Japan Expo 2014 atteint l’âge moyen de ses visiteurs

7 juin 2014 1 commentaire
  • Quel chemin parcouru entre le petit festival créé par des étudiants de l'EPITA en 1999 et ce qu'il est devenu aujourd'hui avec près de 240 000 visiteurs au compteur ! La vague manga est passée par là et la manifestation de Villepinte a contribué à l'ancrer durablement dans notre paysage éditorial. Retour sur cette saga tandis que se dévoile le programme d'un 15e anniversaire qui arrive dans moins d'un mois, du 2 au 6 juillet 2014.

Entre sa création par une bande d’étudiants fanatiques d’animation issues de l’EPITA [1] et l’entreprise industrielle d’aujourd’hui, quel parcours ! Jean-François Dufour, son président, nous en racontait voici quelques temps les grandes étapes.

Nous l’avons écrit déjà : toute la réussite de Japan Expo est d’avoir réalisé non pas un festival de bande dessinée japonaise, mais un festival de la culture et des loisirs japonais.

C’est malin. Quelle est en effet la petite ville de province qui n’a pas son club de judo, ni aujourd’hui son restaurant japonais ? Cet angle a son importance, car il est l’essence de ce que les mangas japonais expriment : une culture différente de la nôtre, avec ses spécificités, sa vision du monde.

Il tient compte aussi de la réalité du médium aujourd’hui : la bande dessinée se décline sur bien d’autres supports que le papier d’origine : le cinéma, la TV, les jeux vidéo, la publicité, le merchandising, la musique... Elle propose des personnages et des univers, qui symbolisent parfaitement ses origines géographiques et historiques. Elle est un mode de vie.

Japan Expo 2014 atteint l'âge moyen de ses visiteurs
75% des visiteurs ont entre 15 et 25 ans
Infographie : Japan Expo

Si la bande dessinée en soi ne génère pas un chiffre d’affaires très impressionnant, ce qu’elle influence, en revanche, est colossal : mettez bout à bout les industries qui utilisent ses images et vous vous apercevrez que nous sommes face à un phénomène culturel marquant de notre temps.

Japan Expo reflète cette réalité : sur 125 000 m², ce sont des stands et des activités très diverses qui nous sont proposés : des inévitables mangas (60% des stands participants, quand même) aux démonstrations sportives, des concerts musicaux et des projections de dessins animés aux jeux vidéo, des incroyables cosplays aux stands de création de mode, des agences de voyage à l’échoppe de cuisine traditionnelle, de l’officine de jeux de rôle à la boutique de goodies à l’effigie des héros de manga les plus populaires... Le Japon ne pouvait pas rêver de meilleur ambassadeur !

Au départ, cette manifestation s’articulait autour d’un groupe de fans de dessins animés de la génération Dorothée. Dans sa prolongation, les générations Akira et Dragon Ball ont pris le relais et dynamisé le public en captant notamment un public d’adolescents et de jeunes adultes.

Aujourd’hui, c’est une multitude de publics intergénérationnels qui s’enquillent : générations Sailor Moon, XXe Century Boys, Death Note, Monster, Naruto, One Piece... Mais la grande majorité sont des 15-25 ans (75% des visiteurs), dont un bon nombre de lectrices, souvent accompagnés par des membres de leur famille, des plus âgés (les parents) aux plus jeunes (le petit frère ou la petite sœur.)

La génération Akira est toujours là...

Reflétant cette diversité, les invités sont chaque année répartis sur les différentes activités :

- Izumi Matsumoto, figure historique du Weekly Shonen Jump (Kimagure Orange Road (1984), Sesame Street (1988), Shin Kimagure Orange Road (1994)) est l’invité d’honneur dans le domaine des mangas.

Sont aussi programmés :

- Chez Akata, Nikki Asada qui vient signer sa série Bienvenue au club, un groupe de personnages bien déjantés.

- Chez Glénat : Kachou Ashimoto qui présentera en avant-première à JPE son manga en 6 volumes Cagaster.

- Chez Kana, c’est la Montpelliéraine Elsa Brants qui vient signer le 1e tome de sa série Save me Pythie.

- Chez Kazé, c’est Ryûhei Tamura, l’auteur de Beelzebub qui vient célébrer le 20e titre de sa série parue en France.

- Chez Ki-Oon : Kamui Fujirawa, l’auteur du manga à succès Dragon Quest – Emblem of Roto.

- Chez Nobi-Nobi, une mangaka jeunesse Chiaki Miyamoto (Les couleurs de Bilo et Le Perroquet de l’Empereur).

- Chez Taïfu, la mangaka Rihito Takarai (Seven Days, Seule la fleur sait, Fleurs et sens...) séduira les amateurs de poésie raffinée.

Les mangas représentent jusqu’à 60% des exposants

Parmi les autres invités :

- Kitarô Kôsaka est l’invité d’honneur pour l’animation. Il a été choisi par Naoki Urasawa pour être le charac-designer, producteur et directeur de l’animation sur les adaptations TV de Master Keaton, Yawara ! et Monster. Il a aussi travaillé avec Hayao Miyazaki comme animateur (Nausicaä de la vallée du vent ou Le Château dans le ciel) puis comme responsable de l’animation sur Princesse Mononoké, Le Voyage de Chihiro, Le Château ambulant et dernièrement Le Vent se lève.

Également, le mecha-designer Shinji Aramaki (Appleseed, Appleseed Ex Machina, Starship Troopers  : Invasion et le récent Albator, corsaire de l’espace...), Yoshiyuki Itô (Fullmetal Alchemist...), Ippei Kuri, le créateur de Judo Boy et fondateur du studio Tatsunoko Production.

- Pour les jeux vidéo, la tête d’affiche est Daigo Ikeno (Street Fighter III 3rd Strike : Fight for the Future™ et Devil May Cry 3™).

Une vie consacrée au jeu vidéo...

- Pour la J-Music, c’est notamment le groupe Berryz Kobo, composé de 7 jeunes filles et C-ute, groupe de cinq idols qui se produira aussi au Bataclan le 5 juillet, qui rempliront les salles de fans de pop japonaise.

Mais, impulsés notamment par les Fashion Days Japan, ce sont les cosplays, ces fans qui s’incarnent dans leur manga favori, qui frappent le plus le visiteur venu en curieux à Japan Expo : compétitions internationales, shows dédiés accueillent des participants venus de toute la France, mais aussi du monde entier. L’ambiance est bon enfant mais, pour les participants, elle est particulièrement fiévreuse : le costume étant parfois le résultat de longs mois de travail. Ce sont en tout cas les atours les plus extravagants qui défilent et ce spectacle à lui seul vaut le déplacement.

Nous ne manquerons pas de revenir plus en détail sur ce 15e anniversaire.

Le Cosplay, attraction majeure de Japan Expo

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Japan Expo

Parc des Expositions de Villepinte (RER Parc des Expositions)

Du 2 au 6 juillet 2014.

Un conseil : PRENEZ VOS BILLETS A L’AVANCE

sur LE SITE DE JAPAN EXPO

[1Les fondateurs de Japan Expo sont en effet des anciens de cette école d’ingénieurs. Notons que la convention Epitanime existe toujours au sein de l’école.

 
Participez à la discussion
1 Message :