Écoutez les interviews et émissions d'ActuaBD
Apple Podcast Spotify Podcast Google Podcast

Jack Lang : « Le CNBDI était l’un des grands projets de François Mitterrand »

  • Jack Lang, ancien Ministre de la Culture du Président François Mitterrand, était de passage à Angoulême vendredi dernier. Il était sur la place de l’hôtel de Ville lorsque l’on inaugurait l’exposition "Tuniques Bleues". Une occasion pour lui tendre le micro et connaître son implication dans la création des structures du pôle image d’Angoulême.

Jack Lang, que représente le Festival de la BD d’Angoulême pour vous ?

Dès l’accession du Président François Mitterrand et du Parti Socialiste au pouvoir en 1981, nous avons souhaité soutenir le Festival de la Bande Dessinée d’Angoulême. Nous avons également reconnu la bande dessinée comme un art à part entière ce qui, à l’époque, avait suscité quelques controverses. Heureusement, depuis lors, la BD a acquis tous les droits de cité : dans les têtes, dans les cœurs, dans les institutions, dans la presse, etc. Et puis, surtout, Angoulême s’est enrichie d’une multitude d’initiatives. Nous avons créé, avec François Mitterrand, le Centre National de la BD, qui était l’un des grands projets présidentiels de « province ». J’ai également pris la décision de faire racheter par l’Etat des planches originales importante dans l’histoire de la BD afin de constituer une véritable collection. J’avais également ordonné de transférer la gestion du dépôt légal des BD vers Angoulême. Depuis le milieu des années 1980, le dépôt légal est géré par le CNBDI, qui est devenu par après le CIBDI. Et puis, il faut souligner l’ouverture d’un véritable pôle de création cinématographique, liée à la politique nationale que nous avions engagée en faveur du film d’animation. Angoulême est un pôle important, et un pionnier dans ce domaine.

… Et elle est devenue la « Vallée des Images » ?

Exactement ! J’ai convaincu François Mitterrand de venir ici, au Festival de la BD d’Angoulême. Il a été le premier, et l’unique jusqu’à ce jour, Président de la République, a avoir visité Angoulême pendant le Festival de la Bande Dessinée, une ville qu’il connaissait bien. Il a lui-même officialisé une série d’initiatives que nous avions prises notamment ce lien entre la création cinématographique et de l’image…

Qu’est-ce qui vous a fait prendre conscience que la bande dessinée était
importante ?


Mes goûts personnels, bien sûr. Mais aussi mes fréquentes visites ici avant 1981. Mes liens d’amitié avec un adjoint au maire à l’époque, également. Avant l’élection de François Mitterrand au poste de Président la République, j’avais organisé un séminaire à Angoulême où j’avais convié tous les adjoints à la culture de France, membres du Parti Socialiste, pour réfléchir à ce que pourrait être une politique nationale pour la culture. D’une certaine manière donc, Angoulême a contribué, avec le cabinet Mitterrand, à cette politique nationale de la culture. C’est d’ailleurs l’une des raisons pour laquelle dès que François Mitterrand a été élu, en 1981, beaucoup de décisions ont pu se prendre rapidement. Elles avaient déjà été mûries au cours des précédentes années.

Avez-vous visité le nouveau musée ?

Oui. Il est magnifique ! Il ne présente pas seulement le fonds qui a été racheté par l’Etat, mais fait aussi preuve de créativité. L’exposition sur les cent planches de la collection confrontées à cent autres, créées spécialement est une idée très stimulante, et excite la curiosité des visiteurs.

Quels étaient vos goûts d’enfant en BD ?

Babar, bien entendu ! Et puis Bécassine, je suis président de l’Institut Mémoires de l’Édition contemporaine, près de Caen. Nous essayons de recueillir les planches originales de Bécassine [1], qui ont été oubliées. Cela pourrait d’ailleurs se faire en collaboration avec les institutions angoumoisines (CIBDI). C’est à étudier.

Jack Lang : « Le CNBDI était l'un des grands projets de François Mitterrand »
Jack Lang & Gérard Desaphy (Adjoint à la culture du Maire d’Angoulême)
(c) Nicolas Anspach

Comment accueillez-vous la numérisation d’archives par le CIBDI comme Le Rire ou le Fonds Saint-Ogan afin de les rendre disponibles à tous ?

Cela me paraît l’évidence. Et je dirais même : « Enfin ! ». On ne peut que se réjouir quand une technologie est au service de l’art et de la création. Je suis très heureux. Je suis dans l’opposition, vous le savez. Mais parmi les mesures prises par le Président Sarkozy pour l’emprunt national, il y en a une pour la numérisation des fonds culturels. Je n’ai pas le dossier sous les yeux, mais 500 ou 600 millions d’euros vont être bloqués. Les intérêts de cette somme vont servir à la numérisation de la collection nationale. C’est une très bonne chose.

Lisez-vous encore des BD aujourd’hui ?

De temps en temps. Enki Bilal me fait toujours parvenir de manière amicale ses nouveautés. Mes petites-filles me font également découvrir leurs passions. Et là, je suis impatient de lire La Bible en BD par Crumb. J’ai vu des extraits. Cela semble être remarquable.

Que pensez-vous des difficultés actuelles du festival et des tensions entre la ville et 9e Art Plus (la société qui gère l’événement) au sujet du financement …

Je ne maîtrise pas ce dossier. Mais vous savez, dans la vie d’une institution, il n’est pas inhabituel qu’il y ait à un moment ou l’autre des nécessités de réajustement, de réglage, et qu’il y ait une discussion franche, amicale, mais directe, entre les uns et les autres. Cela me paraît même plutôt sain ! C’est l’occasion de faire le point. Il faut juste veiller à ne pas mettre de l’huile sur le feu. Mais d’après ce que l’on m’a dit : les choses trouveraient un tour positif et une conclusion heureuse.

Gérard Desaphy[NDLR : Adjoint à la culture du Maire d’Angoulême] : Permettez-moi d’intervenir ! Il y a eu un emballement médiatique l’année dernière, mais dans le fond de l’affaire, tout s’est réglé rapidement. On renouvèle évidement notre confiance en l’équipe du Festival et à l’Association du Festival.

(par Nicolas Anspach)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Photos (c) Nicolas Anspach

[1Ndlr : Ce personnage a été créé par Joseph Porphyre Pinchon et Jackeline Rivière pour La Semaine de Suzette en 1905.

 
Newsletter ActuaBD