TRIBUNE LIBRE À Jean Dufaux : " Je n’irai pas au festival d’Angoulême 2019."

11 janvier 2019 15 commentaires
  • Le FIBD d'Angoulême se rapproche à grand pas, la fébrilité est dans l'air, en particulier autour du Grand Prix au cœur de tous les débats. Mais tout le monde ne semble pas ravi du grand pince-fesse de la fin janvier...

UN REGRET.

Cette année, à nouveau, je n’irai pas au festival d’Angoulême.
À quoi bon ? Angoulême ne s’est jamais intéressé à mon travail, ni de près, ni de loin.
La messe est donc dite. Angoulême se passe très bien de Jean Dufaux. Jean Dufaux se passera très bien d’Angoulême.
C’est que... je n’y avais pas ma place.
C’est à dire que TOUS les scénaristes n’y avaient pas leur place.
La preuve, jamais de GRAND PRIX pour aucun d’entre nous. Sur combien d’années ? Beaucoup. Le frottement du jamais au beaucoup étant explicite et très révélateur.
C’était l’époque (longue, très longue, trop longue) où passait une stupidité : ce Grand Prix était destiné aux auteurs complets !
La belle fumisterie.
Un auteur complet étant, pour les doctes, un auteur qui dessine et scénarise son album.
Ce n’est pas parce qu’on place le clou et qu’on tape sur le clou que s’arrime la charpente.
Ce n’est pas parce qu’on est "complet" qu’on est automatiquement un "auteur".
Cela voudrait-il dire qu’un artiste de la trempe et du talent de M. Rosinski n’est pas un auteur parce qu’il ne scénarise pas ses ouvrages ?
Absurde !
Un "auteur" pour moi (et cela n’engage que moi) est d’abord un créateur d’univers, un témoin de son temps (même s’il le réfracte sur d’autres époques). Ayant un style, un regard, une respiration propres. Une ÉCRITURE, qu’elle passe par les dessins ou les mots.
Cela se traduit aussi dans les textes, les dialogues, le nom (important) des lieux et des personnages, le montage, le découpage, le rythme.
Bien des scénaristes disposent de ce talent... "d’auteur complet ".
On en oublierait presque que Jean-Michel Charlier créa Blueberry. Avec Giraud. On parle beaucoup de Giraud. À juste titre. On oublie assez Jean-Michel Charlier.
Charlier ? Un auteur ? Jamais reconnu à Angoulême en tout cas.
Christin, Jodorowsky, Van Hamme (pour parler des plus anciens et ce, dans des catégories, des sensibilités différentes) pas des auteurs ?
C’est comme si je vous disais, pour le cinéma, Aurenche, Bost, Spaak, Age et Scarpelli, Robert Bolt, pas des auteurs ?
Je sais, on boit beaucoup à Angoulême. Cela permet bien des oublis.
Il y avait, là-dedans aussi, un certain manque de respect pour des gens qui ont apporté leur talent, leur vision à la bande dessinée, qui lui ont permis de s’enrichir, de s’ouvrir et de garder sa générosité première.

Mais, pour finir, un regret, oui.

Car Angoulême, c’est aussi l’occasion de vous revoir, de vous rencontrer, mes amis, compagnons, auteurs, faiseurs et poètes (ceux-là deviennent rares, les lois économiques étant particulièrement dures pour eux), rencontres qui font de ce festival un moment important.
Alors, à vous tous, présents en cette fête, je souhaite le meilleur pour cet Angoulême 2019.
Et, dieu soit loué, cela change.
Les votes sont devenus plus démocratiques, plus ouverts.
Mais je crains que de mauvaises habitudes ne soient prises.
Alors, mes amis, si vous rencontrez un scénariste perdu dans un salon, allez-y doucement.
C’est peut-être... un auteur.

J.D.

Cette année, je vote :
1. Jodorowsky.
2. Rosinski.
3. Alan Moore.

