Injustice 2 - T. 6 - Par Tom Taylor - Bruno Redondo & Daniel Sampere - Urban Comics

21 avril 2020 0 commentaire
  • Les Green Lantern totalement dépassés par les forces ennemies ne voient leur salut que par l'intervention des Titans avant que Brainiac n'utilise ses robots métalliques pour un final à cent à l'heure. Tom Taylor convainc avec cette conclusion, bien que l'ensemble d'Injustice 2 ne marquera pas les mémoires.

Ce 6e et dernier opus de la saga Injustice 2 était forcément attendu au tournant. En dépit de quelques irrégularités de tempo, Tom Taylor a su nous tenir en haleine quasiment tout au long de cette saga et ce, en crescendo, car rappelons-le, il aura fallu plusieurs tomes pour entrer totalement dans le vif du sujet.

Laissant quelque peu au second rang les vedettes que sont Superman et Batman, Tom Taylor joue la carte de la surprise en insérant une multitude de protagonistes loin d’être en reste. Cet ultime opus ne fait point exception à la règle : Il démarre en force avec l’écrasement redoutable des forces d’Atrocitus envers les Green Lantern, dont leur nombre se voit considérablement réduit. Fort heureusement, l’arrivée des Titans et de Lobo rééquilibrent temporairement la donne sans pour autant espérer crier victoire.

Car la survie et l’équilibre des Green Lantern de l’univers dépendent de la batterie centrale. Or, celle-ci est percée par les attaques incessantes de l’ennemi. Afin de compenser les pertes colossales, Jordan et Sinestro rétablissent l’ordre des Green Lantern avant que Lobo en personne se joigne à la partie arborant à son tour un anneau de Green Lantern ...

Injustice 2 - T. 6 - Par Tom Taylor - Bruno Redondo & Daniel Sampere - Urban Comics
© Bruno Redondo / Urban Comics

La seconde partie du récit se concentre sur l’intervention de Brainiac et ses hommes métalliques, ainsi que les offensives de Grodd et sa horde de gorilles. S’ensuit un défilé de représailles, de règlement de comptes à tout-va, avec pour cerise sur le gâteau le mariage de Grace, transformée en orque avec comme époux Waylon Jones dit "Killer Croc". Autant dire que Tom Taylor s’en donne à cœur joie jusqu’à nous proposer la déchéance de Ra’s Al Ghul ainsi que l’abandon du poste de majordome d’Alfred, laissant Bruce Wayne à son triste sort. Des ingrédients attirants mais les dernières pages du récit nous laissent toutefois perplexes.

La partie graphique est assurée par Bruno Redondo et son comparse Daniel Sampere qui évoluent dans un registre faisant jeu égal. Sans révolutionner le genre, leur trait certes classique joue sur des plans rapprochés plutôt réussis mais délaissent du coup les arrières-champs, un procédé "à l’économie" déjà visible sur les précédents tomes. Les artistes remplissent certes leur part de contrat, mais on aurait pu espérer un graphisme moins figé.

Au final, la saga Injustice 2 nous permet de passer un agréable moment de lecture sans toutefois nous faire décoller. Une trame divertissante dont on aurait pu souhaiter qu’elle offre davantage d’envergure.

(par Marc Vandermeer)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

  Un commentaire ?