John Easum (Président de VIZ Media France) : « Le 40ème anniversaire de "Shônen Jump" est pour nous une façon de féliciter tous nos partenaires »

16 juin 2008 3 commentaires
  • Évènement incroyable au prochain Japan Expo : Shueisha, le plus grand éditeur de bandes dessinées du monde, vient y fêter le 40ème anniversaire de son magazine-phare : Shônen Jump. Cet évènement est organisé par sa filiale Viz Media France, fraîchement installée à Paris. Est-ce une simple fête ou une démonstration de force ? Explication.

John Easum est un Américain habitant à Paris, vice-président de Viz Media et président de Viz Media Europe, récemment relocalisé sur Paris. Il supervise à ce titre toutes les activités de Viz Media pour l’Europe, l’Afrique et le Moyen-Orient. Il organise à Japan Expo le 40ème anniversaire de Shônen Jump, le magazine-phare de Shueisha qui a publié Dragon Ball Z, Naruto ou Death Note et qui vend chaque semaine 3 millions d’exemplaires au Japon. Une publicationi également éditée aux États-Unis.

Comment en êtes-vous arrivé à créer Viz Media Europe, avec une filiale à Paris, alors que votre société est présente aux États-Unis depuis plus de vingt ans ?

Aux États-Unis, Viz Media est présente depuis 1986. Nous sommes en France depuis un an. On travaillait avec l’Europe depuis des années, mais de San Francisco. On a pris la décision d’avoir plus de contacts directs avec nos partenaires. C’est dans cet esprit qu’on a décidé de créer depuis le 15 janvier 2007 une société à Paris, dans ce marché français qui est bien sûr devenu le marché le plus important en Europe.

Pourquoi aujourd’hui et pas il y dix ans, par exemple ?

Parce que le niveau de business est plus important aujourd’hui qu’à l’époque. Aux États-Unis, nous avons lancé le magazine Shonen Jump en 2003. Pour ce faire, nous avons créé une nouvelle société. Avant, c’était Viz Communication. En 2004, nous avons créé Viz Media LLC. À l’époque, la société appartenait à 100% à Shogakukan, mais à partir de 2004, c’est devenu une association entre Shogakukan, Shueisha et ShoPro. Cette association nous donnait plus d’ampleur, à la fois en terme de chiffre d’affaires, mais aussi en termes stratégiques que ce soit à l’étranger ou au Japon. C’est la continuation de cette stratégie qui nous amène à ouvrir cette filiale à Paris.

John Easum (Président de VIZ Media France) : « Le 40ème anniversaire de "Shônen Jump" est pour nous une façon de féliciter tous nos partenaires »
John Easum (Président de VIZ Media France)
Photo : Didier Pasamonik (L’Agence BD)

Est-ce que le succès de Tokyopop aux USA a été un élément déterminant dans cette évolution stratégique ?

On a beaucoup de respect pour notre concurrent Tokyopop. Il y a toujours ce débat de savoir qui a commencé avec les mangas aux États-Unis. Il y a une dizaine d’acteurs éditoriaux qui pourraient prétendre à ce titre. Disons Que Viz et Tokyopop, mais aussi d’autres éditeurs comme Dark Horse, étaient présents sur ce marché depuis des années. Viz y édite des mangas maintenant depuis plus de vingt ans. Sans préjuger de la préséance de l’un ou de l’autre, je crois que c’est l’agrandissement du marché, l’élargissement du nombre de points de vente qui ont fait que les mangas sont devenus aujourd’hui un créneau beaucoup plus profitable que bien d’autres catégories du livre.

Vous venez fêter à Japan Expo les 40 ans de Shônen Jump, la célèbre revue de Shueisha. Les éditeurs français doivent-ils ressentir cela comme une démonstration de force ? Est-ce que cela veut dire que les licences de Shueisha, de Shogakukan ou de Sho Pro vont être exploitées, comme vous le faites aux États-Unis, directement par Viz sans passer par ses partenaires français avec lesquels vous avez travaillé jusqu’ici ?

Je ne dirais pas que l’anniversaire de Shônen Jump est une démonstration de force. C’est un évènement qui implique plusieurs de nos sociétés partenaires. Ce 40ème anniversaire est au contraire une façon pour nous de les féliciter.

Propos recueillis par Didier Pasamonik

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
3 Messages :
  • John Easum (Président de VIZ Media France)
    16 juin 2008 11:07, par 6P

    On voit tout de suite qu’on a a faire à un passionné. Dommage qu’on en sache pas plus sur ses goûts. Vous auriez pu lui poser la question : " et quelle est votre courbe de vente préféré ?"

    Répondre à ce message

    • Répondu le 16 juin 2008 à  13:41 :

      Trop facile d’imaginer qu’un cravaté n’a pas de culture. A toutes fins utiles, revoir le goût des autres...

      Répondre à ce message

      • Répondu par 6P le 16 juin 2008 à  14:31 :

        Je cherche désespérément le commentaire ou il est fait mention que ce monsieur n’aurait pas de culture.
        Vous sur-interprétez grandement, les gens cultivés sont partout.

        Répondre à ce message