Journal d’un défaitiste - Sacco - Rackham

31 août 2004 0
  • De Joe Sacco, on connaît les reportages effectués en Bosnie ou en Palestine où il se met en scène, mais finalement peu de son histoire à lui, de sa vie privée. {Dans Journal d'un défaitiste}, on découvre d'autres aspects de l'auteur à travers des histoires courtes qui vont de la bande d'humour au journal de bord du dessinateur alors qu'il suivait un groupe en tournée en Allemagne.

On retrouve aussi des sujets plus habituels de l’auteur américain, comme des plaidoyers anti-guerre ou les souvenirs d’enfance de sa mère, à Malte entre 1935 et 1943. Évidemment, dans cet étrange melting-pot de courtes bandes, le grave côtoie l’anecdotique et l’on se doit de picorer ce livre et non pas de le lire d’une seule traite, au risque d’une cyclothymie littéraire qui s’avérerait déstabilisante.

On peut aussi voir dans ce livre l’évolution du style graphique de Joe Sacco de 84 à 91 et admirer comment le trait s’affine et comment le noir et blanc devient plus travaillé et évocateur avec le temps.

Journal d’un défaitiste ressemble, au final, à un collage dont toutes les parties, aussi différentes soient-elles, montrent le talent de Joe Sacco et la pertinence de son travail. Un auteur précieux...

(par Laurent Queyssi)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?