Newsletter ActuaBD

Jack Cool 1967, Tome 2 - Acide soit-il - Par Manini et Mangin - Edition Bamboo

  • 1966. Un inconnu surgit chez les "Merry Pranksters", une des premières communautés hippies de Californie. Sale et amaigri, l’ancien cadre venu de Detroit va se transformer en gourou, prenant le nom de Jésus-Gris, il entraîne le groupe dans un incroyable voyage psychédélique et déjanté dans une Amérique qui ne va pas tarder à découvrir la contre-culture révélée par ce qu’on nomme déjà la "Beat Generation".

Jack Cool, un détective privé assez atypique, est chargé de retrouver cet ancien dirigeant de l’usine Cadillac disparu sans laisser d’adresse. Après avoir annulé tous ses rendez-vous, le fugueur a disparu pour des raisons inexpliquées pour rejoindre cette communauté installée dans un vieux bus.

Il y deviendra un personnage emblématique sous le patronyme de Jésus-Gris. Plutôt taiseux, il intègre vite la culture « Flower-Power » du groupe qui l’a recueilli : philosophie de la tolérance et de la bienveillance, amour libre, psychédélisme et bienfaits du LSD ! Sur ses traces, on assiste donc à l’émergence de la contr- culture, l’esprit hippie quelque part dans la Californie des années soixante. Tout ce petit monde ayant élu domicile dans un vieux bus couvert de graffitis, il sillonne les États-Unis en s’efforçant de transmettre le nouvel état d’esprit du moment.

Jack Cool 1967, Tome 2 - Acide soit-il - Par Manini et Mangin - Edition Bamboo
Après avoir réparé le bus de la communauté, Jésus-Gris en devient le gourou et l’emmène dans un périple délirant.

Mandaté par Lucille, l’ex-femme de Jésus gris, Jack Cool finit par rejoindre le bus et découvrir la folie bienveillante et insouciante de ces jeunes gens à la recherche d’une hypothétique symbiose avec le cosmos.

Une histoire déclinée en deux tomes recouvrant deux années emblématiques : 1966 et 1967.

Drôle de privé que ce Jack Cool, personnage ambivalent et cantonné dans la narration à un sympathique second plan mais qui possède des entrées auprès des stars et autres people de l’époque. Agissant sans arme, mais plutôt amateur de pétards à fumer, le détective promène son flegme et sa nonchalance au sein d’une galerie de personnages décalés (pour ne pas dire défoncés !) parmi lesquels on croise l’actrice Jayne Mansfield ou l’écrivain Ken Kesey, l’auteur de Vol au dessus d’un nid de coucous.

Nul doute que l’intention des auteurs cherche davantage à nous immerger dans l’effervescence de la contre-culture américaine naissante de la fin des années 1960 que de nous faire vivre une véritable enquête policière. Le personnage de Jack Cool sert de prétexte à cet étrange road movie délirant et sous acide. Entre thriller et chronique sociale, le scénario de Jack Manini navigue entre réalité et illusion, les auteurs prenant la précaution de préciser que « malgré la présence de personnages ayant existé leur récit reste une fiction ».

Le second tome de ce diptyque, paru en juillet lève en partie le voile sur ce qui pourrait avoir poussé un cadre brillant à entrer dans la communauté de Ken Kesey. De même, ce que cache le gant qui recouvre sa main gauche nous est révélé en fin d’album... Occultisme, mystères autour de ses origines, Guerre du Vietnam… un cocktail de mal-être psychologique qui semble être à l’origine de l’étrange destin du héros, Jésus-Gris et de celui de Jack Cool !

Si les réponses arrivent un peu tard, elles ne parviennent pas à convaincre totalement au gré d’un scénario un peu décousu et parfois confus. La poursuite des aventures de ce Jack Cool pourrait de ce point de vue, s’avérer une piste possible.

La mise en images assurée par Olivier Mangin contribue à la lisibilité d’une narration dense et parfois confuse.

Reste le point de départ (authentique) de ce diptyque déjanté, la volonté de traduire toute l’ambiguïté du contexte de cette histoire. Dès 1964, une bande de « joyeux déconneurs » ( les « Merry Pranksters ») partit vaquer dans un bus avec une quantité de LSD, d’amphétamines et autres hallucinogènes.

C’est une époque où les effets des drogues sont encore mal connues, les autorités éprouvant beaucoup de difficultés à appréhender et contrôler un phénomène nouveau, tant dans le monde judiciaire ou que le médical. Ajoutons à cela la caution de Timpothy Leary ou d’Allen Ginsberg et autres représentants de la « Beat Generation ». Un contexte qui sert de toile de fond à cette folle équipée.

Dans l’Amérique profonde des Sixties, le bus psychédéliquede Jésus-Gris ne passe pas inaperçu.

(par Patrice Gentilhomme)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Newsletter ActuaBD