettant un terme à la guerre entre les deux sœurs Blanche Neige et Rose Rouge, une version épique de la rivalité qui avait ouvert Fables au début des années 2000.

Il était une fin : "Fables" de Bill Willingham s'achève
Portrait de famille par Nimit Malavia. Couverture panoramique de Fables #150. Saurez-vous reconnaître chacun des différents personnages de la saga ?
Fables © Bill Willingham & DC Comics

Autant le reconnaître, ce dernier arc narratif, certes riche en symboles et en détails sympathiques, n’a pu renouer avec le souffle et l’énergie de la première époque. Poussif et laborieux, il aboutit à un dénouement en demi-teinte, même s’il reste joli.

JPEGLe choix de développer le personnage de Rose Rouge comme antagoniste de l’histoire a naturellement peiné à convaincre, celle-ci étant jusqu’ici perçue comme un contrepoint positif et stimulant à Blanche Neige tant qu’elle se tenait du "bon" côté de la force. Sombrant dans la déraison, légitimant les rigidités de sa sœur, elle perd en grande partie de son intérêt dans cette dernière partie et affaiblit au final l’ensemble du récit.

En revanche, ce qui séduit et comble vraiment le lecteur réside dans les histoires annexes, ces "dernières histoires" où défile la plus grande partie des personnages secondaires découverts au cours de cette vingtaine de volumes. Dans cette perspective, le dernier tome réussit ce qu’avait amorcé, avec brio, le précédent : décliner dans un format d’histoires brèves, tantôt émouvantes, parfois franchement comiques, une série de récits qui font mouche et permettent de dire au revoir, avec talent et simplicité, à cette formidable galerie de héros et d’héroïnes dont nous étions devenus, au fil des ans, les familiers.

JPEGCet adieu aux Fables, c’est aussi, pour Urban Comics, l’occasion de donner la parole à leur dessinateur principal, Mark Buckingham. Dans un très bel ouvrage d’entretiens très richement illustré, nous sommes amenés à découvrir l’ensemble de la carrière de l’artiste au travers des questions adressés par Eric Nolen-Weathington. Passionnant d’un bout à l’autre, ce volume nous rappelle le talent d’encreur de Mark Buckingham, détaille son travail sur Miracleman et contextualise son passage sur Spider-Man. Bien évidemment, une bonne part de l’ouvrage est consacré à Fables et à sa collaboration avec Bill Willingham. Les planches présentées dans ces pages, surtout, raviront les fans du dessinateur.

Car si Mark Buckingham a remporté plusieurs prix grâce à Fables, il n’est pas le seul à avoir vu son travail sur cette série distingué et récompensé. Ainsi, dans la catégorie "Best Cover Artist" (meilleur illustrateur de couverture) des Eisner Awards, la plus haute distinction américaine pour la bande dessinée, James Jean a tout bonnement trusté le palmarès de 2004 à 2009, soit six années de suite ! Personne n’a jamais fait mieux, pas même des références comme Alex Ross ou Brian Bolland, eux aussi pourtant multi-récompensés dans la même catégorie. Il était donc naturel de recueillir -pour s’en délecter à l’envi- une anthologie de ces petites merveilles de couverture qui devraient rejoindre les collections de nombreux admirateurs de l’artiste. L’ouvrage ne se contente pas de compiler les différentes productions de James Jean sur la série : il présente en outre les différentes étapes du processus de création, ce qui permet de découvrir divers croquis pour certaines couvertures bien connues.

Enfin, Urban Comics clôt totalement la saga par la publication du dernier volume du spin-off Fairest, série en principe consacrée aux héroïnes secondaires de l’univers. En principe, car ce volume suit plutôt les mésaventures de Goupil, notre renard vantard préféré, dont la caractérisation finale évoque les pires aspects de Jack [1].

D’ailleurs, cet ultime récit de Fairest renoue avec les débuts de Fables puisqu’une révolte gronde à la Ferme et qu’une enquête doit y être menée. Mais cette fois, il ne s’agit pas de meurtres ou de drames, mais de simples vols marqués par l’aspiration à découvrir le monde des humains. Le ton y est plus léger, mais la boucle bouclée, si l’on peut dire, puisque le chaînon manquant du parcours de Boucle d’Or nous est même révélé !

Quoiqu’un peu anecdotique après la fin de la saga principale, et chronologiquement bizarrement situé, ce Des Trompe-l’oeil pour tous nous rappelle tout de même l’extraordinaire richesse de ce monde merveilleux et la capacité de ses auteurs à faire naître dans des histoires saisissantes et enchanteresses quelques personnages oubliés, ou presque, de nos contes, légendes et folklores.

Des personnages constamment modernisés et revivifiés par le talent de Bill Willingham et de tous ceux qui l’ont accompagné dans cette grande et magnifique aventure éditoriale.

Allez, on vous donne la réponse pour ceux que vous n’auriez pas reconnus.
Fables © Bill Willingham & DC Comics

(par Aurélien Pigeat)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander Fables T25 chez Amazon ou à la FNAC
Commander Fables T24 chez Amazon ou à la FNAC
Commander Fairest T5 chez Amazon ou à la FNAC
Commander Fables : les couvertures par James Jean chez Amazon ou à la FNAC
Commander Les Grands entretiens de la bande dessinée : Mark Buckingham chez Amazon ou à la FNAC

Fables, sur ActuaBD, ce sont les chroniques de :
- Fables T23, T22, T10, T9, T6 et T1 & T2
- Fairest T1, T2, T3, T4 et Fairest : Les Belles et la bête
- Cendrillon : Bons Baisers de Fableville
- Fables : 1001 nuits de Neige
- Jack of Fables T2

[1D’ailleurs, le spin-off qui lui est dédié, Jack of Fables, apparaît pour l’heure comme l’oublié de la grande démarche éditoriale menée Urban comics dans la mesure où, si l’éditeur a proposé le tome 6, inédit en France, de la série, il n’a pas effectué de réédition des cinq premiers volumes publiés chez Panini Comics.

  Un commentaire ?