Jo & Zette, éditions en noir et blanc - Hergé - Casterman

9 février 2004 0 commentaire
  • La série "Jo & Zette" n'a pas très bonne presse. Elle n'a pas connu le succès de Tintin, et Hergé avait plutôt tendance à la renier. Ce double-coffret nous offre une occasion de la découvrir telle que les lecteurs de la fin des années 30 purent la lire dans les pages du "Petit XXe", où officiait leur grand-frère, Tintin.

Dans ce supplément hebdomadaire au journal "Le XXe siècle", les enfants de l’ingénieur Legrand et de sa larmoyante épouse vécurent deux aventures, "Le rayon du mystère" et "Le stratonef H.22". En fait, il ne s’agissait que d’une réédition, mais les enfants des années trente ne le savaient sans doute pas. "Jo, Zette et Jocko" étaient en effet nés dans l’hebdomadaire français "Coeurs Vaillants" neuf mois plus tôt.

La guerre interromprait leur carrière avant que le journal Tintin les republie une nouvelle fois, en version colorisée, et que, finalement, les Editions Casterman les éditent en albums, redécoupant chaque aventure en deux volumes. "Le stratonef H.22" deviendrait "Le testament de M. Pump" et "Destination New York", et "Le rayon du mystère" est désormais connu par les deux albums "Le Manitoba ne répond plus" et "L’éruption du Karamako".

Dire que Jo et Zette avait les faveurs d’Hergé serait mentir. Ces deux enfants portés par les événements, ce père un peu perdu et cette mère toujours en train de pleurnicher avaient plutôt tendance à l’ennuyer. Mais voilà ! son éditeur souhaitait une série familiale (avec une vraie famille, pas un être solitaire comme Tintin), il avait obéi. Mais n’avait pas poursuivi longtemps l’expérience.

Les aventures de Jo et Zette connurent donc plusieurs versions, dont celle publiée dans "Coeurs Vaillants" est la version originale. Publiée en "une", format carré sous le bandeau titre, chaque planche fut redécoupée en deux pages A4 verticales, un travail de bénédictin où Hergé dut retravailler complètement ses cadrages. Et en profita pour modifier certains textes.

La passionnante préface, non-signée (mais d’une érudition digne de Benoît Peeters ou Philippe Goddin, pourquoi ne pas avoir indiqué la signature ?) raconte les aléas d’Hergé avec cette série. On y trouve ensuite, en format A5 (la moitié du format d’origine), la reproduction en fac-similé de toutes les pages parues dans le "XXe siècle", et des couvertures du journal qui annonçaient leur publication.

On reconnaît le style d’Hergé dans les "Tintin" des années 30, et les nombreux tintinologues ne manqueront pas de faire le parallèle entre certains personnages (ou scènes) et ceux qu’on pouvait alors croiser dans les aventures du célèbre reporter.

Une chouette idée que ce coffret petit format !

(par Patrick Albray)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?