Isola T. 1 - Par Brenden Fletcher et Karl Kerschl - Urban comics

27 avril 2019 0 commentaire
  • "Isola", la terre des morts. L'objet de la quête de Rook et Olwynn : la première Capitaine de la garde de la seconde, reine victime d'un maléfice l'ayant changée en tigre. Une épopée fantastique empreinte de poésie dans un univers médiéval et mystique.
Isola T. 1 - Par Brenden Fletcher et Karl Kerschl - Urban comics
Une relation plus complexe qu’il n’y paraît entre Rook et Olwyn
Isola © Brenden Fletcher et Karl Kerschl

Rongée par la culpabilité, Rook se tient pour responsable du malheur qui s’est abattu sur sa reine, Olwyn, et sur son pays, Marr. Et pour se racheter, elle compte bien mener Olwyn jusqu’à la légendaire Isola, la terre des morts, seul endroit où pourra être levé le maléfice qui a changé la reine en tigre.

Mais le chemin est long et semé d’embuches. Car c’est un monde dévasté qui s’ouvre au-delà des marches du Royaume de Marr, un univers tissé d’inconnues où la sorcellerie autant que la sauvagerie semblent avoir repris leurs droits. Et une jeune soldate inexpérimentée accompagnée d’un tigre précieux constituent des cibles de choix...

Des paysage de ruines, partout au-delà des marches du royaume
Isola © Brenden Fletcher et Karl Kerschl
Des rencontres énigmatiques qui renforcent l’impression d’hermétisme du titre
Isola © Brenden Fletcher et Karl Kerschl

D’emblée, aussi bien sur les plans graphique que narratif, Isola apparaît aussi beau que fascinant. Empreint de poésie et pétri de mystère, jouant subtilement des relations entre les personnages et campant un monde plein de promesses, le comics imaginé parBrenden Fletcher et Karl Kerschl - un duo déjà à l’œuvre sur Gotham Academy - séduit immédiatement. Une véritable atmosphère s’en dégage et l’on sent le grand potentiel du titre.

Reste cependant qu’à trop vouloir jouer la carte de l’hermétisme et du sous-entendu, les auteurs risquent de perdre des lecteurs en route. Les pièces du puzzle s’assemblent, mais lentement, brossant pour l’heure un portrait étoilé dont on peine à deviner la vue d’ensemble.

L’entrée en matière, malgré les péripéties présentées, nous a ainsi paru un peu laborieuse. Il faudra donc pour le moment se contenter de l’enchantement prodigué par les décors offerts par les planches de Karl Kerschl et de la fascination créée par l’univers façonné par Brenden Fletcher.

Un monde hanté et dévasté par des créatures monstrueuses
Isola © Brenden Fletcher et Karl Kerschl

(par Aurélien Pigeat)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

Isola T1. Par Brenden Fletcher (scénario) et Karl Kerschl (dessin). Urban Comics, collection "Indies". sortie le 22 février 2019. 168 pages. 10 euros (prix de lancement).

  Un commentaire ?