TRIBUNE LIBRE À Jean Dufaux : " Je n'irai pas au festival d'Angoulême 2019."

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
15 Messages :
  • Eh bien mon cher Jean, je peux vous dire que vous êtes un des mes auteurs favoris en bande dessinée. Mes albums aux coins écornés en témoignent, dans ma bibliothèque où votre nom se rencontre presqu’à chaque étage ! Votre dernier Giacomo, votre dernière Complainte me donnent toujours autant envie de vous lire à l’avenir. Alors merci pour ces centaines d’heures à rêver à vos côtés !

    Répondre à ce message

  • C’est à dire que TOUS les scénaristes n’y avaient pas leur place.
    La preuve, jamais de GRAND PRIX pour aucun d’entre nous.

    Bah si, Jacques Lob, Jean-Claude Forest, Fred, Gotlib, Lauzier, Zep, Lewis Trondheim sont de véritables scénaristes.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Dom le 11 janvier à  18:42 :

      Jean Dufaux parle des scénaristes qui ne sont pas dessinateurs.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Richard (Teljem) le 11 janvier à  21:25 :

        Quand Jacques Lob, Jean-Claude Forest, Fred, Gotlib, Lauzier, Zep, Lewis Trondheim scénarisent pour d’autres qu’eux-mêmes, ils ne sont pas dessinateurs.

        Répondre à ce message

        • Répondu par Dom le 11 janvier à  23:49 :

          Et quand Jacques Lob, Jean-Claude Forest, Fred, Gotlib, Lauzier, Zep, Lewis Trondheim scénarisent pour eux-mêmes, ils sont dessinateurs.

          Répondre à ce message

          • Répondu par Richard (Teljem) le 12 janvier à  09:50 :

            Non, à ce moment là ils sont auteurs complets.

            Répondre à ce message

    • Répondu le 11 janvier à  19:18 :

      Oui, mais ils présentent l’inconvénient de dessiner aussi.
      Là on parle de scénariste qui ne SAIT PAS dessiner.
      Il s’agit de valider une incapacité.
      Heu... wait...

      Répondre à ce message

      • Répondu le 11 janvier à  21:26 :

        Jacques Lob, Lauzier et Trondheim ne savent pas vraiment dessiner.

        Répondre à ce message

        • Répondu le 12 janvier à  09:43 :

          D’ailleurs ce sont tous de médiocres auteurs de bande dessinée, c’est bien connu.

          Répondre à ce message

          • Répondu le 12 janvier à  12:11 :

            On peut être un très bon auteur de bande dessinée sans être un très bon dessinateur, ça n’a rien à voir, de même que de très bons dessinateurs sont des auteurs médiocres.

            Répondre à ce message

            • Répondu le 12 janvier à  14:33 :

              "On peut être un très bon auteur de bande dessinée sans être un très bon scénariste, ça n’a rien à voir, de même que de très bons scénaristes sont des auteurs médiocres". Ça marche aussi ?

              Répondre à ce message

              • Répondu le 12 janvier à  16:39 :

                Un auteur complet peut être un dessinateur médiocre plus un scénariste médiocre. Mais si un auteur complet est doublement médiocre, comment appelle -t-on un auteur qui serait excellent et en dessin et en scénario ? Un auteur hyper-complet ?

                Répondre à ce message

  • SI Dufaux optait pour la suppression du Grand Prix pour un Hall of Fame .. Et là on y met tous les scénaristes , dessinateurs, coloristes, encreurs même, directeur de collection, rédacteur en chef... etc. Voir un autre Prix comme une Inkpot et là on ajoute des réalisateurs, des producteurs, le monde du dessin animé mondial etc...

    Répondre à ce message

    • Répondu le 12 janvier à  11:26 :

      C’est l’école des fans ça comme concept, tout le monde a gagné, y compris les Calimeros.

      Répondre à ce message