Il y a sept ans, Charlie Hebdo…

  • Il y a sept ans, en 2015, la rédaction de Charlie Hebdo était décapitée par deux cinglés extrémistes ouvrant une séquence d’assassinats terroristes qui ont endeuillé la France. 12 morts dans cet attentat coordonné avec ceux de Montrouge et de l'Hypercacher : les dessinateurs Wolinski, Cabu, Charb, Tignous, Honoré, les collaborateurs du journal : l’économiste Bernard Maris, la psychanalyste Elsa Cayat, les policiers Franck Brinsolaro, chargé de la protection de Charlie hebdo, et l’agent Ahmed Merabet qui poursuivait les terroristes, l’employé d’une agence de maintenance Frédéric Boisseau, et Michel Renaud qui passait par là pour remettre des dessins à Cabu. C’est la première fois que l’on décimait une rédaction entière dans l’histoire de la presse en France.

Créé en 1969 sous le titre d’Hara Kiri Hebdo à la suite du mensuel « bête et méchant » créé par Cavanna, Bernier (le Professeur Choron) et Fred, la feuille satirique se fait d’entrée remarquer par son punch et son ton caustique. Il est de tous les combats et bien vite un bon nombre de plumes de talent le rejoignent : Topor, Reiser, Wolinski, Cabu, Gébé, Willem

Mais à la mort du général De Gaulle, l’hebdo titre : « Bal tragique à Colombey : un mort  » par allusion à une discothèque qui venait de brûler quelques jours plus tôt et dont on déplorait 148 victimes. La censure frappe aussitôt qu’Hara-Kiri contourne en créant dans la foulée « Charlie Hebdo » en référence au mensuel que le groupe de presse venait de lancer un peu plus tôt.

Il y a sept ans, Charlie Hebdo…

Les Unes-choc se succèdent et commentent l’actualité politique avec une verve caustique qui n’hésite pas à taper au-dessous de la ceinture. Le journal s’interrompt, faute de public, en 1981, mais renaît avec une nouvelle équipe en 1992 autour de Philippe Val. De nouvelles signatures émergent : Charb, Luz, Tignous, Riss



En 2005, commence l’affaire des caricatures de Mahomet publiées par un quotidien danois et suscitant de nombreuses réactions violentes dans le monde musulman. Ces dessins sont publiés en France notamment par Charlie Hebdo qui défend la liberté de la presse avec un numéro-choc où un dessin de Cabu représente le prophète s’exclamant : « C’est dur d’être aimé par des cons » fait la couverture.

Cela vaut à Charlie un procès que l’hebdo gagne contre les officines islamistes, comme il les avait gagnés des années plus tôt contre les intégristes catholiques. On oublie que Charlie Hebdo est avant tout un journal anticlérical, se moquant de toutes les religions. Dans ActuaBD.com, Charb déclarait dix ans plus tôt : « Pour les religions et l’extrême droite, c’est feu à volonté ! ». Il n’avait pas dit contre qui… Et puis intervient l’attentat dont nous avons relaté les faits et les conséquences de façon très documentées sur ActuaBD.com.

Ce matin, la maire de Paris, Anne Hidalgo et le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, iront se recueillir là où les martyrs de Charlie Hebdo sont tombés. L’humour a-t-il changé de nature ? Oui, sans doute. Mais c’est surtout la société qui a changé, la parole publique qui se musèle. Le moindre propos choque les gens « sensibles » qui ne manquent pas de « s’indigner » à grands coups de punchlines sur les réseaux sociaux. Avant, la vulgarité était en Une de Charlie Hebdo et cela faisait rire. Aujourd’hui, entre emmerdements et kärchérisation, elle est dans la parole publique et cela provoque des protestations pincées. C’est moins drôle.


Voir en ligne : LIRE NOTRE DOSSIER : "LES ATTENTATS CONTRE CHARLIE HEBDO"

(par Didier Pasamonik (L'Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Photos : D. Pasamonik (L’Agence BD)

 
Participez à la discussion
4 Messages :
  • Il y a sept ans, Charlie Hebdo…
    7 janvier 19:33, par stara

    Bonne année à vous
    C’est 2015 pas 2005
    Bien à vous
    Stara Comix

    Répondre à ce message

  • Il y a sept ans, Charlie Hebdo…
    7 janvier 20:21, par ben

    Il y a sept ans, nous étions en 2015 et non en 2005 (cf votre incipit).
    Et c’est bien en 2015 qu’on été perpétré les attentats.

    Autre remarque, cette fois concernant la plaque commémorative visible sur votre photo : je suis étonné qu’on ait écrit wolinskY avec un Y au lieu d’un I. La plaque commémorative contiendrait-elle une coquille ? Ce serait bien le comble !
    Même en supposant que son vrai nom s’écrivait avec Y (simple hypothèse, je n’en sais rien), il me semble qu’il convenait de le commémorer par son nom de plume de toute manière, comme c’est le cas pour charb ou tignous sur cette même plaque.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 7 janvier à  21:14 :

      Merci pour vos remarques. C’est corrigé. En ce qui concerne le cliché, c’est celui de la plaque telle qu’elle a été apposée à l’origine. La faute a été corrigée depuis.

      Répondre à ce message

  • Il y a sept ans, Charlie Hebdo…
    7 janvier 21:42, par François Forcadell

    "De nouvelles signatures émergent". Certaines avaient déjà émergé dans La Grosse Bertha, Charb, Tignous, Bernar, Faujour, Lefred-Thouron, Kafka, Riss, Honoré, etc. et rejoignaient de plus anciennes, Willem, Cabu, Gébé, Wolinski, Nicoulaud, Soulas, etc. qui ont soutenu en 1990 la création de ce nouvel hebdo satirique dont les ventes les premiers mois n’avaient rien à envier au Charlie d’aujourd’hui.

    Répondre à ce message

Newsletter ActuaBD