Insolite : à Bruxelles, la bande dessinée est une carte de resto, et inversément !

18 octobre 2019 0 commentaire
  • La Belgique est le pays du Surréalisme. Des projets les plus fous y naissent parfois, des œuvres hors norme, inclassables, mais qui permettent de pousser le curseur de la BD dans des territoires insolites. "Go West" en fait partie.

On peut ergoter pour savoir si Bruxelles mérite ou non le titre de la capitale de la bande dessinée francophone… Mais, de toutes les capitales, elle reste certainement celle qui affiche le neuvième art d’une manière totalement affirmée… et parfois inattendue ! Ainsi, les plaques de rues bruxelloises se sont doublées de patronymes liés à la bande dessinée, des personnages de BD s’affichent en taille démesurée sur les murs de la ville, dans la réception des hôtels, ainsi que... dans des restaurants !

Certes, décorer un établissement (ou la carte de celui-ci) avec des éléments de bande dessinée n’a rien de bien neuf. Pourtant, l’une des meilleures tables bruxelloises (en taille comme en délire) a poussé le challenge nettement plus loin : réaliser un album de bande dessinée complet (40 planches) comme carte de menu à ses clients !

Insolite : à Bruxelles, la bande dessinée est une carte de resto, et inversément !
Mike, dit le Shérif, devenu un personnage de bande dessinée.

Présenté ainsi, cela semble complètement farfelu. Cette idée est pourtant au diapason de la politique de communication de l’Inn R Green, ce ranch démesuré qui peut accueillir 150 personnes à l’intérieur, et autant dans son patio extérieur. Tout y est « à l’américaine » : la taille des plats, la décoration intérieure, les costumes du personnel, jusqu’au patron Mike, qui se fait appeler « Le Shérif ».

S’il fait la loi dans son établissement à la sauce U.S., Mike est aussi un créatif sans limite. Il déborde d’idées en permanence pour surprendre les clients qui oseraient franchir les portes de son ranch complètement « barré » : la décoration est repensée chaque année, des animaux gambadent à l’extérieur, et surtout le patron construit tout lui-même, de la déco jusqu’aux chaises !

Jimmy Van den Hautte, croqué également dans l’album

Seul défaut à cette évasion gourmande, la carte à laquelle les affamés n’y comprennent souvent rien, même s’il la change (aussi) incessamment. De là à imaginer la transformer en album de bande dessinée, il y avait pourtant un grand canyon à franchir... Un nouveau challenge qui n’a pas effrayé le charismatique tenancier, comme nous le raconte Jimmy Van den Hautte, l’éditeur de cet album pas comme les autres : « Cela fait longtemps que mon groupe d’amis et moi allons manger à l’Inn R Green. Après le sport, on peut débarquer à quinze ou vingt avec l’avantage de toujours trouver de la place. Avec le temps, nous sommes liés d’amitié avec Mike et son équipe. Il faut avouer qu’il y règne une ambiance assez extravagante, car le patron modifie en permanence son restaurant, en faisant tout de ses mains. Son dernier exploit en date : une locomotive du far-west à l’échelle réelle en bois dans son jardin ! Voyant cela, sous forme de boutade, je lui avais demandé s’il pourrait nous construire un char romain pour la Balloon Parade de la Fête de la BD. Moins connaisseur du monde antique que du western, il avait botté en touche en répliquant : « - Pourquoi pas mon menu en album de bande dessinée dans ce cas ? ». J’ai relevé le défi, en trouvant l’idée de base, c’est-à-dire un voyage dans le temps. Puis j’ai approché Pierre Legein (Dampierre, les Voyages de Jhen) pour voir si ce challenge un peu fou pouvait le tenter. Il s’avérait que non seulement il connaissait le ranch et son atmosphère un brin loufoque, mais qu’il était aussi plein d’idées pour cette réalisation. »

"J’adore les calembours, les 2e et 3e degrés, explique l’auteur. Tout ne doit pas être compris à la première lecture, en espérant qu’une seconde procurera autant de plaisir"

« En effet, Mike de l’Inn R Green était déjà une vieille connaissance, poursuit Pierre Legein. Il avait sponsorisé l’équipe de Horse-Ball (rugby à cheval) de mes enfants. Je connaissais donc le resto et l’animal. J’avais même déjà exécuté pour lui une réalisation graphique pour un jumping cinq étoiles en banlieue de Bruxelles. Cependant, sa volonté d’intégrer sa carte en BD me semblait folle, à première vue. Or, c’est justement ce concept qui motivait Mike. Je suis rentré chez moi, stressé et plongeant dans l’inconnu.. »

Pierre Legein a réalisé des photos de l’intérieur de l’Inn R Green pour documenter son récit.

