Jeff Lemire, invité d’honneur à Paris Comics Expo 2014

29 octobre 2014 0 commentaire
  • Paris Comics Expo ouvrira ses portes pour sa troisième édition les 22 & 23 novembre prochain. Parmi ses nombreux invités, la présence de Jeff Lemire nous semble l'occasion idéale pour revenir sur ce « jeune » auteur de comic books, aussi bien scénariste que dessinateur, dont le travail sur plusieurs titres du "Relaunch New 52" chez DC Comics a régulièrement été salué par la critique outre-Atlantique.

C’est dans l’Espace Champerret, à Paris, que se tiendra dans quelques semaines la troisième édition de Paris Comics Expo. Une convention dédiée aux comics et à la science-fiction, organisée par les boutiques Pulp’s. Un événement qui prend une dimension toute particulière cette année en raison de l’annulation de la Comic’Con de Paris [1], faisant de Paris Comics Expo l’unique convention de ce type se tenant sur Paris.

Jeff Lemire, invité d'honneur à Paris Comics Expo 2014

L’événement a désormais pris ses marques et apparaît aujourd’hui comme incontournable pour les amateurs de comics, pour preuve l’impressionnante liste d’invités annoncés cette année.

Il y a d’abord les vétérans : Alan Davis, dessinateur et scénariste britannique qui s’est illustré sur de nombreuses séries, dont en particulier les titres plus « personnels » Excalibur et ClanDestine, et Richard Starkings. Il a notamment officié sur les magazines britanniques 2000 AD et Warrior, travaillé pour Marvel UK, et créé les personnages de Hip Flask et Elephantmen.

À ces deux grandes figures s’ajoutent Tim Sale, à la bibliographie également vaste et variée (Batman : Un long Halloween, Batman : Dark Victory, Superman : For all seasonsDaredevil, Spider-man, etc.) ; J.G. Jones qui a réalisé les couvertures de nombreuses séries chez DC Comics (52, Y, The Last Man, etc.) et illustré les séries Wanted et Final Crisis ; le Mexicain Humberto Ramos qui a officié sur Impulse, The Spectacular Spider-Man, The Amazing Spider-Man, sans oublier sa propre série Crimson ; l’Italienne Sara Pichelli qui a illustré des aventures de Ultimate Comics : Spider-Man et des Gardiens de la Galaxie ; Adi Granov connu pour son travail sur Iron Man et sa participation à la conception de certains films Marvel ; Peter Tomasi scénariste de nombreuses séries chez DC Comics et qui travaille actuellement sur Green Lantern Corps et Batman & Robin ; Chrissie Zullo qui a illustré de nombreuses séries comme Fables, Fairest, Hack / Slash, Creepy ou encore Life with Archie ; le dessinateur Matteo Scalera (Deadpool, Indestructible Hulk, Dead Body Road et Black Science) ; Alessandro Vitti (Secret Warriors et Red Lanterns) ; David Messina (Angel, Star Trek, Ultimate Comics Wolverine et The Bounce) ; ou encore Francisco Herrera (Spider-Man, Venom et Soulfire). [2]

Enfin, sera également présent Jeff Lemire, sur lequel nous allons nous arrêter quelques instants à la fois parce qu’il s’agit d’un artiste dont le nom résonne toujours plus fort depuis quelques années, mais également en raison d’une actualité francophone particulièrement riche en octobre. En effet l’auteur canadien est présent ce mois-ci à travers pas moins de quatre titres : les tomes trois d’Animal Mal et de Swamp Thing, le tome deux de Green Arrow et le roman graphique Trillium !

De la ferme aux super-héros : un Superman canadien ?

Essex County
© Lemire - Futuropolis

Né au Canada en mars 1976, Jeff Lemire se destinait au monde du cinéma et commence par suivre une formation dans ce domaine avant de réaliser que cet environnement ne correspondait pas à sa nature solitaire. Il décide de se réorienter vers l’univers du comics, pour écrire et dessiner lui-même ses histoires.

