Impasse et Rouge

20 mars 2003 2 commentaires
  • "Cambodge, lundi 14 avril 1975, année du Lièvre. Les lignes du front se sont effondrées, les Khmers Rouges sont aux portes de Phnom Penh". Pour le reste du monde, cet événement marquait la fin de la guerre du Vietnam et les journaux passaient à autre chose. Pour les Vietnamiens, commençait l'une de ces périodes d'horreur totale et de néant dont le XXe siècle a été si friand.

Mai 1970 : aux environs de la ville de Takeo. Le roi Sianouk vient d’être renversé par les militaires.

Snoul n’est encore qu’un jeune villageois, il suis l’enseignement des moines à la pagode mais déjà une haine incontrôlée le pousse à martyriser le jeune Ky parce qu’il est vietnamien.

Lundi 14 avril 1975, année du lièvre. Depuis la veille, jour de nouvel an Khmer, les lignes de fronts se sont effondrées, les Khmers rouges, les communistes ne sont plus loin, Phnom-Penh ne se trouve plus qu’à une quinzaine de kilomètres.

Juché sur la tourelle de mitrailleuse d’un char M-113, Snoul peut les voir s’agiter. Ils ne tarderont plus à présent. Snoul les attend, lui un soldat sans grade appartenant à une commpagnie sans nom.

Snoul et sa compagnie ou plutôt ce qu’il en reste ont décidé de rester sur place. Ils ne se font aucune illusion sur leur destinée. Livrés à eux-même, les soldats s’acharnent sur les déserteurs et les profiteurs.

Snoul va ête tué au combat. Les colonnes de réfugiés vont envahir les routes, un autre martyre commence.

(par Patrick Albray)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

"Mon père a été tué en 1976 par les Khmers Rouges. J’ai réalisé ce livre en hommage à tous ceux que j’ai dû quitter. En mémoire de cette ville, Phnom Penh, qui m’a vu grandir et que j’ai tant aimé parcourir avec mes sandales, le nez au vent afin d’en saisir toutes les odeurs et vibrations. En mémoire de tous ces événements qui continuent à nous hanter, nous qui sommes là aujourd’hui, à espérer et croire. Aujourd’hui, encore, je suis toujours en quête de réponses... dans l’attente d’un peu de justice..."
La guerre du Vietnam a été l’une des pires horreurs de la seconde moitié du XXe siècle, et tous ceux qui l’ont vécue en ont été marqués à vie. Si des films américains ont montré le traumatisme chez les GIs qui ont été forcés d’y participer, rares sont les témoignages de Vietnamiens. Ce livre terriblement émouvant, qui commence par décrire la vie dans les rizières avant de montrer les effroyables images de guerre, comble donc un vide. Le travail graphique, partiellement basé sur des photographies d’époque, est époustouflant, passant de l’impressionnisme à l’hyperréalisme. Et il nous donne envie de vomir.
Le livre est complété par un dossier historique qui remet les événements dans leur contexte.

Lire un extrait

 
Participez à la discussion
2 Messages :
  • > Impasse et Rouge
    21 mars 2003 09:05, par DOMAS Johan

    Bravo pour cette BD. J’espère faire prochainement la connaissance de celui qui l’a réalisé !
    Pouvez-vous me dire comment le contacter ?

    URL : http://www.liac.net

    Johan DOMAS
    Président de la Ligue Internationale des Amis du Cambodge (L.I.A.C.)
    1, Square de Provence
    35000 Rennes
    Tél : 02.99.54.47.02

    NOS PROJETS :

    1- Conservatoire des Arts et des Traditions à Siem Reap ;
    2- Structure (ferme pédagogique) pour enfants autistes et jeunes handicapés au Cambodge, avec chambres d’hôtes ;
    3- Jumelages entre établissements scolaires français et cambodgiens (écoles primaires, collèges, lycées, universités, centres de formation, grandes écoles) ;
    4- Echanges d’enseignants et élèves français et cambodgiens ;
    5- Panneaux solaires dans les écoles non pourvues en électricité au Cambodge ;
    6- Société Coopérative d’Intérêt Collectif (SCIC) : créer un magasin de produits issus de l’économie solidaire ; favoriser une solidarité sociale, culturelle et économique durable entre des villages du cente Bretagne et ceux du centre Cambodge ;
    7- Atelier photo pour étudiants de l’Académie Royale des Beaux Arts ;
    8- Fondation culturelle à vocation sociale destinée à améliorer les conditions de vie de la population cambodgienne.

    Voir en ligne : http://www.liac.net

    Répondre à ce message

    • Répondu par Korrigan le 18 octobre 2003 à  00:26 :

      Séra est professeur à l’université Paris I (c’est mon prof !), son vrai nom est M. ING.
      vous pouvez peut-être le contacter par l’université...

      Répondre à ce message