Je suis Captain Marvel – Collectif – Panini Comics

5 février 2019 3 commentaires
  • Depuis quelques années, le personnage de Captain Marvel - dans sa version Carol Danvers - prend une place de premier plan dans l'univers Marvel. La super-héroïne connaîtra bientôt l'honneur de rejoindre l'univers cinématographique Marvel avec son propre film, le premier centré sur un personnage féminin chez Marvel Studios, et il était temps. À l'occasion de la sortie prochaine du film, l'éditeur Panini Comics propose une anthologie consacrée au personnage.

Deux personnages ont principalement porté le nom de Captain Marvel [1] : le guerrier extra-terrestre Marv-Vell et la pilote de chasse Carol Danvers. Au regard de la couverture, de sa longévité éditoriale et du fait qu’elle soit au centre d’un film à venir, c’est le personnage de Carol qui est mise à l’honneur dans cette nouvelle anthologie. Mais le personnage de Mar-Vell est loin d’être mis de côté !

En effet, il est difficile de reléguer le Captain Marvel originel sur le banc de touche, en particulier lorsqu’il a été bien servi par des équipes créatives talentueuses. Créé en 1967 par Stan Lee et Gene Colan, Mar-Vell répond avant tout à une demande du patron de la Maison des Idées de l’époque, Martin Goodman : il fallait créer un personnage du nom de « Marvel » afin de protéger cette dénomination de la concurrence, au regard du succès retentissant de l’éditeur depuis quelques années. Comme pour d’autres personnages - comme Black Panther ou le Silver Surfer -, Stan Lee créé un lien avec l’univers des Quatre Fantastiques : Captain Marvel sera donc un guerrier kree, envoyé avec son équipe sur Terre afin de se venger des défaites rencontrées face à la première équipe super-héroïque de l’éditeur.

Je suis Captain Marvel – Collectif – Panini Comics
Mar-Vell a tourné le dos à son peuple, les Kree, afin de protéger la Terre et ses habitants !
© Marvel

Très rapidement, le personnage va se prendre d’affection pour la Terre et ses habitants, les protégeant des menaces extra-terrestres (même celles venant de son monde originel). Captain Marvel aura droit à sa propre série à la fin des années 1960, mais cette dernière a du mal à décoller dans les ventes. Ce n’est pas faute de convier des talents de l’époque comme Gene Colan, Roy Thomas, Gil Kane ou John Buscema. Cet album fait le choix logique, mais évidemment bon, de conserver une trace du run de Roy Thomas et Gil Kane : au détour d’une histoire de vengeance extra-terrestre bien sentie et d’une cohabitation unique avec Rick Jones [2], nous assistons à l’exposition d’une jeune femme blonde à une arme kree sophistiquée et dangereuse...

Cette jeune femme, qui avait plusieurs fois aidé Captain Marvel dans sa mission, va développer des pouvoirs surhumains et devenir, sans en être consciente, une héroïne à part entière. Carol Danvers, ancienne chef de sécurité de la NASA, va devenir en 1977 sous la direction de Gerry Conway et John Buscema la super-héroïne Ms. Marvel avec le lancement de la série du même nom. Un lancement qui fait apparaître une contradiction entre le fond et la forme : si Ms. Marvel est dessinée de façon sexualisée pour plaire à un lectorat adolescent, elle n’est pas en manque de répartie ou de muscles pour remettre à leur place les misogynes de tous poils - comme Jonah Jameson, le rédacteur en chef du Daily Bugle qui vient de l’embaucher pour rédiger son supplément féminin !

Carol Danvers, et le scénariste Chris Claremont, ont fait prendre conscience aux Avengers qu’ils pouvaient eux aussi être faillibles.
© Marvel

Comme les lecteurs assidus peuvent s’y attendre, cette anthologie ne fait pas l’impasse sur l’apport incontournable de Chris Claremont au personnage de Carol durant les années 1980. Entre autres, Carol aura été la première victime des pouvoirs d’un personnage introduit du côté des super-vilains et appelé à devenir très populaire en passant rapidement de l’autre côté de la barrière : Malicia des X-Men ! Le récit des trajectoires liées des deux personnages est ainsi illustré dans cet album par deux récits de Claremont, l’un datant de 1990 qui permet de se replonger avec nostalgie dans le mythique run du dessinateur Jim Lee sur l’univers des X-Men.

Alors qu’il s’apprêtait à recueillir en 1981 Carol dans le giron des X-Men pour près d’une décennie, Chris Claremont a offert au personnage un moment qui a définitivement fait basculer ce dernier d’un statut secondaire aux yeux des lecteurs à celui d’un personnage dramatique et attachant. Tranchant avec la légèreté et la fantaisie dont pouvait faire l’objet Carol de la part d’autres scénaristes les années précédentes, Claremont offirt au personnage un traitement digne et juste, qui ne manquera pas de secouer le lecteur.

