Joub, Nicoby & Daniel Fuchs : ("Mes Années bêtes et méchantes") : « Hara-Kiri est un pan de l’histoire de la BD qui a été un peu oublié »

22 décembre 2010 0 commentaire
  • {{Joub}} et {{Nicoby}} nous racontent leur part d'aventure dans « {Hari-Kiri} » et « {Charlie Hebdo} », grâce aux souvenirs de {{Daniel Fuchs}} qui a été le comptable et l’homme à tout faire des Éditions du Square, l’éditeur de ces journaux. Ils nous offrent un aperçu de l’arrière-cuisine de ces feuilles satiriques, cyniques et iconoclastes tenues à bout de bras (d'honneur) par le {{Professeur Choron}} et {{François Cavanna}} entre 1960 et 1985, et, avec eux, {{Reiser}}, {{Cabu}} ou encore {{Wolinski}}.

En Novembre 1970, à la mort du Général de Gaulle, « Hara-Kiri Hebdo » avait titré, « Bal tragique à Colombey = 1 mort ». Ce titre faisait référence à un drame survenu dans un dancing où moururent près de 150 jeunes gens. Interdit, l’hebdomadaire changea son nom en « Charlie Hebdo ».

Les auteurs ont interrogé longuement leur ami Daniel Fuchs qui fut tour à tour comptable, livreur, démarcheur, et marchand sur des festivals pour les éditions du Square. Nicoby et Joub ont ainsi recueilli ses meilleurs souvenirs et ont construit un fil narratif pour réaliser Mes Années bêtes et méchantes, une BD de témoignage. Hara-Kiri et Charlie Hebdo menaient à l’époque un combat contre la censure, poussant la provocation ainsi loin qu’ils le pouvaient.


Pourquoi avoir raconté cette partie de la vie de Daniel Fuchs en bande dessinée ?

Nicoby : Si nous avions été amis avec Cabu ou Wolinski, nous les aurions probablement cuisinés pour faire un livre de ce type. Mais nous étions copains depuis de nombreuses années avec Daniel Fuchs. C’était extrêmement plaisant de l’entendre raconter ses anecdotes à propos des années qu’il avait passées dans la rédaction d’Hara-Kiri. Nous lui avons posé de nombreuses questions afin de voir jusqu’où il était capable de nous balancer des choses sordides (Rires). … Et nous avons été un peu déçus (Rires). Nous avions envie d’exploiter ce bagage autour d’Hara-Kiri, car nous sommes de vrais amateurs de ce journal, même si nous n’avons pas connu cette époque !
Joub, Nicoby & Daniel Fuchs : ("Mes Années bêtes et méchantes") : « Hara-Kiri est un pan de l'histoire de la BD qui a été un peu oublié »
Joub : J’ai découvert Hara-Kiri tardivement ! Ceux qui ont vécu cette époque en ont encore une très bonne perception. Les générations suivantes savent à peine l’importance qu’a eue ce journal. La découverte d’Hara-Kiri a été une véritable baffe pour moi ! J’en ai pris plein la tête. Daniel Fuchs fait partie des organisateurs du Festival de BD de Saint-Malo, « Quai des Bulles ». Nous nous connaissons depuis de nombreuses années. Nous avions envie de faire une BD de témoignage depuis longtemps. Il nous offrait la possibilité de reprendre ses anecdotes, sa perception sur ses années bêtes et méchantes. Nous avons raconté l’histoire d’Hara-Kiri et des éditions du Square du point de vue de Daniel. C’est l’angle du livre.

Nous n’avons pas repris les témoignages de Cabu ou de Wolinski que l’on a pu lire dans de nombreux livres ou interviews. Nous avons mis en avant cette entreprise éditoriale un peu folle en partageant des détails qui permettent de mieux comprendre cette aventure : Pourquoi imprimaient-ils des livres sur des chutes de papiers ? Pourquoi le Professeur Choron courrait derrière les plans foireux pour faire des économies de queues de chandelles, qui allaient faire foirer l’entreprise ? Pourquoi était-il parfois hyper-dépensier en organisant des fêtes, et parfois hyper-radin en payant mal ses auteurs.

Cavanna gérait la rédaction en chef des journaux et le suivi des auteurs. Mais c’était Choron qui avait les mains dans le cambouis et était confronté aux problèmes. Cela nous amusait d’aller gratter pour connaître les coulisses de Hara-Kiri.

