Inu-Yasha T48- Par Rumiko Takahashi - Ed. Kana

24 octobre 2012 0 commentaire
  • L'histoire se déroule au Japon dans les années 1500.
    Inu-Yasha mi-démon mi-humain vole la perle de Shikon afin de devenir démon à part entière. La prêtresse Kikyô lui jette un sort pour l'éternité.
    Mais celle-ci meurt de ses blessures et sa dernière volonté est d'être incinérée avec la fameuse pierre afin que personne ne l'utilise jamais pour des fins maléfiques.

Au Japon, dans la période Sengoku, l’âge des provinces en guerre, le pays est miné par les turbulences sociales.

Inu-Yasha, un hanyo mi-démon mi-humain, attaque le village où se trouve la perle de Shikon et la vole. Grâce à cette pierre, il peut devenir un démon à part entière. Entre-temps, la prêtresse Kikyô est attaquée et gravement blessée par Naraku, qui s’est déguisé sous les traits de Inu-Yasha.

Lorsqu’elle croise le vrai Inu-Yasha dans la forêt, elle lui jette un sort puissant à l’aide d’une flèche et le scelle à un arbre pour l’éternité. Kikyô meurt peu après de ses blessures et elle demande expressément à être incinérée avec la perle afin d’éviter d’autres dangers à l’avenir.

Cinq cents ans plus tard, Kagome, jeune japonaise de l’époque contemporaine, tombe dans le puits du temple où elle habite et peut ainsi traverser les époques. Kagome porte en elle la perle de Shikon qu’elle détruit malencontreusement et ses fragments s’éparpillent dans le monde. Inu-Yasha et Kagome unissent alors leurs efforts pour les rassembler.
Elle se retrouve dans un monde peuplé de chimères horrifiques et d’esprits malins dont Inu-Yasha, un être hybride à la fois chien, homme et démon, est issu.

Inu-Yasha T48- Par Rumiko Takahashi - Ed. Kana

La série Inu-Yasha, prévue en 56 tomes et terminée au Japon depuis 2008, se rapproche de son apothéose. Fort populaire au Japon, elle a fait l’objet d’une adaptation en dessins animés comprenant 167 épisodes, rien que ça ! Sa qualité principale est de revisiter les anciennes légendes nippones au travers de ses scénarios.

Son auteure, la mangaka Rumiko Takahashi, est l’une des plus adulées de l’archipel. Dans les années 1980-1990, le Club Dorothée diffusa quelques-unes de ses œuvres les plus célèbres : La Maison Ikkoku ( la resplendissante Juliette je t’aime dont Hugo est passionnément amoureux ; publié chez Tonkam) ; Ranma 1/2 (un garçon se change en fille au contact de l’eau, publiée aux éditions Glénat) ; Urusay Yatsura (Lamu est une jeune et jolie extraterrestre et son futur amoureux Ataru Moroboshi, un Terrien qui a été élu pour sauver la terre ; également publiée chez Glénat.)

Ses œuvres, populaires en Europe comme aux États-Unis ont été vendues à plus de 100 millions d’exemplaires. Elle est considérée comme la plus riche mangaka du Japon et est surnommée la princesse du manga, en référence au "Dieu des mangas", Osamu Tezuka.

Le point crucial dans sa carrière fut sa rencontre avec Kazuo Koïke, le célèbre scénariste de Crying Freeman) et de Lone Wolf and Cub. Ses conseils et son influence aura un impact important sur son travail.

Les personnages nombreux et attachants de Inu-Yasha et l’ingéniosité de son auteure créent un suspens alléchant aux retournements de situation rocambolesques inattendus.

Un manga tout public, cocktail d’imagination débordante, d’humour et de chasse aux démons.

(par Marc Vandermeer)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commandez ce livre sur Amazon
ou à la FNAC

Commandez Maison Ikkoku 1 sur Amazon ou à la FNAC

  Un commentaire ?