Interviews

Jean-Paul Krassinsky : "Le Crépuscule des idiots est une paronymie du Crépuscule des idoles de Nietzsche"

Avec "Le Crépuscule des idiots", Jean-Paul Krassinsky nous propose une fable nietzschéenne hilarante et tragique sur l'origine des religions. Il s'agit là d'un album important, et dans l'actualité, et dans le parcours de ce sympathique auteur qui a bien voulu nous expliquer gentiment sa genèse.

Est-ce le contexte actuel, lié aux attentats et à la question de la laïcité, qui vous a inspiré cet album ?

Jean-Paul Krassinsky : Pas vraiment. Le Crépuscule des idiots est un album auquel je pense depuis une dizaine d’années. Oui, il y avait déjà des débats sur la laïcité et nous avions connu des attentats islamistes en 1995. Il n’y en a pas eu que chez nous malheureusement : il y a eu les attentats de Madrid, de Londres, etc. Et puis, tous les débats absurdes sur la laïcité, la manière de s’habiller, de ce que l’on peut faire et ne peut pas faire, ça dure depuis plus d’une décennie. Ce sont des choses qui m’ont asticoté longuement et tout cela m’a donné envie de parler de ce sujet. La religion, ça pourrait être une belle chose mais il ne faut pas perdre de vue que ça doit aussi être une croyance personnelle. L’existence de Dieu, ça reste une hypothèse et à partir d’une hypothèse, on est prêt à changer beaucoup de choses dans nos vies. Je trouve donc que la place de la religion est un peu trop prépondérante et je trouve cela un peu agaçant. C’est pourquoi, j’ai eu envie de parler de ce sujet mais de manière drôle car on peut aussi en rire.

Jean-Paul Krassinsky : "Le Crépuscule des idiots est une paronymie du Crépuscule des idoles de Nietzsche"

Pourquoi avez-vous situé votre histoire au Japon ?

Il faut voir cela comme un contre-pied car dans l’album, je parle surtout des religions monothéistes qui sont issues du bassin méditerranéen et moyen-oriental. Je trouvais amusant de placer ce genre de religion dans un endroit différent de leur lieu de naissance.

Après, je suis aussi parti de ces macaques japonais qui vivent dans les sources d’eau chaude. À première vue, ils ont l’air peu agressif, contemplatif. Quand on les voit passer leurs hivers dans les sources chaudes, on peut penser qu’ils sont zen. J’ai donc eu envie de troubler leur univers avec un trublion (rire). Je suis nourri à l’humour depuis tout petit. J’adore les Monty Python ! Même si je n’ai pas la volonté d’imiter tout ce qu’ils ont fait mais il y a des choses comme ça qui ressortent dans mon travail. Après, j’ai eu d’autres influences comme Jim Henson, le créateur du Muppet Show. Ce sont des artistes qui m’ont toujours fait rire.

Parmi tous les singes que vous mettez en scène, il y a une femelle sur qui se concentre toutes les attentions. La femelle est un objet de pouvoir important dans votre histoire.

Complètement ! La femelle est totalement l’égale du mâle pour le coup. Elle est aussi manipulatrice que lui.
La question de la femelle est intéressante du point de vue éthologique pour deux raisons : Ces tribus de singes sont normalement dominées par les femelles, qui sont les chefs de clan, ce n’était donc pas idiot pour le contexte choisi ; par rapport à la religion, c’était aussi un pied de nez car les religions, quelles qu’elles soient ont tendance à écraser la femme et à l’oppresser...

Ça dépend de quelle religion on parle.

Oui, ça dépend des religions mais je parle en l’occurrence des trois religions monothéistes que sont le judaïsme, le christianisme et l’islam. Ce sont elles que je voulais chatouiller dans ce livre. Et à priori, lorsque l’on fait l’histoire des religions, on fait une histoire d’hommes. Donc, je trouvais intéressant d’avoir un personnage féminin fort, qui soit aussi ambitieux que les personnages masculins. Elle agit avec ses armes qui sont différentes et pour le coup, on peut dire qu’elle est un peu plus lucide et intelligente que les autres macaques.

Quelles sont vos inspirations pour ce livre ?