On s’est donc documenté, et on a interrogé Daniel. Après, il a fallu construire une structure narrative pour que ce livre ne soit pas qu’un recueil d’anecdotes. Ce livre est une ouverture, qui pourra permettre à certains de mieux comprendre l’aventure éditoriale des éditions du Square et de Hara-Kiri. C’est pour cette raison que nous le terminons par une page mentionnant nos sources. Nous espérons que les lecteurs auront envie d’aller plus loin…

Extrait de "Mes années bêtes et méchantes"

Extrait de "Mes années bêtes et méchantes"

Les auteurs utilisent de plus en plus la BD pour raconter l’histoire de la bande dessinée. Comment expliquez-vous ce phénomène ?

J : C’est un outil qui permet le reportage. Et pourquoi pas ? Les réalisateurs font bien des films sur le cinéma ? Mes Années bêtes et méchantes peut se lire en tant que tel, sans être intéressé par cette période de l’histoire de la BD. Le livre est amusant et on est porté par un sujet. Nous sommes un peu dans la veine des deux livres de Florence Cestac sur Charlie Schlingo et Futuropolis. Il y aussi « La Communauté », qui nous a un peu gêné, car il utilisait le même principe narratif que nous avions opté. Nous avons dû revoir la structure narrative de notre livre à cause de cela, pour être différent.

D. Fuchs : Et puis, grâce à ces BD de témoignage, on peut raconter une période de l’histoire et la faire revivre, même si on n’était pas là pour faire les photographies. Le dessin permet de faire revivre des personnes, de les animer et de raconter leur parcours.

Extrait de "Mes années bêtes et méchantes"

Qu’est-ce qui vous intéressait dans Hara-Kiri vu au travers du parcours de Daniel Fuchs ?

N : Après avoir rigolé aux éclats en écoutant les anecdotes de Daniel, nous nous sommes aperçus que toute cette période était historique. Ce qu’il a vécu ne pourrait plus arriver aujourd’hui. Pour une raison simple : c’était des anarchistes qui ont essayé de démolir à leur façon des murs, abattre des idées et faire évoluer certains sujets de société. Ceux-ci sont aujourd’hui tombés. Hara-Kiri et les éditions du Square sont un pan de l’histoire de la BD qui a été un peu oublié. On parle toujours de l’histoire des magazines Spirou, Tintin ou Pilote. Mais peu d’Hara-kiri ! Pourtant ce journal a eu une grande importance à l’époque. Hara-Kiri avait une violence inouïe dans les propos de la rédaction et dans les planches des auteurs.

Daniel Fuchs, quel est votre plus belle anecdote à propos de toute ces années ?

DF : D’être ici avec vous, et de discuter de ces années. Quand je les vivais, je n’aurais jamais imaginé qu’elles feraient partie de l’histoire de la BD. Ma plus belle anecdote, sinon ? « Le Petit Impassible ». Il vous faudra acheter l’album pour la découvrir (Rires).

J : Ceci dit, on a retranscrit le côté fantasque de la rédaction d’Hara-Kiri, mais on a aussi amené la perception personnelle de Daniel par rapport à ces événements. Nous n’avons pas cherché à impliquer les autres acteurs en soulignant leur rôle d’une manière trop exacerbée. On voulait surtout faire ressentir l’ambiance d’une entité, la salle de rédaction. Notre objectif n’était pas de balancer des détails malsains ou tangents. À côté de cela, on a montré la relation humaine du Professeur Choron et de Daniel. Ils ont eu des moments normaux, plus quotidiens, comme par exemple le Noël qu’ils ont passé ensemble ! Mais ce n’était pas tout le temps la fête à la rédaction. On a dévoilé les coulisses d’Hara-Kiri dans notre livre.

Extrait de "Mes années bêtes et méchantes"

Avez-vous eu le retour de certains acteurs d’Hara-Kiri ?

N : Nous avons rencontré Wolinski qui a été adorable. On nous a dit que Cavanna avait été choqué par ce livre. Il estime que nous n’avons pas la légitimé pour parler de cette aventure éditoriale.

DF : Mais, moi, je l’ai, la légitimité. Ils ont raconté mon histoire, et la manière dont j’ai perçu ces années.

Joub, Daniel Fuchs & Nicoby au Festival Quai des Bulles (Saint-Malo)
(c) Nicolas Anspach

(par Nicolas Anspach)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.


Nicoby, sur Actuabd.com, c’est aussi :
Les chroniques des Ensembles Contraires T1 et T2.

Joub, sur Actuabd.com, c’est aussi :
- Une interview : Etienne Davodeau et Joub : "Geronimo va servir de révélateur aux autres personnages (Novembre 2007)
- La chroniques du T2 et du T3 de Gerimo.

Commander Mes années bêtes et méchantes sur Amazon ou à la FNAC

Lien vers le blog de l’atelier de Joub & Nicoby

Illustrations : (c) Joub, Nicoby, Fuchs & Drugstore.
photo (c) Nicolas Anspach

  Un commentaire ?