Japan Expo et Comic Con : ultimes préparatifs avant ouverture

3 juillet 2013 0 commentaire
  • Ça y est: Japan Expo ouvre ses portes. Exposants, commerçants, éditeurs et auteurs sont prêts pour l'événement. Mais hier encore... Retour sur la dernière journée avant l'ouverture: coulisses, impressions et photos.

10h, sous une légère bruine, devant le parc des expositions de Villepinte. A l’accueil Thomas Sirdey fait le point avec ses équipes tandis que certains membres du staff recensent les exposants et personnels, techniques, commerciaux et éditoriaux qui arrivent pour finaliser la mise en place. L’atmosphère est encore calme.

Seul bémol : un nouveau logiciel pour les accréditations qui ne semble pas encore opérationnel. Le vice-président de Japan Expo est cependant confiant : les éditeurs notamment semblent s’y être pris plus tôt cette année, le stress éprouvé par certains l’an passé, dû aux conditions d’urgence, est pour beaucoup dans ce changement !

Japan Expo et Comic Con : ultimes préparatifs avant ouverture

À l’intérieur de la convention, c’est le chantier. Grues et palettes circulent partout. Les techniciens finissent de monter certaines installations, on déroule des tapis, on déballe des cartons, on range les volumes dans les rayonnages.

Sur certains stands, l’organisation impressionne. Chez Ki-oon, c’est un véritable bataillon : ils sont une bonne vingtaine, coordonnés, à s’affairer méthodiquement. Et tout semble déjà prêt.

Juste à côté, Tonkam nous confirme : depuis la panique de l’édition 2012 et la disposition des volumes dans les dernières heures avant l’ouverture, tandis que le voisin était lui confortablement opérationnel depuis la veille, on s’inspire de la méthode Ki-oon. Et les finitions sont envisagées sereinement. Pour d’autres, il y a manifestement encore un sacré travail à abattre.

Pour Josselin Moneyron, c’est le premier Japan Expo en tant que directeur éditorial de Kazé Manga : ambiance studieuse donc. Et il y aura moins d’éléments déjantés pour créer l’ambiance mais en revanche un écran géant qui diffusera vingt heures de programme en boucle.

C’est plus décontractée chez Kana qui prépare son atelier de cuisine moléculaire sur le thème de Hell’s Kitchen. Une vache vous accueillera chez Kurokawa tandis que Soleil marque le coup avec une bibliothèque dédiée à Aya Oda, leur invitée d’honneur.

Chez Glénat, Stéphane Ferrand se fait homme-orchestre, déballe lui-même les cartons, donne des consignes et livre ses impressions et quelques états d’âme. Le stand est grand, certes, mais il se fait vieux et on aimerait bien en proposer un tout beau tout neuf. L’an prochain qui sait. Et le choix cornélien des titres à apporter, entre ceux auxquels c’est l’occasion d’offrir une visibilité et ceux qui vont amener du monde et engranger des ventes.

Et One Piece, la nouvelle édition, le contentieux avec Sylvain Chollet, l’ancien - et historique - traducteur du manga ? Ah ça, on ne lui parle que de ça en ce moment...

Le litige, on verra ça en temps et en heure, les décisions ayant été prises à présent, tout cela est loin d’une certaine manière. La nouvelle édition, c’est simplement des tirages au niveau des réassorts, parce qu’il n’y aura pas d’effets de relance (il n’y en a jamais).

Mais c’est surtout des frais, non seulement de traduction, mais aussi de retrait et de nouvelle distribution, sans parler des quantités envoyées au pilon. Et déjà de nouvelles consignes, de nouveaux rayonnages à garnir, et Stéphane Ferrand de se déployer, à droite, à gauche, sans relâche.

Face au coin des éditeurs, celui des commerçants, officiels et officieux ; et leurs produits, authentiques ou contrefaçons. Ça bat son plein, et l’on entend parler toutes les langues : français, japonais, anglais mais aussi italien par exemple. Côté exposants divers, notons par exemple DoCoMo dont nous vous parlions il y a peu.

Plus loin encore, ça branche des câbles, allume des écrans. Les espaces spécifiques sont prêts ou presque. On voit de grands affichages annonçant un espace dévolu au « kawaï » (mot japonais servant à désigner tout ce qui est « mignon »), les filles en maillots de bain sur papier glacé des « Gravure Idols » auxquelles une exposition est consacrée.

On découvre d’un coup les prémisses de l’emplacement dédié à Tetsuo Hara : Raoh y campe fièrement sur son cheval Koku’Oh, et fait bizarrement face à l’habituel Naruto gonflable qui s’impose, cette année encore, dans le paysage de la convention.

Au fond, enfin, l’animation se fait moindre : calme plat ou presque du côté du Comic Con qui se fond avec l’espace amateur. Des chaises et des tables, vaines, inoccupées, encore en place, gentiment alignées, à perte de vue. Et les différentes scènes, les zones de défilés, comme à l’abandon.

Pour nous rappeler qu’avant le plein phénoménal, pour lequel tous s’affairent et se préparent, il y aura eu, quand même, un moment de vide.

(par Aurélien Pigeat)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Japan Expo

Du 4 au 7 juillet 2013

RER Station - Parc des Expositions Paris-Nord Villepinte.

Le site de Japan Expo

Le site de Comic Con France

  Un commentaire ?