Le Crépuscule des idiots est une paronymie du Crépuscule des idoles de Nietzsche, et qui s’inscrit dans cette tradition de la moquerie religieuse, en espérant qu’il y a un fond derrière parce que le livre de Nietzsche était un résumé de sa philosophie mais en même temps, il en profitait pour allumer tous les hommes de foi, les hypocrisies, etc. Il se payait aussi la tête de Wagner et du peuple allemand. En bref, le Crépuscule des idoles est un livre que l’on peut considérer comme étant un tir aux pigeons assez réjouissant. Dans cet ouvrage, Nietzsche réitérait aussi tous ses concepts-clés telle l’énergie vitale, etc.

Ce bouquin a été important pour moi dans mon envie de faire, mais après il y en a eu d’autres tels que le livre de Richard Dawkins, Pour en finir avec Dieu qui est un peu la Bible de l’athéisme. Il s’agit d’un livre très intelligent qui expose toutes les raisons de ne pas croire en l’existence de Dieu. Et c’est vrai qu’après l’avoir lu, on peut vraiment douter.

Après, il y a eu d’autres choses comme ce reportage intitulé Religolo en français, qui pour le coup est très américain mais qui démonte la religion catholique mais de manière hilarante. C’est un peu l’équivalent de ce que a pu faire Michael Moore dans ses films. J’avais déjà commencé mon projet lorsque j’ai vu ce documentaire. Je m’inscris à la fois dans cette tradition de moquerie des religions et des superstitions et, en même temps, j’essaie d’apporter ma pierre à l’édifice en trouvant une tonalité et un propos dans la ligne de ce que j’avais pu faire avant aussi : le fait de me servir de singes, utiliser un certain type d’humour,... c’est logique par rapport à mon parcours.

Propos recueillis par Christian Missia Dio.

Le Crépuscule des Idiots
Jean-Paul Krassinsky (c) Casterman

(par Christian MISSIA DIO)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

🛒 Acheter


Code EAN : 9782203089532

Dans la rubrique Interviews
Derniers commentaires
Agenda BD août 2022
Du 25 août au 23 septembre (...)
du 25/08/2022 au 23/09/2022
Exposition-vente virtuelle - Romain Baudy - à la galerie Comic Art Factory (Bruxelles)
Festival
du 27/08/2022 au 28/08/2022
11e Festival BD "De Bulles en Bulles" (Hotton, Belgique)
Agenda BD septembre 2022
Exposition
du 10/09/2022 au 17/09/2022
Exposition Pascal Graffica à Strasbourg
Exposition
du 15/09/2022 au 1er/10/2022
Expo - Coco : dessins félins et autres bestioles (Paris)
Dedicace
du 21/09/2022 au 21/09/2022
Séance de dédicace avec Libon et Julien Solé
Exposition
du 22/09/2022 au 8/10/2022
Exposition "Ana & l’Entremonde" de Cy.
Salon
du 24/09/2022 au 25/09/2022
Salon "La BD prend l’air", 23e édition
Festival
du 24/09/2022 au 25/09/2022
8e Festival BD de Sainte-Livrade-sur-Lot
Festival
du 24/09/2022 au 25/09/2022
1er Salon de la BD Jeunesse à Paris 15
Agenda BD octobre 2022
Exposition
du 5/10/2022 au 5/10/2022
GIBERT dédicace : Ruben del Rincon
Festival
du 5/10/2022 au 16/10/2022
Festival Caribulles à Baie Mahault (Guadeloupe)
Du 6 au 22 octobre 2022, (...)
du 6/10/2022 au 22/10/2022
Exposition-vente - Laurent Bidot - à la Galerie de la Bande Dessinée (Bruxelles)
Festival
du 8/10/2022 au 9/10/2022
La Foire aux Images - Festival BD Lagrasse (Aude)
Exposition
du 14/10/2022 au 16/11/2022
Rencontre avec Elene Usdin à Villemonble (93)
Salon
du 15/10/2022 au 16/10/2022
Fête de la BD de Jeumont
Festival
du 15/10/2022 au 16/10/2022
Festival de la BD engagée du Choletais
Du 27 octobre au 12 novembre
du 27/10/2022 au 12/11/2022
Exposition-vente - Benjamin Benéteau - à la galerie de la Bande Dessinée (Bruxelles)
Agenda BD novembre 2022
Du 17 novembre au 3 décembre
du 17/11/2022 au 3/12/2022
Exposition-vente - Hugues Labiano - à la Galerie de La Bande Dessinée (Bruxelles)
Newsletter ActuaBD