Concernant le titre de cet album, nul besoin de se casser la tête, vu qu’il se nomme tout naturellement : La Carte. Par contre, pour en réaliser le scénario, en envisageant qu’il soit perceptible par les petits comme par les grands, tout en pouvant être interrompus à tout moment, le challenge était nettement plus conséquent.

« La difficulté résidait dans la réalisation d’une bande dessinée cohérente, pourvue d’une vraie narration, tout en passant en revue tous les plats et tous les boissons proposés à l’Inn R Green », poursuit l’éditeur. Pierre a su trouver l’équilibre entre l’esprit de la carte et une aventure tout public, pas seulement adressé aux fans de BD, tout en respectant l’esprit farfelu du restaurant. Puis, le récit est truffé de clins d’œil, sans oublier les figures emblématiques du western : Durango, Blueberry, Yakari, les Dalton et Lucky Luke, etc. Il est également parvenu à jouer sur son trait, proposant des parties plus réalistes, surtout pour les personnages réels qu’il fallait reconnaître, tout en adoptant un style un peu plus enfantin dans une séquence dédiée aux enfants. »

Pierre Legein
Photo : Charles-Louis Detournay.

« Petit à petit, les idées sont effectivement venues : une famille qui arrive au restaurant, le western en immersion, explique Pierre Legein. L’emploi des références western passait par la BD et le cinéma. Mais jamais de nom pour éviter le plagiat : il ne s’agit que d’hommages, un clin d’œil amoureux à ces grandes références du genre. Apparaissent également Doyle Bronson, le champion du monde de poker, Freddy Mercury que j’adore, Jim Mc Clure, le comparse de Blueberry, Buffalo Bill, certains running gags avec Marty Mc Fly qui s’emporte lorsqu’on le traite de chiffe molle… Le sourire est ce que je voulais faire apparaître sur le visage de la clientèle. L’humour et la légèreté : faire sérieusement un album qui ne se prend pas la tête, voilà la teneur du challenge ! L’ensemble s’est passé dans la bonne humeur, mais cette première mondiale restera unique pour ma part, car je ne vais pas devenir un faiseur de cartes de resto (rires). J’espère juste que je contribuerai à des soirées plaisir (carte, repas et ambiance), car pour ma part, je me suis bien amusé dans ce challenge à la fois original, gag et sans filet. Bonne lecture et bon appétit ! »

Une monnaie pas si virtuelle

Une fois l’album analysé (ou la carte simplifiée pour ceux qui auraient moins de patience), on pourrait croire que la créativité du lieu s’arrêterait à cette pirouette. Mais ce serait mal connaître Mike qui, le temps d’une saison, a utilisé des jetons de poker pour indiquer ses prix ! Cette fois, rien d’illogique : comme le restaurant est « américain » aux yeux de son shérif, tous les prix sont en dollars US !

C’est que l’Inn R Green possède son propre taux de conversion : les dollars du XIX-XXe siècle indiqué sur sa carte doivent être divisés par deux pour obtenir un montant en monnaie européenne. Cela pousse-t-il à la consommation ou permet-il de conjuguer l’inflation au cours des années ? De notre côté, nous pensons juste que cette nouvelle trouvaille participe au dépaysement de cet établissement décidément hors norme.

Vous voilà donc prévenus : si vous franchissez les portes de l’Inn R Green, on vous recevra avec un album de bande dessinée en main, pour que vous puissiez la parcourir autant pour choisir votre repas que pour échanger avec vos proches et amis les nombreux gags et clins d’œil qui y sont disséminés. Et si le cœur vous en dit, vous pouvez acquérir l’album en payant l’addition. De quoi s’offrir un souvenir original pour une soirée qui l’aura certainement été tout autant.

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

L’adresse du resto : L’Inn R Green, Route de Lennik 1041 à 1070 Bruxelles.
Toutes les planches y sont exposées.
La plupart des dessins sont visibles sur le site du restaurant

Sauf mention, tous les photos sont : P. Legein.

  Un commentaire ?