Jackals T.3 – Par Shinya Murata et Kim Byung Jin – Ki-oon

20 novembre 2008 0 commentaire
  • Dans une cité dix-neuvième, des gangs s’affrontent avec une rare violence en employant des mercenaires appelés Jackals. Scénario efficace, graphisme magistral.

Kim Byung Jin, après avoir achevé le premier cycle de son manwha culte Chonchu, est parti faire carrière au Japon. Les éditions Square Enix l’ont associé au scénariste Shinya Murata pour Jackals, un seinen qui met en scène une guerre des gangs dans une ville imaginaire, à l’esthétique dix-neuvième siècle. Au centre de cette série, le personnage de Alligator Nichol, un jeune homme, fils d’une Jackal réputée, qui s’est mis en tête de détruire la ville, responsable selon lui de la mort de sa mère.

Dans ce troisième volume, Nichol, poursuivi par le gang Gabriella, trouve refuge, à l’instigation de son grand-père, chez Inoue, un médecin japonais chargé de soigner son amie Sheryl blessée. Mais cet Inoue est aussi un maître dans l’art de combattre, et Nichol, qui sait devoir franchir un nouveau palier pour atteindre ses objectifs, va tenter d’obtenir du vieux toubib, blasé et alcoolique, qu’il lui transmette son savoir.

Jackals T.3 – Par Shinya Murata et Kim Byung Jin – Ki-oon
Jackals T.3, par Shinya MURATA et KIM Byung Jin
(c) Ki-oon

On reste certes un peu dubitatif devant l’univers de Cicero City (imaginez les personnages de Matrix dans le décor du Tour du Monde en 80 jours…) ; et le scénario comme les personnages sont assez archétypaux. Mais l’histoire reste efficace, les caractères attachants, et la proportion de scènes d’action et de séquences d’apprentissage de la vie bien dosée. Surtout, le graphisme de Kim Byung Jin, son utilisation de l’espace de la page, sont d’une telle qualité que le plaisir de lecture est ici constant. C’est le grand atout de cette série.

(par Arnaud Claes (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?