En 2005 il publie à compte d’auteur une histoire intitulée Lost Dogs, puis rejoint l’éditeur Top Shelf chez lequel il réalise le roman graphique Essex County Trilogy (2008- 2009), un recueil d’histoires courtes rurales se déroulant dans le comté d’Essex, en Ontario, plusieurs fois nominé aux Eisner et Harvey Award, et disponible en France chez Futuropolis.

En 2008 il est recruté par le label Vertigo de DC Comics. Il réalise un premier récit court, The Nobody, inspiré de L’Homme Invisible de H.G. Wells, puis il s’attèle à la série Sweet Tooth qui va l’occuper plus de trois ans, jusqu’en janvier 2013. Ce récit entraîne le lecteur dans un univers rural post-apocalyptique où certains humains ont subi des mutations. Le héros est un jeune garçon, mi-humain, mi-cerf, à la recherche d’un refuge où vivre en paix.

En 2010, parallèlement à Sweet Tooth, Jeff Lemire fait son entrée dans l’univers super-héroïque de DC Comics en tant que scénariste, d’abord sur le one-shot Brightest Day : Atom, puis avec le relaunch de Superboy.

Sweet Tooth
© Lemire - Vertigo

En 2011, lors du relaunch New 52, il prend en charge l’écriture de deux séries atypiques : Animal Man et Frankenstein, Agent of S.H.A.D.E. qu’il arrête, pour cette dernière, au bout de dix numéros pour reprendre Justice League Dark. Frankenstein rejoint ensuite le casting de cette Justice League lorsque sa série est finalement annulée. Puis fin 2013 Jeff Lemire arrête Justice League Dark pour reprendre Green Arrow, dont il assure l’écriture jusqu’en septembre 2014.

Animal Man de son côté s’arrête en mars 2014, lors d’un numéro en partie dessiné par Jeff Lemire, mais ce n’est pas la fin de la collaboration entre le personnage et l’auteur. En effet Animal Man rejoint la nouvelle série que l’auteur canadien lance le même mois : Justice League United. De plus, toujours depuis mars 2014, il co-écrit avec Brian Azzarello, Keith Giffen et Dan Jurgens la série hebdomadaire The New 52 : Futures End.

En dépit de ce programme chargé côté super-héros, Jeff Lemire n’oublie pas ses premières amours et continue de publier des romans graphiques. Chez Vertigo, il signe quelques épisodes de Strange Adventures et Jonah Hex, et publie l’étonnant Trillium (juillet 2013 à avril 2014). Chez Top Shelf il réalise Underwater Walder (2012), acclamé par la critique et disponible en français chez Futuropolis, sous le titre Jack Joseph, soudeur sous-marin.

Enfin, au Comic Con de New York qui s’est tenu en octobre, Jeff Lemire a annoncé sa première participation chez Marvel, sur la série Hawkeye.

Tome 3 d’Animal Man
© Urban Comics / DC Comics

Animal Man : le champion de la vie

Créé en 1965 par Dave Wood et Carmine Infantino, Animal Man est initialement un personnage mineur, apparaissant ici ou là en tant qu’invité dans divers titres. Son histoire apparaît elle-même comme plutôt simple : Buddy Baker, alias Animal Man, a acquis ses pouvoirs après une rencontre avec des extra-terrestres. Grâce à eux il peut se lier « psychiquement » avec n’importe quelle créature du règne animal pour bénéficier de ses capacités : voler en se synchronisant avec un oiseau, invoquer une force surhumaine en se connectant à un éléphant, courir aussi vite qu’un guépard, etc. Il n’a pas besoin de contact direct : il suffit qu’un animal se trouve dans la zone de son champ de perception pour qu’il puisse faire appel à ses capacités.

En 1988, dans le cadre de la refonte de l’univers DC Comics [3], Animal Man est confié à un « jeune » auteur britannique, Grant Morrison, pour qu’il y apporte un point de vue original et expérimental.

