Indispensable Reiser

24 décembre 2013 13 commentaires
  • "Je dessine le pire parce que j'aime le beau", c'est ainsi que Reiser présentait son travail : dessins de presse, aquarelles, personnages désormais entrés au panthéon de la bande dessinée et témoignages d'amis, cette anthologie présentée par Jean-Marc Parisis est un bel hommage, trente ans après sa mort, à ce créateur, Grand Prix d'Angoulême en 1978, disparu trop tôt. Il a poussé l'humour à des frontières rarement atteintes depuis l'arrivée du "politiquement correct".

Indispensable Reiser
Gros dégueulasse
Reiser - Glénat ©


Figure majeure de Hara-Kiri en 1960, pilier de Charlie Hebdo, collaborateur à Pilote et au Monde ou encore L’Écho des Savanes avec son ami Coluche, Reiser est décédé il y a trente ans. Créateur de personnages inoubliables (Gros Dégueulasse entre autres) et dessinateur de francs succès : On vit une époque formidable, Fous d’amour ou Les Copines, il porta sur son époque un regard lucide sur la violence et la bassesse du monde qui l’entourait.

Compilé par Jean-Marc Parisis, déjà auteur d’une biographie de Reiser publiée chez Grasset, cet album rassemble toutes les facettes du talent de l’auteur.

Il y a trente ans déjà
Reiser - Glénat ©


Ses dessins d’actualité, dont les thèmes vont de la critique sociale à la comédie sexuelle en passant par la préoccupation écologique ou la fable animale, sont enrichis par certains travaux jusqu’à présent inédits, notamment des aquarelles, le tout ponctué de témoignages de personnalités et d’amis comme Enki Bilal ou Wolinski.

Reiser aurait pu être ingénieur aéronautique, une passion que l’on (re-)découvre au fil de ses pages, mais la vie et, surtout, une enfance et un entourage familial difficile en décidèrent autrement. Au turbin dès 14 ans, il eut, pour notre plus grand bonheur, la chance de rencontrer François Cavanna quatre ans plus tard. Après quelques dessins échangés, ce dernier lui donna un coup de pouce en l’intégrant à l’équipe du professeur Choron lors du lancement de Hara Kiri.

Reiser
DR


Aux côtés de Fred et consorts, il développera son art et illustra tout au long de sa trop courte carrière les pages de journaux qui ont malheureusement quitté les rangs depuis.

Avec son regard qui se faufile dans les plis de l’intime tout en ne perdant jamais de vue le global, à la fois désabusé et joyeux, torturé et cynique, il fustige simplement et efficacement tous les affres de notre société en collant au plus près la vie des gens ordinaires.

Cette économie du trait, en réalité une fausse simplicité, donne une puissance à sa production. Libertaire, anticlérical, féministe, il s’élevait contre les diverses formes d’injustice. Ni réellement caricaturiste, ni portraitiste d’un genre humain naufragé, il sut garder jusqu’à aujourd’hui une actualité cruelle et impitoyable.

La une de Charlie Hebdo du 17 août 1978
Reiser - Charlie Hebdo ©

Parfois affectueux, il imposa dans toute sa modernité ce dessin d’humour plein de mauvais goût assumé qui fit la marque de fabrique des succès des années 1970. En parcourant ces pages, on est souvent pris d’une envie de rire, mais la contemporanéité de ses planches visionnaires fait aussi frissonner.

De l’underground radical symbolisé par Hara Kiri à la fenêtre sur rue de Pilote, Reiser a collaboré avec les plus grands : (Fred, Gotlib, Mandryka, Siné,... et c’est ses vingt ans de carrière que l’on retrouve ici, l’occasion de se remémorer certains de ces moments qui font dorénavant partie de l’histoire de la BD.

Un hommage complet en forme de beau livre de plus de 300 pages où aquarelles, photos, textes biographiques et témoignages rythment les apparitions de planches qui feront le bonheur des collectionneurs et la joie des néophytes.

(par Vincent GAUTHIER)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Reiser - Présenté par Jean-Marc Parisis - Glénat

Commander cet ouvrage sur Amazon ou à la FNAC

 
Participez à la discussion
13 Messages :
  • Indispensable Reiser
    27 décembre 2013 16:23, par Simon

    Créateur de personnages inoubliables (Gros Dégueulasse entre autres)

    C’est un peu court, on peut dire : « Gros Dégueulasse et Mon papa entre autres ».

    Il a poussé l’humour à des frontières rarement atteintes depuis l’arrivée du "politiquement correct".

    De nos tristes jours, Reiser serait cloué à la porte d’une grange façon Dieudonné avant même que d’avoir pris son envol.

    Ni réellement caricaturiste, ni portraitiste d’un genre humain naufragé, il sut garder jusqu’à aujourd’hui une actualité cruelle et impitoyable.

