Je suis Wolverine – Collectif – Panini Comics

6 mars 2017 0
  • À l'occasion de la sortie au cinéma en ce début mars du long métrage « Logan », l'éditeur Panini Comics propose une nouvelle anthologie consacrée à un héros Marvel ; ici le mutant Wolverine.

De sa création en 1974 par le scénariste Len Wein et le dessinateur Herb Trimpe à notre époque sous la direction récente du scénariste Jason Aaron, le célèbre mutant canadien qu’est Wolverine a vécu de très nombreuses aventures qui lui ont valu d’être l’un des personnages les plus populaires tous Comics confondus ces dernières décennies. Réaliser une anthologie autour d’un tel personnage n’est jamais chose trop aisée ; est-ce que le pari est ici réussi ?

Comme à l’accoutumée pour cette série d’anthologies chez l’éditeur Panini Comics, le recueil s’ouvre avec la première aventure où apparaît le personnage concerné. Ce sera donc au détour d’une aventure de l’incroyable Hulk que les lecteurs découvriront pour la première fois Wolverine, une petite boule de nerfs qui tend à faire la loi au Canada pour le crédit de son gouvernement (à l’époque, ça consistait apparemment à jeter les bruyants super-héros américains en dehors de leurs frontières). Une apparition remarquée mais non pas centrale parmi les aventures du géant de jade qui appellera sans crier gare un destin éditorial hors-normes.

Wolverine, c’est avant tout l’une des pièces maîtresses de l’auteur qui a fait des X-Men le succès planétaire que l’on connaît aujourd’hui à partir de la fin des années 1970 et jusqu’au début des années 1990, à savoir Chris Claremont. C’est grâce à cet immense scénariste que le personnage va se développer et s’épanouir en même temps que ses camarades mutants, en devenant surtout bien plus qu’un simple dur à cuire dans son équipe (et famille) d’adoption. Les amateurs de l’auteur britannique seront comblés avec ce recueil, avec pas moins de trois de ses histoires (dont une confrontation sanglante et tragique avec Dents-de-Sabre qui vaut le détour). Nous regretterons toutefois l’absence de l’épisode au début de La Saga du Phénix noir daté du début des années 1980 où Wolverine s’infiltre dans le Club des Damnés à sa manière... Un épisode qui allait entretenir très longtemps le mythe du « meilleur dans sa partie » chez les lecteurs.

Je suis Wolverine – Collectif – Panini Comics
En ayant trempé si longtemps dans le monde de l’espionnage, pas étonnant que Logan connaisse du beau monde.
© Marvel

Les autres scénaristes principaux qui ont donné vie à Wolverine, notamment dans les pages de sa série en solo, ne sont pas oubliés et sont même en valeur par des histoires représentatives pour la plupart. Ainsi, les talents respectifs des scénaristes Larry Hama (à travers notamment une folle aventure militaro-fantastique durant la Guerre civile en Espagne), Frank Tieri (pour une rencontre musclée et étonnante avec le Punisher), Greg Rucka (pour une jolie évocation du passé sentimental et tragique de Logan), Mark Millar (pour un étonnant récit prenant place dans un camp d’extermination durant la Seconde Guerre mondiale) et Jason Aaron (« Mais comment fait-il pour être dans une équipe différente de l’éditeur Marvel chaque jour de la semaine ? ») sont exposés à travers les différents choix effectués par cette anthologie.

Tout au plus ici, nous regretterons seulement le choix de ne pas retenir un épisode de l’excellente série Wolverine & The X-Men de Jason Aaron (où Logan dirige l’école Jean Grey pour les mutants, tout en continuant ses activités habituelles) qui aurait été représentative de ce qu’est aujourd’hui le personnage au sein de l’univers Marvel, à savoir un mentor et un leader. On pourra aussi regretter l’absence d’une quelconque histoire avec X-23 (Laura Kinney, le clone mutant et féminin de Logan) qui aurait là aussi apporter sa pierre pour présenter la situation contemporaine de mentor du personnage. Quitte à pousser le vice dans cet exercice, on pourrait même mentionner la non moins excellente série Uncanny X-Force de Rick Remender où Wolverine a bien du mal à la tête entre ses activités d’assassins et ses idéaux...

Est-ce que Spider-Man va réussir à percer le secret existentiel du mutant canadien ?
© Marvel

Si vous êtes intéressés par les belles planches, on ne peut que constater que Logan a eu de la chance d’être si bien entouré : le recueil est ainsi très agréable à parcourir des yeux grâce aux talents de dessinateurs de Barry Windsor-Smith, John Buscema, Marc Silvestri, Jim Lee, Adam Kubert, Terry Dodson, Darick Robertson ou encore Kaare Andrews. Un très bon point pour le recueil.

Même si nous donnons l’impression à la lecture des lignes ci-dessus de faire la fine bouche, Je suis Wolverine est un album qui nous apparaît comme agréable à lire et qui remplit globalement bien son office en tant qu’anthologie (notamment auprès des nouveaux lecteurs). Après, il nous apparaît comme certain que les amateurs les plus avertis verront cet album comme un point de départ pour relire d’autres aventures de Logan comme Wolverine par Chris Claremont et Frank Miller, Arme X par Barry Windsor-Smith ou encore Old Man Logan de Mark Millar et Steve McNiven.

(par Romuald LEFEBVRE)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Je suis Wolverine. Par Len Wein, Chris Claremont, Ann Nocenti, Larry Hama, Frank Tieri, Greg Rucka, Mark Millar, Jason Aaron (scénario), Herb Trimpe, Barry Windsor-Smith, John Bolton, John Buscema, Marc Silvestri, Jim Lee, Adam Kubert, Terry Dodson, Darick Robertson, Kaare Andrews (dessins) et Bill Sienkiewicz (encrage). Traduction de Laurence Belingard, Geneviève Coulomb, Thomas Davier, Nicole Duclos, MAKMA/Ben KG. Panini Comics, collection Marvel Anthologie. Sortie le 1 mars 2017. 320 pages. 22,00 euros.

Commander ce livre chez Amazon
Commander ce livre à la FNAC

  Un commentaire ?