Judge – Tomes 1 & 2 – Par Yoshiki Tonogai – Éditions Ki-Oon

5 novembre 2011 1
  • Hiro a causé malgré lui la mort de son frère aîné. Pour cela, il va être jugé par ses semblables dans un tribunal bien spécifique.

Un adolescent, Hiro, est amoureux de son amie de toujours, Hiraki qui sort avec son frère, Atsuya. Il décide de tout avouer à celle-ci en mentant à son sang. En retardant la rencontre des deux tourtereaux, il provoque involontairement le destin fatal de son aîné.

Deux années plus tard, Hiro se retrouve menotté et affublé d’un masque de lapin. Il s’aperçoit que d’autres adolescents à têtes d’animaux le côtoie. Une peluche les informe que toutes les douze heures, ils devront choisir l’un d’entre eux pour l’envoyer vers la mort.

Judge – Tomes 1 & 2 – Par Yoshiki Tonogai – Éditions Ki-Oon
Judge
Yoshiki Tonogai – Éditions Ki-Oon ©


On pénètre bientôt dans un huis-clos oppressant qui vire à l’affrontement entre jeunes gens, chacun ayant commis un des sept péchés capitaux. Une seule sentence dans ce tribunal : la mort pour l’un des juges et pour les coupables. Entre les mains de huit alliés, ou ennemis, se tient le destin de quatre d’entre-eux qui pourront ressortir vivants de cette enfer bien réel.

Après la réussite de Doubt, Tonogai continue dans la même voie et nous propose un manga sous pression où la tension psychologique veut gagner le défi face à la violence représentée. Le système de masque d’animaux n’est malheureusement pas aussi bien utilisé que dans la première série et son abandon rapide provoque l’essoufflement de la métaphore.

Judge
Yoshiki Tonogai – Éditions Ki-Oon ©


Le dessin sec et sombre de l’auteur ne dessert pas le manga. Mais en retombant dans un système de représentation très classique et par moment assez peu travaillé, l’empathie ressentie envers les personnages chute rapidement.

Les protagonistes se trouvent dans des positions typiques et leurs comportements sont classiques, parfois caricaturaux : le rebelle mauvais garçon, l’intello flegmatique, le gentil naïf, la jolie manipulatrice, la fille à lunette sans personnalité, etc.

La tension est belle et bien présente cependant. Mais les ressorts déjà utilisés ne surprennent pas forcément deux fois. Les questions qui se posent : comment faire confiance aux humains ?, quelle part d’animalité porte chaque être ?, jusqu’où peut-on aller pour survivre ?, ne donnent que peu de réponses. Si le début est assez bien construit avec notamment la découverte d’un porte-bonheur en forme d’animaux annonçant la défaillance du personnage et sa chute dans les ténèbres, on ne peut s’empêcher de déplorer une certaine lenteur dans l’enchaînement. L’auteur arrive à nous embarquer parfois, grâce au trouble de la suite sans vraiment réussir à nous accrocher au destin de ses héros.

Il n’en reste pas moins que nous avons affaire ici à un manga de genre tout à fait correct. Espérons que les clés de la culpabilité et les interactions entre protagonistes se complexifient dans le prochain opus...

Pour les amateurs du genre et les amoureux de Doubt.

(par Vincent GAUTHIER)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander ce livre chez [Amazon->http://www.amazon.fr/exec/obidos/ASIN/2355922829/actuabd-21
Commander ce livre à la [FNAC->/achat-fnac-9782355922824

 
Participez à la discussion
1 Message :
  • L’histoire est "classique", certes, mais en connaissez-vous des bons titres mangas représentant une telle angoisse ? Moi pas.
    Judge est assez proche de Doubt, mais je ne me lasse pas. Que du contraire, j’ai hâte de découvrir la suite notamment à la fin du tome 2. Yoshiki Tonogai est à mon avis, l’un des meilleurs auteurs psychologiques du moment, et je parierai qu’il va devenir de plus en plus populaires et affûté au fur et à mesure de ses oeuvres. A suivre donc ...

    Répondre à ce message