Je détruirai toutes les planètes civilisées ! – Fletcher Hanks – Actes Sud / L’An 2

31 octobre 2007 5 commentaires
  • Qui est Fletcher Hanks ? Un précurseur ou un canular ? La question se pose presque à la lecture de cette anthologie compilée par Paul Karasik tant le mystère reste épais sur la biographie de son auteur.

C’est presque trop beau pour être vrai : un graphisme naïf contemporain des premiers dessins de Superman et de Captain America, un univers fou aux personnages fascinants et sans limite, endossant le charme naïf des pionniers du comic-book où l’on croise tour à tour Fantomah, une sorte de Fantôme du Bengale femelle mâtinée de Ghost Rider, Stardust, un mix entre le Superman de Siegel et Shuster avec le Brick Bradford le plus canonique, ou encore Big Red McLane, le roi des forêts du nord, mi- Davy Crockett, mi-Popeye…

Le dessin est pop et vintage à souhait, les histoires sans queue ni tête, quasi surréalistes. La charge esthétique est évidente, ébouriffante. Comment un artiste aussi novateur a-t-il pu rester aussi longtemps ignoré des spécialistes ? On se le demande.

À la fin de l’album, Paul Karasik [1] ajoute une bande dessinée où il raconte sa rencontre avec le fils de l’artiste, un héros de la guerre qui décrit son père comme un alcoolique bon à rien, sans talent. Le rejeton du génie se fiche du travail de son père comme de sa première culotte. Cet addendum inattendu aurait pu laisser penser que tout ceci n’est qu’une mystification, un artefact créé avec talent par Paul Karasik, un peu comme Cornillon et Chaland avaient réalisé naguère Captivant, ou une sorte de nouveau Frantico dont le vrai nom serait Glen Baxter.

Eh, non, Fletcher Hanks a vraiment existé, laissant derrière lui ses dessins aussi mystérieux que kitsch et surréels.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

- Acheter l’album en ligne

[1Que l’on avait déjà vu chez Actes Sud dans l’adaptation de Cité de Verre de Paul Auster, avec David Mazzucchelli.

 
Participez à la discussion
5 Messages :
  • Fletcher Hanks, Henry Fletcher, Hank Christy, Barclay Flaggs... Derriere tous ces noms improbables se cachent bel et bien le même dessinateur -qui effectivement n’est pas un canular.

    Son oeuvre est absolument unique et originale -tout comme celle de Wolverton- mais, comme vous le dites, les scénarios y sont encore plus hallucinants. Que dire de Tabu, un genre de Tarzan magicien qui peut invoquer les éléments, mais aussi se transformer en gorille puis en arbre dans l’espace de 2 cases ?!

    Et un grand merci à Art Spiegelman qui en publiant un épisode de "Stardust" dans RAW, permit de faire redécouvrir l’oeuvre de ce dessinateur époustouflant.

    Répondre à ce message

    • Répondu le 15 décembre 2007 à  19:57 :

      Effectivement A.Spiegelman avait publié une très belle version de Stardust, dans un supplément "spécial comics" en couleurs (encart format daily paper), du magazine RAW, dans les années 80... C’est donc étonnant qu’on fasse comme si ce dessinateur avait été ignoré jusque là. Il faudrait d’ailleurs voir si il n’y a pas eu d’autres "re-découvertes", éditions ou extraits, dans les revues spécialisées américaines depuis cette époque. Quelqu’un a des infos ? De plus, on aimerait bien avoir un aperçu exhaustif des couvertures originales... Avis aux chercheurs !

      Répondre à ce message

      • Répondu par François Peneaud le 15 décembre 2007 à  23:19 :

        Le site comics.org liste une partie des comics d’où sont issues les histoires reprises dans cet album. Il semble qu’une bonne partie ait des couvertures réalisées par d’autres artistes comme Lou Fine ou Bob Powell.

        Répondre à ce message

      • Répondu par Alex le 18 décembre 2007 à  21:28 :

        Ok... mon expérience personnelle : j’ai donc découvert "Fletcher Hanks" dans Raw, 80’s comme vous le rappelez. Après ça, grand silence -malgré que j’essayais alors de m’enquérir de ses tenants et aboutissants auprès des spécialistes. Inconnu au bataillon. Puis vint -pour moi- l’internet au milieu des 90’s. Et c’est là que je suis tombé à nouveau sur le travail de Fletcher Hanks, sur des sites de réimpressions "online" -aujourd’hui disparus. Je fus en contact avec les créateurs de ces sites. Leurs opinions quand au travail de Hanks variaient -de l’admirateur inconditionnel au branché "camp". En tout cas, ils ont tous eu la remarquable attitude de me communiquer des scans issus de leur collection personnelle.
        D’après moi, il n’y a jamais eu d’articles, de re-découvertes ou autres avant Raw -mis à part comme le cite Karasik une reproduction d’une histoire de "Fantomah" dans "Comics profiles". A noter que d’après Karasik, c’est Moriarty qui aurait fait découvert Hanks à Spiegelman. Quelles références pour un dessinateur "d’imbécilités" !

        Et pour répondre aussi à FP, effectivement pas de couvertures avec Stardust ou autres. Hanks n’était qu’un freelancer faisant du remplissage pour les comics du studio Iger-Eisner (avec ces mots d’Eisner : "Il ne dessinait pas aussi bien que Wolverton mais au moins il rendait son travail dans les temps")

        Et, faut-il l’ajouter, un grand bravo aux éditions de l’An 2. Un travail que l’on peut qualifier de pionnier -avec plus de 60 ans d’écart !!!- mais au moins eux ils ont fait le pas...

        Répondre à ce message

  • Encore un bon livre publié par l’An 2 !

    Répondre à ce message