« Il était une fois en France » : La tentation du cas limite

25 septembre 2007 1 commentaire
  • Il en va de l’éthique comme des mathématiques : ce sont les cas limites qui peuvent faire avancer la réflexion. En racontant la vie de Joseph Joanovici, un juif roumain collabo ou résistant, ou collabo et résistant, ou collabo tout court, qui put passer la guerre sans encombre, et même dans le faste, alors que ses coreligionnaires finissaient leurs jours à Auschwitz, Fabien Nury et Sylvain Vallée prennent un risque.
« Il était une fois en France » : La tentation du cas limite
"Il était une fois en France T.1 : L’empire de Monsieur Joseph".
Editions Glénat

Il faut bien admettre que l’intérêt pour le judaïsme ne faiblit pas ces temps-ci, et dans la bande dessinée en particulier. La Shoah, «  ce passé qui ne passe pas » pour utiliser la juste formule de Françoise Giroud, est au cœur de cette concurrence des mémoires dont l’ « Affaire Tintin au Congo » est une manifestation récente. Par ailleurs, des œuvres comme Le Silence de Malka (de Zentner & Pellejero, chez Casterman) ou encore Le Chat du rabbin (de Joann Sfar, chez Dargaud) ont proprement enrichi la bande dessinée d’apports culturels issus du judaïsme. De ces apports, l’exposition qui sera présentée au Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme le mois prochain, « De Superman au Chat du rabbin », permettra d’en avoir un premier panorama.

Bien évidemment, à côté de ce que l’on doit bien appeler une profusion de références historiques sur ce thème, des cas limites apparaissent, comme par exemple « Les Bienveillantes », le prix Goncourt à succès de Jonathan Littell, qui raconte la shoah au travers des yeux d’un bourreau nazi, au risque de nous le rendre plus humanisé, sinon sympathique. Ce point de vue était déjà apparu dans la bande dessinée. Il avait été exploré dans la bande dessinée Master Race par Bernard Krigstein et Al Feldstein en 1955 –une œuvre dont la lecture a été déterminante pour Spiegelman, l’auteur de Maus, mais avec un tact et une intelligence qui ne faisait pas place à l’ambigüité [1]. Aucun chroniqueur littéraire n’en connaissait la référence. Tous, en revanche, ont mis en avant l’aspect polémique de ce point de vue. C’est que, comme l’écrit Édouard Husson à propos du roman de Littell qu’il juge « immoral », « Il n’est plus possible, après Auschwitz, d’écarter la question de l’éthique en littérature comme si on en était encore à l’époque de la condamnation de Baudelaire pour attentat aux bonnes mœurs. » [2]. Il s’attaque en particulier aux passages qu’il qualifie de « littéralement abjects » qui montrent Hitler en train de prononcer un discours affublé d’un châle rituel de prière ou celui où « le narrateur fantasme sur le sexe de la femme du commandant d’Auschwitz, qu’il imagine dans la petite culotte d’une Juive exterminée ».

"Il était une fois en France T.1 : L’empire de Monsieur Joseph" : Un personnage ambigü dans une France ambigüe
par Fabien Nury et Sylvain Vallée. Editions Glénat.

Heureusement, nous sommes loin de ces extrêmes avec le livre de Fabien Nury et de Sylvain Vallée. S’il entretient l’ambigüité d’un homme qui s’est investi à fond dans la collaboration avec les nazis (il était leur incontournable intermédiaire pour la fourniture des métaux non-ferreux nécessaires à leur industrie de guerre), même si le dessin de Sylvain Vallée met en évidence un appendice nasal avec une charge qu’il se doit de mesurer s’il ne veut pas faire le ravissement d’anciens lecteurs du Stürmer, force est de constater que le portrait d’un homme aimant, attaché aux siens, à la religion et à ses origines, reste respecté. Il montre aussi que la passion antisémite n’est pas seulement le fait de l’ennemi, qu’elle a aussi ses adeptes parmi les résistants, surtout quand ils peuvent épingler un cas aussi caricatural de juif collabo. On le sait, dans le cas de Joseph Joanovici, l’histoire n’a pas encore complètement tranché. Fabien Nury s’est donc faufilé avec un talent consommé entre les interstices jamais parfaitement jointoyés de la vérité historique.

Reste la question des intentions. Qu’a voulu prouver le scénariste ? Est-ce simplement l’exploration d’une possibilité, comme il l’a fait dans l’uchronie Je suis Légion dans laquelle des déportés juifs, déjà, sont utilisés comme des golems destinés à soutenir l’armée du Reich ? Ou la volonté de montrer que face à l’histoire, chacun d’entre nous est susceptible de faire un choix ambigu, en fonction de la situation qui nous est donnée ?

"Il était une fois en France T.1 : L’empire de Monsieur Joseph" : Une image plutôt respectueuse de la judéité.
par Fabien Nury et Sylvain Vallée. Editions Glénat.

On ne trouvera pas ici la réponse, d’autant que cet album est le premier volume d’une saga. Mais le scénariste est sans aucun doute conscient qu’il marche sur des œufs, qu’il opère dans un registre marqué par un malaise qui, depuis 1967, s’exprime en France en crises à répétition : Copernic, Carpentras, l’intervention israélienne au Liban en 1982, la seconde Intifada… « à l’occasion desquelles une non-confiance ravivée fait face à une incompréhension agacée » nous dit Paul Thibaud, président de l’amitié judéo-chrétienne, qui en appelle à une « mise en ordre mémoriel » [3]. On peut espérer que la série «  Il était une fois en France », y contribue.

VISIONNER LA BANDE-ANNONCE

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

- Acheter l’album en ligne

En médaillon : Fabien Nury. photo : D. Pasamonik.

[1L’intégralité des planches seront exposées dans cette exposition qui démarre le mois prochain.

[2Édouard Husson, Un livre immoral, L’Histoire N°320, mai 2007, p.18.

[3Paul Thibaud, Les juifs, les justes et la mémoire nationale : La longue mémoire du « délaissement » des juifs de France, in Esprit N°5, mai 2007, page 112.

 
Participez à la discussion
1 Message :
  • Joseph Joannovici n’est un personnage "ambigü" que parce qu’on a eu besoin de lui après-guerre. Pour le reste, son haut fait de résistance est d’avoir fourni trois fusils aux parisiens afin que ceux-ci sortent du bois et soient définitivement éliminés. L’ambiguité n’était qu’un outil au service de la gestapo, et a constitué une assurance-vie intéressante pendant et après l’occupation. Je comprends qu’on se passionne pour le personnage, mais il faut prendre garde à ne pas lui donner un beau rôle car il a eu beaucoup de morts sur la conscience.

    Répondre à ce message