    C’est que Reiser est au fond un moraliste ; comme Swift, Sade, ou Houellebecq.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Fred le 27 décembre 2013 à  19:11 :

      Quelle pitoyable tentative de récupération de vouloir mêler Reiser à Dieudonné ou Houellebecq. Foutez la paix à Reiser, il n’a jamais rien eu à voir avec ces sinistres personnages.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Simon le 27 décembre 2013 à  21:51 :

        Reiser a au moins en partage avec eux une liberté d’esprit comme de ton : celle d’un temps plus voltairien où les mêmes pages pouvaient abriter Choron et Wolinski, Cabu et Siné, ou Caza et Lauzier...

        Les esprits libres peuvent s’abreuver à de nombreuses sources, y compris contradictoires, car ils savent encore réfléchir par eux-mêmes et effectuer un tri. Bref, c’est vous qui semblez aussi sinistre que sectaire.

        Répondre à ce message

        • Répondu le 28 décembre 2013 à  00:47 :

          car ils savent encore réfléchir par eux-mêmes

          Si Dieudonné savait réfléchir par lui-même, il n’aurait pas besoin de son directeur de conscience le sinistre Alain Soral.

          Répondre à ce message

          • Répondu le 28 décembre 2013 à  17:10 :

            Vous êtes à côté, réfléchissez vous-même et vous verrez qu’on parle visiblement de la liberté de lire Reiser et Sade et Dieudo et Houellebecq et de faire son tri soi-même sans l’aide bienveillante de l’Index et de l’Inquisition.

            Répondre à ce message

    • Répondu le 28 décembre 2013 à  00:45 :

      N’importe quoi Reiser n’a jamais été fasciste ou antisémite.

      Répondre à ce message

      • Répondu le 28 décembre 2013 à  12:27 :

        Ouais ben Siné non plus et ça l’a pas empêché d’être flingué par une cabale, Charlie non plus et ça les a pas empêchés d’être persécutés et incendiés par un molotov, Gourio et Vuillemin non plus et ça les a pas empêchés d’être mis au pilon, alors le père Reiser ça serait bien pareil pour lui aujourd’hui, qui veut noyer son chien l’accuse de la rage.

        Répondre à ce message

        • Répondu par OW le 28 décembre 2013 à  19:00 :

          Siné non plus et ça l’a pas empêché d’être flingué par une cabale

          Il n’a jamais été flingué Siné, il est plus fort que ça, d’ailleurs il est toujours vivant, il a créé son nouveau journal (des décennies après l’Enragé). La cabale n’a pas pris, il a d’ailleurs gagné les procès qui lui ont été intentés.

          Répondre à ce message

          • Répondu le 29 décembre 2013 à  14:18 :

            Vous avez raison, la cabale n’a pas pris : Siné a juste été exclu de Charlie, son hebdo a fait faillite, il a perdu ses économies en frais de justice, il est en train de crever avec des tuyaux partout, la plupart des gens qui en ont entendu parler ont juste retenu que c’est la réincarnation de Céline, et tout va très bien madame la marquise...

            Répondre à ce message

            • Répondu par OW le 29 décembre 2013 à  18:01 :

              Son hebdo n’a pas fait faillite, Siné est plus malin que ça, il l’a mué en Siné Mensuel avant d’aller dans le mur. Le fait qu’il soit sous assistance respiratoire (je ne reprendrais pas vos termes qui ne montrent que la haine et le mépris que vous avez), ça n’a rien à voir avec cette histoire. Ceux qui ont le plus perdu dans cette histoire, ce sont Val et Cabu qui ont révélé leurs vrais visages et Charb qui n’a pas soutenu son ami et qui rétrospectivement digère très mal cette lâcheté.

              Répondre à ce message

  • Indispensable Reiser
    28 décembre 2013 19:04, par OW

    Pourquoi faut-il que l’extrème-droite vienne faire sa propagande ici, ils foutent la m... sur tous les forums, que ce soit des forums sur les autos, les medias, le tricot, les jeux vidéos ou la BD, ça saoule. Utiliser Reiser pour faire la propagande de l’ex-humoriste et nouveau homme politique Dieudonné est particulièrement dégueulasse. Faire parler les morts est facile, ils ne protestent pas, mais c’est surtout abject.

    Répondre à ce message

    • Répondu le 29 décembre 2013 à  14:26 :

      Vous avez raison, ces types qui citent Reiser et Voltaire, Sade et Swift sont forcément d’extrême-droite... D’ailleurs la censure que vous pronez épargnera forcément les futurs Reiser et Siné, Coluche et Desproges, obligé... Comme le nuage radioactif qui s’arrête à la frontière...

      Répondre à ce message

      • Répondu par OrmiTambien le 30 décembre 2013 à  19:24 :

        La mauvaise foi ne vous étouffe pas. Quand vous venez faire la pub de Dieudonné ici comme partout sur le net, on sait clairement de quel côté vous penchez.

        Répondre à ce message