L’année suivante, ce sera un autre personnage un peu oublié, The Sandman, qui sera repris par un autre auteur britannique : Neil Gaiman. Cette démarche s’inscrit à l’époque dans une démarche d’ouverture aux auteurs britanniques, suite à la reprise fort remarquée en 1983 du personnage de Swamp Thing par Alan Moore.

Pour le relaunch New 52, c’est donc Jeff Lemire que nous retrouvons à la destinée d’Animal Man, dans une intrigue intimement liée à la série Swamp Thing écrite par Scott Snyder. En effet les deux personnages se trouvent fondus dans une nouvelle et commune mythologie, reposant sur une vision de la nature autour de trois concepts : le Sang, la Sève et la Nécrose.

Des forces naturelles qui se révèlent également être des lieux métaphysiques que certaines personnes peuvent visiter. Nous apprenons que Swamp Thing est l’avatar de la Sève tandis qu’Animal Man est un champion du Sang, qui a reçu ses pouvoirs pour protéger le nouvel avatar du Sang qui n’est autre que sa fille, âgée de quatre ans ! L’ennemi de ce premier cycle d’aventure est quant à lui l’avatar de la Nécrose...

Le Lieu du Sang : un merveilleux pays fait de chair et d’os !
© Urban Comics / DC Comics

Les qualités de ces nouvelles aventures d’Animal Man sont nombreuses. Il y a tout d’abord cette nouvelle mythologie, tissant un nouveau lien entre de nombreux personnages du DC Univers, mêlant vie, mort et renaissance autour d’une imagerie très organique et végétale... mais également d’horreur et de zombies. Le résultat est un mélange fort curieux, mais assez réussi, qui nous balade de métamorphose en métamorphose, d’une cathédrale végétale à un palais fait de chair et d’os !

À ce premier thème, merveilleux et aventureux, Jeff Lemire ajoute celui de la famille, qui constitue le cœur émotionnel de son récit. Agissant sans masque, Buddy Baker tient autant du super-héros que de la célébrité nationale, tout en tentant de jouer le rôle de mari et de père auprès de sa famille. Le récit explore les implications d’une telle vie dans une famille qui tente de vivre normalement, malgré tout. L’ensemble déploie une dimension “héros du réel” et sociale des plus étonnantes, donnant lieu à des passages durs et poignants.

Le tome trois de Swamp Thing nous propose le cross-over Nécromonde qui conclut l’affrontement contre l’avatar maléfique de la Nécrose, dans lequel Swamp Thing et Animal Man vont joindre leur force dans un combat final des plus épiques. On regrette le dénouement un peu facile, que l’on pardonne néanmoins, au vu des épilogues très réussis : romantique pour Swamp Thing et tragique chez Animal Man.

Trillium © Jeff Lemire

Le tome trois d’Animal Man prend place après les événements du Swamp Thing, et nous fait suivre un Buddy Baker brisé et perdu. Jeff Lemire nous décrit tout en finesse un deuil impossible à travers un jeu de récits parallèles simple mais diablement efficace. Nous avons également droit à une histoire d’un monstre-mère-araignée attaquant les humains uniquement dans le but de nourrir ses petits. Un tome d’une grande qualité.

Trillium : d’avant en arrière, à l’endroit et à l’envers

Constitué de huit numéros publiés initialement de juillet 2013 à avril 2014 chez Vertigo, Trillium est un roman graphique qui nous entraîne dans une histoire d’amour qui se déploie à travers le temps, entre 3797 et 1921, mettant en scène une botaniste en quête d’une plante qui pourrait sauver l’humanité au bord de l’extinction et un vétéran de la Première Guerre mondiale partant à l’aventure dans la jungle pour trouver des trésors incas.

Cet album nous permet de retrouver Jeff Lemire au dessin, dans un style éloigné des standards mainstream, accompagné par José Villarrubia à la colorisation.

Une très jolie histoire de rencontre à travers le temps qui repose sur une recherche formelle littéralement renversante, dont nous vous avons parlé il y a peu.

