Inna Shevchenko : naissance d’une Femen

8 mars 2021 2
  • Ce diptyque est le récit d'un engagement inébranlable, celui d'Inna Shevchenko. Ce récit à la première personne retrace sa jeunesse puis sa vie étudiante dans l'Ukraine post-soviétique. Des études de journalisme à l'activisme radical des Femen, elle ne cesse de se battre pour la démocratie et la liberté des femmes.

Raconté à la première personne, Prénom : Inna, écrit en collaboration avec Inna Shevchenko, tient du récit autobiographique mais s’autorise également des scènes fictionnelles. Le prologue la montre en 2015, pendant les attentats de Copenhague, harassée mais toujours combative. On bascule ensuite dans un récit chronologique de son enfance et de ses années étudiante, jusqu’en 2010 où elle rejoint activement le mouvement Femen [1].

La vie d’Inna Shevchenko est retracée sous la forme d’événements marquants qui constituent autant de jalons dans la construction de son militantisme. Inna est élevée par des parents qui refusent de céder à la corruption omniprésente dans la société. La petite fille souffre des privations et de l’injustice dans laquelle elle grandit. Elle assiste aux luttes de gangs, à la corruption et à la prostitution qui gangrènent la société et ne font que renforcer son désir de se battre. L’assassinat du journaliste Gueorgui Gongadzé la détermine à devenir journaliste elle-même et à se battre pour la démocratie.

Inna Shevchenko : naissance d'une Femen
Inna Shevchenko, histoire d’une activiste © Thomas Azuélos - Futuropolis

Durant ses études de journalisme, Inna fait toujours face à la corruption. En dépit de ses études brillantes, la jeune femme désargentée et sans connexion doit se battre pour survivre. Grâce à sa détermination et certains appuis, elle parvient à intégrer le service presse de la mairie. Loin de détruire le système de l’intérieur, elle manque d’être elle-même broyée en devenant malgré elle instrument de propagande.

Écœurée par les concessions et les jeux de pouvoir inhérents à son travail de fonctionnaire, elle choisit l’activisme et la provocation en embrassant le mouvement Femen. Revendiquant avec provocation leur liberté, ces femmes cassent les codes en utilisant leur corps comme une arme, exhibant leur nudité pour mieux se la réapproprier. Un parallèle intéressant est pointé entre le mouvement des Suffragettes au début du XXe et celui des Femen, avec la même nécessité de militer de manière radicale pour enfin se faire entendre.

Inna étudiante
© Thomas Azuélos - Futuropolis

Cet album, écrit par Inna Shevchenko avant d’être retravaillé par Simon Rochepeau, est trop personnel pour constituer un documentaire et tient davantage du témoignage. Le récit est largement centré sur Inna et sa perception des événements, avec une complaisance certaine pour l’héroïne, voire une dimension hagiographique. L’histoire reste bien menée, se lit avec intérêt et fluidité, surtout dans le premier tome où les difficultés des années post-soviétiques sont montrées sans dissimuler leur violence mais sans misérabilisme.

Le second tome aurait cependant bénéficié de voir les personnages secondaires plus développés, comme le jeune bourgeois Roman dont les motivations sont douteuses, ou le maire dont on ne sait pas s’il est manipulateur ou simplement incompétent. Le personnage d’Inna sonne un peu creux par manque de protagonistes étoffés. Il manque enfin un dossier historique ou tout au moins une brève chronologie sur le mouvement Femen et sur la société ukrainienne post-soviétique pour compléter ce témoignage.

Soulignons le graphisme de Thomas Azuélos qui joue délicatement des couleurs qui ponctuent de lumière dans la grisaille de la société ukrainienne. Avec sobriété, le dessin accompagne les changements d’apparence d’Inna, en particulier de sa chevelure. Le passage de sa tresse en couronne à la couronne de fleurs des Femen résume son parcours. La présence de ces activistes se caractérise par une explosion de couleurs qui accompagnent la libération des corps et des consciences et contraste avec la vie contrainte d’Inna, un mouvement de vie contre un système mortifère.

Inna Shevchenko - DR

Voir en ligne : La page personnelle d’Inna Shevchenko

(par Lise LAMARCHE)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:

BDFugue FNAC Amazon

Prénom : Inna, la naissance d’une Femen - Par Inna Shevchenko, Thomas Azuélos & Simon Rochepeau - Éditions Futuropolis

- Tome 1 - Une Enfance ukrainienne — Date de parution : 05/02/2020

Acheter cet album sur BD Fugue, FNAC, Amazon.
- Tome 2 - La Naissance d’une Femen — Date de parution : 10/02/2021

Acheter cet album sur BD Fugue, FNAC, Amazon.

À lire sur ActuaBD.com :
- La Zad, c’est plus grand que nous - Thomas Azuélos & Simon Rochepeau
- L’Homme aux bras de mer - Thomas Azuélos & Simon Rochepeau

[1Mouvement féministe radical né en 2008 en Ukraine, dont Inna Shevchenko est la représentante internationale

 
Participez à la discussion
2 Messages :
  • Inna Shevchenko : naissance d’une Femen
    8 mars 13:12, par degila

    "Cet album, écrit par Inna Shevchenko avant d’être retravaillé par Thomas Azuélos"
    "Soulignons le graphisme de Simon Rochepeau"
    Non.
    Simon Rochepeau est le co-scénariste, avec Inna Shevchenko. Thomas Azuélos est le dessinateur.

    "Il manque enfin un dossier historique sur le mouvement Femen et sur la société ukrainienne post-soviétique pour compléter ce témoignage."
    Ces documents existent par ailleurs, nottamment les écrits d’Inna Shevchenko, rien ne vous empêche d’aller vous documenter par vous-même pour compléter cette lecture.

    Répondre à ce message