Jusqu’au Dernier Souffle - Exit n° 3 - Puech et Werber - Albin Michel

19 décembre 2002 2 commentaires
  • Sommes-nous dans la réalité ? Dans le virtuel ? Qui est réellement Amandine ? Que fait-elle ? Qui veut la tuer ? Pourquoi veut-on la tuer ? Voilà une série de questions que se posera le lecteur en lisant ce troisième album de la série Exit, avec aux commandes du scénario, Bernard Werber, l'auteur de "Les fourmis", best-seller incontestable en littérature populaire. Mais le lecteur aura-t-il la réponse à ses questions ? Rien n'est moin sûr!

Amandine, jeune conceptrice en jeux video, perd dans la même journée son boulot, son petit ami et son appartement. Désespérée, elle decide d’en finir avec la vie. Elle découvre un curieux club qui se chargera de sa mort sous certaines conditions. Vous n’avez rien à craindre si vous n’en faites pas partie !

(par JLM)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Voilà une fois de plus un album de BD dont le scénariste est un romancier. Cela ressemble à un concours : quel est le romancier qui fera le plus mauvais scénario ? Et je vous préviens, cela sera difficile de les départager. J’imagine qu’un jour un de ces romanciers a dû se lever et se dire : "aujourd’hui, moi aussi je vais écrire un scénario, mais un bon, et je vais relever le niveau débile de ces bandes dessinées pour adolescents boutonneux". Et je pense qu’ils ont dû consacrer une demi-matinée pour écrire leur histoire. Ils n’ont probablement pas dû fort penser au découpage, au rythme du récit, au cadrage … mais cela n’a pas d’importance ! Avec un récit aussi mauvais, sans aucun intérêt, pas crédible pour un sou et à vrai dire, carrément ennuyeux, peu importe le découpage : cet album figure en bonne position, peut-être avec le Beigbeder, pour la palme de l’album le plus raté de l’année.

Lire un extrait

 
Participez à la discussion
2 Messages :
  • Tout à fait d’accord avec toi, même si mon avis d’amateur n’était pas aussi poussé dans les faits... j’ai éprouvé une réelle frustration dans la lecture de cet épisode... "jusqu’au dernier souffle" aurait ceratinement du s’appeler "l’auteur termine à bout de souffle". J’apprécie beaucoup B. Werber pour ses multiples romans et c’est pour cela que j’ai commencé EXIT. Mais là, franchement, j’opterai plus une commande qui a dû vite l’ennuyer et il l’a ’bazardée’ aussi sec car il est capable de beaucoup mieux.

    Bien à vous et Joyeux Noël

    Répondre à ce message

  • Album décevant, tant pour le scénario que pour le dessin.
    A vouloir rallonger indéfiniment un scénario, on le fait sortir de son cadre initial au détriment de l’histoire et de l’intérêt du lecteur.

    Répondre à ce message