Justice League T9 - Par Geoff Johns, Jason Fabok & Collectif - Urban Comics

5 juillet 2016 0 commentaire
  • De retour, la Ligue de Justice doit affronter la pire menace de son histoire, et plus exactement une double menace : l’Anti-Monitor et Darkseid ! Geoff Johns revisite une nouvelle fois la mythologie de DC Comics dans une confrontation épique et titanesque absolument passionnante !

Nous voici arrivés au neuvième tome des aventures de la Ligue de Justice version The New 52 [1]. La série qui met en scène les plus grands héros de DC Comics, tels que Superman, Batman, Wonder Woman ou encore Flash et Green Lantern, nous propose un nouvel évènement aussi ambitieux que risqué : invoquer les deux « vilains » cosmiques les plus emblématiques et puissants de son univers pour les lier dans une relation inédite qui ré-imagine un pan presque sacré de DC Comics.

Au fil de nos lectures nous nous sommes montrés à plusieurs reprises mitigés sur cette Ligue de Justice écrite par Geoff Johns. En effet elle fut souvent utilisée comme véhicule des grands évènements éditoriaux… ce qui en soit n’avait rien d’inattendu ou d’étrange, mais il s’avéra rapidement qu’il n’y avait pas réellement de plan pour les personnages et l’équipe, qui se retrouvaient ainsi ballottés d’une crise à une autre sans autre forme de procès.

Justice League T9 - Par Geoff Johns, Jason Fabok & Collectif - Urban Comics
© DC Comics / Urban Comics

Si nous pouvons toujours ergoter de la qualité de ces divers évènements (Le Trône d’Atlantide, La Guerre des Ligues et Forever Evil), seul le tome huit nous apparut donner un réel répit aux personnages et leur accorder de l’espace afin de les remettre au centre du récit.

C’est donc avec curiosité mais également une certaine appréhension que nous attendions cette Guerre de Darkseid qui voit le tyran d’Apokolips se confronter à rien de moins qu’à l’Anti-Monitor, le dévoreur d’univers.

Ne faisons pas durer le suspense plus longtemps : nous retrouvons ici un Geoff Johns au meilleur de sa forme, qui ne se contente pas de nous proposer une histoire intéressante par son concept, mais qui déploie une narration tout à la fois fluide et nerveuse, celle des grands jours.

L’écriture de Geoff Johns semble avoir retrouvé sa justesse, un équilibre entre spectaculaire, concept mythologique et trajectoire des personnages en se recentrant sur la trinité de manière pertinente, leur offrant des moments épiques mais également l’opportunité de remettre au cœur du récit leur nature symbolique.

Ce tome [2] propose la première partie de cet évènement, La Guerre de Darkseid, et s’attelle avant tout à poser ses bases et l’inévitable désespoir. Geoff Johns y refait un travail dans lequel il excelle : ré-imaginer l’univers de DC Comics avec un résultat pour le moment passionnant.

Surtout qu’il se trouve accompagné ici de Jason Fabok, qui n’a pas son pareil pour mettre en images ces affrontements homériques. Ses personnages sont iconiques à souhait, avec des visages marqués et intenses tout à fait magnifiques.

© DC Comics / Urban Comics

Si, du côté de la narration et des personnages, Geoff Johns nous propose de belles choses, dont une présence de Mister Miracle très réussie, le volet mythologique se révèle fascinant… même si ce travail parlera avant tout aux lecteurs de longue date et un brin connaisseurs.

D’un côté, nous retrouvons Darkseid, le sombre seigneur au visage de pierre d’Apokolips, Neo-Dieu régnant sur une horde de dieux guerriers et maléfiques, créé par l’immense Jack Kirby dans sa méta-série culte du Quatrième Monde (1970), et devenu au fil des décennies l’ennemi le plus puissant et redoutable des héros de la Terre.

De l’autre, l’Anti-Monitor, dévoreur d’univers intimement lié à l’origine du multivers, créé par Marv Wolfman et George Pérez dans le cadre de la maxi-série Crisis on Infinite Earths (1986) qui révolutionnait à l’époque la continuité éditoriale de DC Comics.

Pour faire le lien entre les deux personnages, Geoff Johns y injecte évidemment de la nouveauté, et plus précisément il fait entrer en scène un personnage annoncé depuis le lancement de The New 52 : la fille de Darkseid, bien nommée Graal !

Inutile à notre sens d’en dire plus : voici un récit événementiel, épique et destructeur, qui nous ramène aux racines du DC Comics que nous aimons et, il va sans dire, hautement recommandé !

© DC Comics / Urban Comics

(par Guillaume Boutet)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

Justice League T9. Par Geoff Johns (scénario), Jason Fabok (dessin), Jim Lee (dessin) & Collectif. Traduction Edmond Tourriol. Urban Comics, collection "DC Renaissance". Sortie le 17 juin 2016. 160 pages. 15,00 euros.

Commander cet album chez Amazon ou à la FNAC

Justice League sur ActuaBD :
- Lire la chronique du tome 1
- Lire la chronique du tome 3
- Lire la chronique du tome 4
- Lire la chronique du tome 5
- Lire la chronique du tome 6
- Lire la chronique du tome 7
- Lire la chronique du tome 8

Concernant le Syndicat du Crime :
- Lire la chronique de Justice League : L’Autre Terre

Concernant la publication kiosque de Forever Evil :
- Lire la chronique du numéro 1 du magazine
- Lire la chronique du numéro 2 du magazine

[1Redémarrage éditorial de l’univers super-héroïque de DC Comics, qui eut lieu en septembre 2011 et qui court encore aujourd’hui.

[2Les épisodes contenus dans Justice League T9 : La Guerre de Darkseid (1er partie) sont :
- Justice League #40-44 (mai 2015 à septembre 2015),
- Divergence FCBD Special Edition #1 (mai 2015).

  Un commentaire ?