Green Arrow : l’héritage comme malédiction

Tome 2 de Green Arrow
© Urban Comics / DC Comics

Après un premier tome qui nous avait séduit pour son ambiance mystique, et une amorce de déconstruction du personnage qui, victime d’un assassin, voyait son univers détruit, nous retrouvons Oliver Queen, alias Green Arrow, le célèbre justicier-archer en quête d’une flèche mystique qui doit lui apporter l’illumination. Le tout prend place au sein d’une confrérie, les Outsiders, répartie en sept clans, symbolisant chacun une arme.

Dans ce but, toujours accompagné par l’archère-assassin nippone Shado, notre héros retourne sur l’île où il s’était échoué par accident, pour y découvrir que tout ce qu’il y avait vécu était une mise en scène pour le préparer à devenir l’héritier du clan de la Flèche. Une vérité qui va au-delà de tout ce qu’il aurait pu imaginer...

Avec ses alliés, il y combat également ceux du clan du Bouclier, avant de prendre la direction de Prague pour affronter les clans de la Lance, du Poing et de la Flèche. Cependant notre héros pourra compter sur l’aide du clan de la Hache, de celui de l’Épée ainsi que sur l’énigmatique Magus.

Découvrant que sa vie a été bâtie sur un mensonge, dans le but d’obtenir un héritage qui ne représente rien à ses yeux, Oliver décide de tourner le dos aux Outsiders. Ce point aurait pu être intéressant, mais le récit ne propose rien en contrepartie : Oliver rejette tout, participe à la bataille finale, au cours de laquelle les clans ennemis sont vaincus bien facilement, uniquement pour retrouver sa demi-sœur, tandis que la fameuse quête spirituelle annoncée semble n’avoir été qu’une mystification.

C’est donc une fin d’arc narratif étrange, relativement décevante, que nous propose Jeff Lemire. En dépit d’une narration soignée, d’un parcours psychologique bien ficelé et d’un graphisme envoûtant assuré par un duo Andrea Sorrentino et Marcelo Maiolo très inspiré, ce dénouement ne convainc pas totalement. La suite devrait revenir à l’univers urbain et de guerre des gangs plus classique de Green Arrow qui, nous l’espérons, redonnera un sens à ses aventures.

Green Arrow en action !
© Urban Comics / DC Comics

Auteur complet, dessinateur et scénariste, explorant de nombreux genres, le public français pourra donc rencontrer Jeff Lemire à Paris Comics Expo, aux côtés de nombreux autres artistes, au cours d’une grande fête du comic book !

(par Guillaume Boutet)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Paris Comics Expo 2014

Espace Champerret

6 rue Jean Oestreicher 75017 Paris

Les 22 et 23 novembre 2014

http://www.pariscomicsexpo.fr/

Swamp Thing T3. Par Scott Synder, Jeff Lemire, Yanick Paquette & Collectif. Traduction Jérôme Wicky. Urban Comics, collection "DC Renaissance". Sortie le 3 octobre 2014. 296 pages. 22,50 euros.

Commander cet album chez Amazon ou à la FNAC

Animal Man T3. Par Jeff Lemire & Steve Pugh. Traduction Jérôme Wicky. Urban Comics, collection "DC Renaissance". Sortie le 3 octobre 2014. 192 pages. 17,50 euros.

Commander cet album chez Amazon ou à la FNAC

Trillium. Par Jeff Lemire. Traduction Benjamin Rivière. Urban Comics, collection "Vertigo". Sortie le 24 octobre 2014. 19 euros.

Commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC

Green Arrow T2. Par Jeff Lemire & Andrea Sorrentino. Traduction Benjamin Rivière. Urban Comics, collection "DC Renaissance". Sortie le 31 octobre 2014. 176 pages. 17,50 euros.

Commander cet album chez Amazon ou à la FNAC

Photo en médaillon : Mike Jara Photography (c) DC Comics

[1La prochaine Comic’Con de Paris se tiendra du 23 au 25 octobre 2015, à la Villette.

[3Suite au légendaire cross-over événementiel Crisis on Infinite Earths (1985).

  Un commentaire ?