Johan De Moor : « À travers l’attentat de Charlie Hebdo, on cherche à nous intimider. »

10 janvier 2015 0 commentaire
  • L’auteur de « {La Vache} » ou de « {Cœur Glacé} » n’est pas qu’un dessinateur de bandes dessinées, c’est aussi un dessinateur de presse belge qui a publié notamment dans les journaux flamands comme {De Morgen} ou dans le quotidien {Le Soir}. Il évoque avec nous son sentiment suite à l'attentat contre Charlie Hebdo. C'est un point de vue bruxellois et flamand sur la question. Nous publierons tous ces prochains jours des interviews de caricaturistes du monde entier.

Quel est votre sentiment face à l’attentat dont a été victime Charlie Hebdo ?

Je suis effondré. Je vis quelque chose à la fois d’individuel et … de planétaire. La peine est personnelle, et on voit ce qui se passe à travers le monde suite à cet attentat. Mercredi, quelques heures après le drame, vers 16h, je me suis effondré. J’ai pleuré. Je ne comprenais plus rien ! Je suis un pacifiste. Il m’arrive de ne pas être d’accord, mais je recherche toujours un compromis, ou alors c’est la majorité qui l’emporte en cas de litige. Toujours après une discussion, bien sûr. Mais la haine, ça c’est quelque chose que je ne comprends pas ! Je vis dans un « absurdland » pour le moment.
Mon trait tremblait encore ce jeudi matin. Cela va prendre un peu de temps pour que je retrouve une certaine aisance...

Johan De Moor : « À travers l'attentat de Charlie Hebdo, on cherche à nous intimider. »
(c) Johan De Moor

Pensiez-vous qu’un caricaturiste, un dessinateur de presse, pouvait ainsi mourir le crayon à la main en France ?

De nombreux journalistes sont morts en 2014 dans l’exercice de leur métier. Par accident, mais aussi assassinés. Ce sont, pour la plupart des gens qui vont couvrir des sujets dans des pays dangereux. Mais, moi, en tant que dessinateur de presse, je ne suis pas un correspondant de guerre. À travers cet acte horrible, on cherche à nous intimider. Charlie Hebdo a une politique éditoriale, et ils ont décidé de publier les caricatures de Mahomet. C’était de la provocation intellectuelle. Ils ont fait d’autres dessins sur le sujet… Ils ont rigolé de cela, comme ils l’ont fait des autres religions auparavant ouensuite. Cela fait partie de la société. Et ignorer le fait qu’ils aient réalisé des dessins sur toutes les religions, ce serait du racisme ! … Oui, du racisme.

(c) Johan De Moor

Le mot court dans toute la presse : les caricaturistes, la presse ont vécu leur 11 septembre ?
Oui, malheureusement. Je ne sais pas si cela va me museler. Je dois réfléchir à comment gérer cela. Un nouveau Johan va venir, il y aura une différence, c’est certain.

L’un des derniers dessins de Charb - (c) Charb / Charlie Hebdo
... et sa "suite", imaginée par Johan De Moor - (c) Johan De Moor
Documents

(par Nicolas Anspach)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?