Newsletter ActuaBD

Iron Man : le Diable en bouteille - Par Micheline, Layton, Romita Jr - Panini/Best of Marvel

  • Où l’on découvre le « vrai » Iron Man : Macho, anticommuniste, fragile et… alcoolique.

Il en va des grands personnages du comic book comme des Évangiles. Les apôtres ont décrit plusieurs versions de la vie de Jésus et des origines du Christianisme. En ce qui concerne les origines d’ Iron Man, il y a les évangiles selon Stan Lee, Don Heck, Lieber et Kirby, et puis il y a ceux de Micheline, Layton, Romita Jr et Infantino. Dans les deux cas, ils diffèrent du film de Jon Favreau : Anthony Stark y est présenté avec un manque d’assurance avec les femmes qu’il camoufle par une muflerie sans nom ; il est alcoolique, aussi anticommuniste et anti-asiatique que notre ami Buck Danny, et notre marchand d’armes n’hésite pas à faire le coup de poing sous le prétexte qu’il a de l’argent pour rembourser les dégâts ( un peu comme si Jean-Luc Lagardère venait dévaster votre appartement et repartait en vous laissant un gros chèque), quand il ne moleste pas, sous le prétexte d’un running-gag, une pauvre vieille dame qui ne demande qu’à aller aux toilettes ou à profiter de sa cabine téléphonique en toute tranquillité.

Disons-le tout net : le scénario d’Iron Man est bien moins sophistiqué que son armure ! Mais à côté de cela, son pote Rhodey est un personnage « de couleur » absolument positif (une amitié scellée au Vietnam…), les préoccupations écologiques pointent déjà dans ces récits datant de 1979 (notamment dans l’épisode où Iron Man affronte le Submariner), et la figure du Largo Winch, marchand de mort humaniste (« qui veut la paix prépare la guerre » est en filigrane de toute la série, de même que la justification « humanitaire » des interventions armées), se double de celle d’un jouisseur alcoolique, tyran avec ses subordonnés, ce qui est évidemment très mal pour un super-héros.

Iron Man n’est pas le personnage le plus enthousiasmant de l’univers Marvel, mais ses histoires sont très révélatrices de la mentalité de son époque.

Iron Man : le Diable en bouteille - Par Micheline, Layton, Romita Jr - Panini/Best of Marvel
Les évangiles d’Iron Man par Par Micheline, Layton, Romita Jr
Iron Man : le Diable en bouteille – Par Micheline, Layton, Romita Jr – Panini/Best of Marvel

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
2 Messages :
  • C’est quand même un peu court pour résumer une très belle période d’IRON MAN, qui voit Tony STARK assailli par les doutes, alccolique, et étant souvent manipulé.Les scénariis de David MICHELINIE sont aussi important que ceux de Chris CLAREMONT pour les XMEN et Peter DAVID pour Hulk. IRON MAN a enfin une personalité.
    Entre parenthèse, la planche présentée est une des rares dessinées par Carmine INFANTINO dans l’album.
    Un album indispensable pour les fans de tête de fer...

    Répondre à ce message

  • Iron Man et la picole, une grande histoire d’amour
    12 mai 2008 16:17, par Edmond TOURRIOL

    Michelinie, JRjr & Bob Layton, c’est la dream team de la série. Jamais l’armure de Tony Stark n’aura autant brillé que sous les Rotring acérés de l’encreur "finisseur" Bob Layton.

    Le personnage de Stark est complètement et définitivement politiquement incorrect. Un bonheur rare chez Marvel.

    Voir en ligne : Les super-héros et la mode

    Répondre à ce message

Newsletter ActuaBD