Jojolion T16 - Par Hirohiko Araki - Delcourt/Tonkam

25 février 2020 0 commentaire
  • La mort de Damo et les révélations sur les origines de Josuke semblaient amener l’intrigue vers son dénouement, mais elle repart de plus belle, avec cette fois-ci des zombies et un botaniste vivant sur un télésiège !

La longue confrontation avec Damo, le chef supposé des Hommes-Rochers, s’était achevée avec le sentiment que tout était terminé : menaces neutralisées, origines révélées et une dernière formalité, trouver la branche du rokakaka, greffée sur un arbre du jardin des Higashikata.

Mais évidemment rien n’est simple : comment distinguer la branche parmi les centaines du jardin ? Et surtout quelle relation relie Jobin, le fils aîné des Higashikata, aux Hommes-Rochers ? La sortie de prison de la matriarche des Higashikata, après une peine de 15 ans, apporte une réponse : lever la malédiction de leur famille. Et pour cela, le fils et la mère sont prêts à tout !

Jojolion T16 - Par Hirohiko Araki - Delcourt/Tonkam
© 1986 by Hirohiko Araki / SHUEISHA Inc.

C’est ainsi qu’ils décident d’agir en secret lorsqu’ils apprennent que Norisuke met en contact Josuke avec un expert en botanique afin qu’il les aide à trouver la branche greffée. Dans l’univers de Jojo cela signifie : une traque désespérée avec un ennemi au pouvoir étrange et perturbant !

On retrouve le goût d’Araki pour l’horreur dans la première partie du tome avec cette improbable course-poursuite : une infection métamorphosant une personne en zombie coureur, changeant d’hôte lorsqu’il est « cassé », et se dirigeant inexorablement en ligne droite vers Josuke !

© 1986 by Hirohiko Araki / SHUEISHA Inc.

Une fois cette menace réglée, grâce à l’aide de Yasuho et d’un bon gros tuyau, notre duo rencontre enfin le fameux botaniste qui se révèle déjà être pris pour cible par un autre poursuivant, assez mystérieux pour le moment, mais tout aussi inquiétant par son côté « je file tout droit sur ma cible en détruisant tout » !

Rien de très nouveau, même l’idée du télésiège-maison rappelle celle du pylône électrique-maison de la saison 4, mais un sens du rythme et de l’horreur qui continue de captiver. De plus le fait de jouer comme jamais dans la saga sur la nature « grise » des personnages (les motivations de Jobin et de Dolomites sont compréhensibles) apporte une saveur particulière au titre, car tout le monde peut trahir tout le monde si la situation l’exige !

© 1986 by Hirohiko Araki / SHUEISHA Inc.

(par Guillaume Boutet)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

  Un commentaire ?