Jaap de Boer : « J’aimerais bien refaire des BD coquines. »

26 juillet 2011 5
  • Dans les années 1980, la mode était aux pastiches érotiques et l’une des héroïnes les plus en vue était la généreuse "Natacha", l’hôtesse de l’air créée par Walthéry dans Spirou. Bientôt, les aventures de Nathalie, une parodie érotique, sortit dans les bacs. Elle était signée Jaap de Boer. Tout le monde a cru que c’était Walthéry lui-même qui se cachait sous un pseudonyme. Que nenni, nous avons rencontré Jaap de Boer…
Jaap de Boer : « J'aimerais bien refaire des BD coquines. »
Nathalie, la petite hôtesse a eu son petit succès lors de la sortie dans les années 1980
Éditions Dessis

Né à Barbezieux en Charente, près de Cognac, en 1959, d’un père ébéniste et d’une mère infirmière, Jaap de Boer, de son vrai nom Bruno Bouteville, monte à Paris avec sa famille à l’âge de 5 ans. Après des études « assez chaotiques », il passe son BEPC. Ensuite, il veut faire du dessin mais ses parents le lui interdisent. Il est aiguillé sur des études de comptabilité qui se soldent par un échec. Finalement, il fera des études d’imprimerie et obtient son BEP d’imprimeur qui lui sert encore.

Jeune homme, il tourne autour des milieux parisiens de la BD et rencontre Philippe Luguy, Jean Léturgie et François Walthéry. Il publie ses premiers dessins dans Pif Gadget sous son nom. Puis paf !, Pif arrête ! Il travaille pour les six premiers numéros de Super-Hercule, qui s’arrête également. Puis, il passe à Triolo, une publication de Fleurus Presse, qui se plante également.

Comme il a une bonne patte de dessinateur classique, on lui demande de travailler sur des parodies de Natacha pour les éditions Dessis. Sans boulot, il accepte avec d’autant plus de plaisir qu’il aime à dessiner le corps féminin. Cela donne Nathalie, hôtesse de l’air, une parodie sur laquelle il contribue aux côtés de Renaud et, dit-on mais rien n’est moins sûr, Walthéry lui-même. Les scénarios étaient notamment assurés par Jean Léturgie et Thierry Atzori.

Cette BD a eu un notable succès. Beaucoup rêvaient de voir Natacha, pardon, Nathalie, se lâcher de cette manière...

Des contes de fée écrits par Jaap De Boer et illustrés par Walthéry
Deirdre Editions

C’était en 1984, bien avant les Blagues coquines de Dany et de Bruno Di Sano. Magalie, la petite infirmière a suivi en 1986, et Stéphanie, la petite duchesse en 1988, en même temps qu’une série jeunesse que je signais chez Glénat que Filippini m’avait commandée et qui s’appelait Bambou. J’ai cru que c’était arrivé mais mon sale caractère m’a joué des tours. Je suis assez soupe-au-lait et je ne suis pas courtisan. Il aurait fallu que je courtise davantage, mais je n’étais pas prêt à cela. Je me suis fait griller dans toutes les maisons d’édition à cause de cela.

J’ai décidé d’arrêter la bande dessinée et je me suis retiré en Bretagne. J’ai écrit des romans qui ont plutôt bien marché. Le dessin me titillait encore mais je voulais échapper à l’étiquette du dessinateur-pasticheur érotique d’autant que j’ai longtemps travaillé pour la revue Hot Video dont j’étais le dessinateur officiel. Et puis, j’ai eu mon premier enfant et je ne voulais pas me faire connaître uniquement comme un dessinateur comme cela.

Vous avez cependant conservé le même pseudonyme.

Oui, j’y suis revenu parce que quand j’ai voulu signer avec mon vrai nom, personne ne me connaissait. C’était trop tard.

Betty Page ressort bientôt à la Musardine
(C) Jaap De Boer, La Musardine

Pourquoi Jaap De Boer [qui signifie littéralement « Jacquou le croquant », en flamand. NDLR.], d’ailleurs ?

Parce que j’ai repris à mon compte ce nom collectif de Nathalie, tout simplement.

Quelle est votre actualité aujourd’hui ?

Je fais davantage d’histoire. J’ai travaillé avec Ouest France sur une histoire de Guillaume le Conquérant. Je travaille aussi pour plusieurs petites maisons d’édition sur des ouvrages très éloignés du sujet de mes origines comme les opéras de Wagner que je réalise avec le concours d’historiens.

Mais je retravaille ces derniers temps avec Walthéry et Bruno Di Sano sur des Contes de fée coquins. Ma série Betty Page qui avait très bien vendu en 1988 va ressortir chez La Musardine. Pour eux, si ça marche, j’aimerais faire une trilogie en dessinant, à la suite de Betty Page, un album sur Marilyn et un autre sur Louise Brooks.

Après cela, j’aimerais bien refaire de la BD coquine, mais je me suis un peu coupé de mes relations avec les éditeurs. Alors, avis aux amateurs…

La rédaction vous transmettra les propositions… [1]

Propos recueillis par Didier Pasamonik

Jaap de Boer en décembre 2010
Photo : D. Pasamonik (L’Agence BD)

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Le site officiel de Jaap de Boer

[1Écrivez-nous en cliquant sur la signature en bas de cet article.

 
Participez à la discussion
5 Messages :