En ce qui concerne les décennies les plus récentes, l’anthologie a fait le choix de centrer la sélection sur des séries ou des moments qui présentent Carol comme un personnage à la mentalité forte, consciente de son parcours et de ses faiblesses, mais aussi de ses mérites, pour incarner Captain Marvel après la tragique disparition de Mar-Vell. Un tel choix s’inscrit bien évidemment dans la perspective de l’idée directrice du film éponyme à venir, mais il permet surtout de bien souligner ce qu’est le personnage de Captain Marvel aujourd’hui dans l’univers Marvel : une femme qui inspire les autres, mais qui n’est pas non plus infaillible. Nous avons ainsi beaucoup apprécié la mise en avant du travail de la scénariste Kelly Sue DeConnick, qui a façonné durant les années 2010 l’émergence de ce nouveau statut pour le personnage de Carol. Un personnage attachant, à la recherche de ses limites pour continuer à progresser, mais aussi amatrice de références à la pop culture grand public quand ses aventures cosmiques le lui inspirent !

Ah, l’espace... Excepté un solide récit de Rick Remender où Mar-Vell et Carol font équipe pour combattre le Phénix renaissant à la fin des années 2000, cette anthologie fait malheureusement l’impasse sur un auteur lié au pan cosmique de l’univers Marvel : l’incontournable Jim Starlin. Ainsi, nous n’avons pas le mythique récit La Mort de Captain Marvel dans cet album, ni même un seul épisode du scénariste, ne serait-ce pour illustrer par exemple l’opposition fréquente de Mar-Vell à Thanos.

Carol peut imiter Obi-Wan Kenobi de Star Wars quand la situation le permet !
© Marvel

De plus, nous avons été quelque peu déçus de ne pas lire un quelconque récit mettant en scène Carol et le personnage qui l’a prise pour modèle, à savoir Kamala Khan (la Ms. Marvel créée ces dernières années par la scénariste G. Willow Wilson). C’est d’autant plus dommage que leurs échanges sont fréquents et ont fait émerger une nouvelle facette, très positive, pour le personnage de Carol.

Malgré ces manques, est-ce que nous vous recommandons tout de même la lecture de cette anthologie ? Eh bien, oui : cet album est assez complet pour comprendre l’histoire de(s) Captain Marvel et donne une densité insoupçonnée au personnage de Carol Danvers si l’on ne connaît pas le personnage. Une lecture que nous ne pouvons aussi que conseiller aux nouveaux lecteurs qui attendent la sortie à venir du film éponyme. Le personnage de Carol Danvers étant amené à prendre une place centrale dans l’univers cinématographique Marvel, peut-être bien en remplacement d’Iron Man ou de Captain America.

Le film de Ryan Fleck et Anna Boden est attendu pour le 6 mars 2019 en France !

© Marvel

(par Romuald LEFEBVRE)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

Je suis Captain Marvel. Par Stan Lee, Roy Thomas, Gerry Conway, Chris Claremont, Brian Reed, Rick Remender, Kelly Sue DeConnick, Brian M. Bendis, Margaret Stohl, Robbie Thompson (scénario), Gene Colan, Gil Kane, John Buscema, Michael Golden, Jim Lee, Roberto De La Torre, Renato Guedes, Dexter Soy, David López, Jim Cheung et Brent Schoonover (dessins). Traduction de Thomas Davier, Nicole Duclos, Makma/Nick Meylaender, Jérémy Manesse, Khaled Tadil. Panini Comics, collection Marvel Anthologie. Sortie le 6 février 2019. 320 pages. 25,00 euros.

[1Voire « trois » si l’on compte le personnage de Shazam du côté de DC Comics, qui portait originellement le nom de Captain Marvel dès 1940. Mais son éditeur, Fawcett Publications ferme ses portes en 1953. Marvel sécurise donc l’appellation "Captain Marvel" avec la création d’un nouveau personnage. En 1970, DC Comics rachète les droits du Captain Marvel original, mais devra renommer la série Shazam ! en 2011 pour des questions de droits. Détail amusant, les deux univers font en 2019 leur apparition au cinéma à quelques semaines d’écarts.

[2Personnage alors adolescent que l’on retrouve souvent à l’époque aux côtés des super-héros comme Captain America ou Hulk, afin de permettre aux jeunes lecteurs de s’identifier aux côtés de leurs héros. Ici, l’adolescent doit frapper des Nega-bracelets qu’il porte constamment afin d’échanger ses atomes avec ceux de Captain Marvel, condamné par l’Intelligence supérieure des Kree à être prisonnier dans la Zone négative à cause de sa trahison. Rick Jones et Captain Marvel partagent alors une même existence, celle d’un adolescent et d’un super-héros.

 
Participez à la discussion
3 Messages :
  • Je suis Captain Marvel – Collectif – Panini Comics
    7 février 17:11, par JC Lebourdais

    A voir si ce volume fait ou non l’impasse sur le point noir qui entâche l’histoire de ce personnage, à savoir l’infâme AVENGERS #200.

    Répondre à ce message

    • Répondu le 7 février à  19:49 :

      Cet album ne comprend pas cet épisode, mais explique dans un article son contenu afin que les lecteurs puissent comprendre le récit de Claremont transformant le destin du personnage au début des années 1980.

      Répondre à ce message

  • Je suis Captain Marvel – Collectif – Panini Comics
    9 février 14:33, par Dominique DB

    Un regret : l’absence des épisodes
    - où Carol rencontre les Vengeurs et fait équipe pour la première fois ;
    - où Carol fait l’objet de manipulations génétiques par les Brood et devient Binaire ;
    - où Carol revient chez les vendeurs sous le nom de Warbird et commence une addiction à l’alcool.

    Répondre à ce message